1. // CAN 2012
  2. // 1/2
  3. // Mali/Côte d'Ivoire (0-1)

La Côte d'Ivoire rejoint la Zambie

Des Aigles trop fatigués n’ont pas inquiété des Eléphants de plus en plus consistants (0-1). La victoire ivoirienne leur permet d’atteindre une troisième finale de la CAN, contre la Zambie d’Hervé Renard, dimanche soir.

Modififié
3 6
Mali - Côte d'Ivoire : 0-1
But: Gervinho (45e) pour les Eléphants.

Le triple champion sortant égyptien n’est pas là et pas une équipe n’est plus ravie de son absence que la Côte d’Ivoire. En 2006, en finale puis deux ans plus tard en demi, cette fois, les Pharaons avaient barré la route du Graal aux Eléphants. Pas d’Egypte donc et pas davantage de Ghana, sorti par une Zambie (0-1) hyper réaliste. Pas de remake de la finale de 1992 entre les deux grands favoris du tournoi mais une ultime partie entre deux escouades qui se ressemblent foutrement. Le pouvoir est devant et leur défense pointe au pôle emploi, version intermittence du spectacle.

Un jour de récupération en moins, une prolongation de trente minutes en plus, les Maliens n’avaient pas au départ tous les atouts de leur côté. Sans compter la courbe de performances des gars de François Zahoui ne cesse de s’élever. Faciles mais peu convaincants en poules, les Eléphants grimpent depuis lors d’un cran à chaque tour. Leur 4-3-3 d’école a fait exploser le milieu archi-renforcé (4-5-1) des Aigles de Giresse, où finalement Seydou Keita était finalement présent, où Diabaté remplaçait Maïga. La première période ivoirienne fut un plaidoyer vibrant pour la formule à deux ailiers et un attaquant qui pèse, au propre comme au figuré. On n’avait pas joué depuis quatre minutes que Drogba dégoupillait une tête sur la latte de Diakité. Tamboura et Drissa Diakité, les deux latéraux maliens, allaient s’en voir. Drogba, encore, envoyait un autre coup de chaudron sur un service de Gervinho (14è) peu avant que Yaya Touré ne fracasse le poteau malien sur un débordement de Kalou (16è). Six minutes plus tard, Soumaila Diakité voyait un centre-tir du Salomon lui glisser sous le ventre. En début de match, le keeper du Stade Malien s’était même servi de sa tête pour dévier un coup-franc de Didier Drogba (8è). Les Aigles, fébriles ou fatigués, subissaient les vagues éléphantesques. Une remise de l’attaquant axial des Blues pour tir rase-motte fuyant de Yaya (31è) trouvait encore un Diakité habité. Soutenus par un following turbulent de 7 000 fans, la Côte d’Ivoire ne débande pas. Onze minutes plus tard, Kalou s’y reprend à deux fois ; en vain. Seul Yatabaré (22è), sur une action confuse entre Diabaté et Gosso au point de pénalty, a vaguement inquiété Coppa Barry l’espace d’un nano-instant. L’attaquant bordelais, à terre, ayant malencontreusement repoussé la balle. On en était là à se dire que ce Mali, harassé, fourbu s’en sortait plus que bien (quasi un principe de vie pour eux dans cette CAN 2012) quand Gervinho, parti de son camp, repiquait au centre en profitant des appels de ses coéquipiers pour exécuter Diakité du plat du pied (1-0, 45è).

Un Diakité peut toujours en cacher un autre. Si on avait vu Samba, le pimpant relayeur de Queens Park Rangers, omniprésent depuis le début du tournoi, c’est surtout Soumaila le gardien, aujourd’hui, qui a sauvé les meubles. La seconde mi-temps sera jouée sur un tempo plus lent. Et les Eléphants vont choisir de calculer, de spéculer. Ils sont moins intenses, moins brillants et le sort aurait pu être cruel avec eux. Faute de n’avoir su détruire le suspense avant la pause, ils sont restés à portée de hold-up d’un Mali qui a prospéré comme ça au Gabon. Cela aurait pu être grâce à Yatabaré à la conclusion d’un superbe mouvement collectif (72è) mais le Guingampais frappe d’un rien au-dessus de la transversale, plein fer. Non, le Mali d’Alain Giresse était trop fourbu pour s’en sortir avec les tripes. Les deux équipes sorties du groupe D étaient en demi-finales, aucune n’atteindra l’ultime rencontre. De quoi encore refourguer des regrets à la Guinée qui n’aurait sûrement pas déméritée à ce stade de l’épreuve. Ce sera donc finalement Zambie-Côte d’Ivoire, deux équipes cousines, plutôt inégales, capables de hisser leur niveau lors de longues séquences avant de connaître quelques trous d’air. Les Eléphants, favoris, joueront pour l’unité de tout un peuple ; La Zambie, elle, voudra écrire l’histoire et le destin d’Hervé Renard pourrait s’en trouver bouleversé…

Par Rico Rizzitelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Pr 1 fois que so foot envoi un résumer à la bourre... En mm tp on s'en fout de la CAN
DTC-DMC même combat Niveau : CFA
tu m'étonnes Bastogne, j'ai juste cliqué pour voir si c'était Gervinho qui avait marqué et j'ai lu ton commentaire...
je ne sais même pas quand ça a commencé ni même quand aura lieu la finale...
tout le monde s'en cogne de ce truc!
t'imagines le pauvre gars qui est de corvée à So Foot pour regarder les matchs car c'est lui qui doit écrire le résumé???
le pauvre! ;-)
Y doit bien y avoir un ou deux africains que ça intéresse, non ?
C'est pas comme si ils étaient 1 milliard
http://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9ogr … 9mographie

En même temps c'est vrai qu'on s'en fout...
DTC-DMC même combat Niveau : CFA
t'es sûr que tu ne vas pas regarder Côte d'Ivoire - Zambie louison??? ;-)
P'tain, t'as raison, je me tâte...
Mais je suis hors délai pour me trouver une parabole...
Comment ça, c'est rediffusé sur France 2 ?...mer.de...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
3 6