1. // Copa América Centenario
  2. //
  3. // USA-Colombie (0-2)

La Colombie se paye son hôte

Face à une fragile équipe américaine, la Colombie a tranquillement gagné le match d'ouverture du centenaire de la Copa América (0-2). Alors que Zapata a ouvert le score sur corner, James a doublé la mise sur penalty. Les hommes de Pékerman s'affirment comme les favoris du groupe A.

Modififié
289 25

États-Unis 0-2 Colombie

Buts : Zapata (8e), James (42e) pour la Colombie

Ce n’est pas vraiment le héros attendu. Alors que la Colombie possède l’un des derniers numéros dix du football moderne qui squatte le banc du Real Madrid, un avant-centre que l’Europe veut arracher au triste AC Milan, un ailier explosif convoité par le FC Barcelone, c’est un défenseur central qui change le cours du premier match de cette Copa América. Cristián Zapata, auteur d’une saison horrible en Italie, décide de guider sa nation à Santa Clara, avec un superbe but sur corner. Face à une équipe américaine aussi sure d’elle qu’un puceau dans un strip-club, les hommes de José Pékerman se sont tranquillement imposés (0-2). La Colombie se place comme le favori du groupe A.

Le cirque Zapata


Dès le début de la rencontre, les hommes de Klinsmann laissent la possession aux Colombiens. Le Levi’s Stadium, qui n’a pas vraiment l’habitude de voir un ballon rond, s’excite chaque fois que Bradley sort proprement le ballon. Problème, les USA n’ont d’autre recours que de balancer sur Clint Dempsey et les ailiers. Mauvaise idée. Alors que James et compagnie entrent à peine dans le match, Edwin Cardona décide de montrer à l’Amérique entière qu’il est l’un des meilleurs passeurs du continent. Sur le premier corner cafetero, Zapata ouvre le score d’une superbe reprise. Un marquage catastrophique permet au défenseur de l'AC Milan de marquer le premier but du Centenaire de la Copa América. La célébration dansante est un classique colombien.


Au quart d’heure de jeu, les locaux se réveillent enfin. Clint Dempsey prend les choses en main, et le milieu colombien souffre et multiplie les fautes. James, qui vient de soulever la Undécima sans jouer, n’apparaît toujours pas, et la Colombie compte désormais sur les espaces laissés par la Team USA. Une demi-heure de jeu, et Ospina n’a toujours pas sali son horrible short vert. Une impuissance qui énerve un peu Dempsey qui envoie un coup de coude discret à Daniel Torres.


Dempsey se met au football et envoie enfin une première frappe dangereuse, qui ne réveille absolument pas les supporters américains. Et les États-Unis vont payer cette domination beaucoup trop stérile. Sur un centre de Díaz, Yedlin contre le ballon de la main. L’arbitre mexicain n’a que faire de l’intentionnalité et siffle penalty. James ne se prive pas de doubler la mise (et de devenir le cinquième meilleur buteur de la sélection colombienne) et d’enfoncer une équipe américaine sans idée.


Mi-temps, le Levi’s Stadium s’en va boire un Coca à 16 dollars. Pékerman peut tranquillement savourer cet avantage au score.

Les USA en mode WWE


Au retour des vestiaires, la Colombie se balade et contrôle le ballon. Le public colombien s’amuse même des Américains avec quelques Olé alors que les Cafeteros font tourner. Et la défense américaine n’apprécie pas vraiment la balade. Brooks décide de balayer un Cuadrado légèrement provoquant, tandis que le Nantais Alejandro Bedoya s’occupe de Murillo et prend logiquement un jaune. À l’heure de jeu, les USA obtiennent enfin une occasion. Sebastián Pérez sauve la Colombie sur sa ligne après un coup de crâne de Dempsey. L’attaquant des Seattle Sounders fait briller Ospina sur un coup franc parfaitement frappé. Klinsmann tente de bouger son équipe avec l’entrée du prodige du Borussia Dortmund Pulisić.


Mais ça ne changera rien. Alors que Bacca rate le troisième but tout fait, James fait paniquer toute la Colombie avec son épaule chancelante depuis le match de Ligue des champions contre la Roma. Le capitaine colombien laisse sa place à Guillermo Celis.


Cardona continue, lui, son one-man show en offrant une superbe passe pour Bacca, qui envoie un missile sur la barre de Guzan. La Colombie gère tranquillement la fin de rencontre. En dominant la première période, l’équipe frisson du Mondial brésilien semble avoir retrouvé quelques sensations. Une belle manière de lancer cette Copa América. Par Ruben Curiel, à Buenos Aires
Modifié

Dans cet article

Beefheart Niveau : DHR
Les ricains c'est quand même incroyable. Ca fait 20 ans qu'on les annonce bientôt au top et ça vient toujours pas. Ils sont des millions, le soccer devient enfin un peu populaire (d'ailleurs z'êtes durs avec les supporters, y a eu quelques broncas contre l'arbitre, des "oh when the saints", c'était amusant, c'est pas la folie, mais c’est loin d'être triste), et quoiqu'on pense de leur système sportif universitaire, il a le mérite d'être hyper efficace.

Donc vraiment, y a aucune raison, en dehors peut être d'une certaine culture tactique, pour qu'ils soient aussi nuls, et que Bedoya soit titulaire.

Voilà, tous les ans, je suis perplexe.
Fredinhovic95 Niveau : Ligue 2
Y'aura pas de live comme l'annee passée?
Faites un effort svp
Message posté par Beefheart
Les ricains c'est quand même incroyable. Ca fait 20 ans qu'on les annonce bientôt au top et ça vient toujours pas. Ils sont des millions, le soccer devient enfin un peu populaire (d'ailleurs z'êtes durs avec les supporters, y a eu quelques broncas contre l'arbitre, des "oh when the saints", c'était amusant, c'est pas la folie, mais c’est loin d'être triste), et quoiqu'on pense de leur système sportif universitaire, il a le mérite d'être hyper efficace.

Donc vraiment, y a aucune raison, en dehors peut être d'une certaine culture tactique, pour qu'ils soient aussi nuls, et que Bedoya soit titulaire.

Voilà, tous les ans, je suis perplexe.


Il est énorme ce système si seulement on avait sa en France ! On aurait peut être une culture plus sportive et des stades un peu plus remplis !
PierreFanFanJoséKarl Niveau : DHR
Note : -1
Merde même Jaime Rodriguez est recouvert de tatouages dégueus...
D'accord avec Beefheart, l'explosion victorieuse de l'équipe US est annoncée depuis environ l'époque de leur mondial, et ça reste l'Arlésienne du football international.
Junk project Niveau : District
Match dégueulasse des américains. Généralement sans être techniquement géniaux ils arrivent toujours à développer un dynamisme collectif qui les rendent parfois durs à prendre, mais là rien, ça semble très faiblard cette année Dempsey paraît un peu sur le déclin depuis 1 an je trouve tout comme Bradley et Jones qui n'apportent plus autant. Reste la relève avec Pulisic qui a mon avis peut être le meilleur joueur de l'histoire des USA dans le futur avec l'énorme potentiel qu'il a et qui va certainement à 17 ans se retrouver titulaire dans le 11 de Dortmund l'année prochaine.
Note : 1
Message posté par Beefheart
Les ricains c'est quand même incroyable. Ca fait 20 ans qu'on les annonce bientôt au top et ça vient toujours pas. Ils sont des millions, le soccer devient enfin un peu populaire (d'ailleurs z'êtes durs avec les supporters, y a eu quelques broncas contre l'arbitre, des "oh when the saints", c'était amusant, c'est pas la folie, mais c’est loin d'être triste), et quoiqu'on pense de leur système sportif universitaire, il a le mérite d'être hyper efficace.

Donc vraiment, y a aucune raison, en dehors peut être d'une certaine culture tactique, pour qu'ils soient aussi nuls, et que Bedoya soit titulaire.

Voilà, tous les ans, je suis perplexe.


C'est justement qu'une question de culture et rien d'autre.

Regarde à l'inverse l'Argentine, avec un fédération et une organisation complètement pourrie, arrive à sortir des joueurs de génies et aller en loin en compétition internationale malgré des entraîneurs de merde qui continuent les choix plus que douteux depuis des années.

La culture footballistique, la passion du foot, les ricains l'auront jamais ça.
Beefheart Niveau : DHR
Alors je sais pas si on peut souhaiter ça en France. Ça dépend ce que tu veux, comme je le disais on peut pas nier son efficacité. Après ça veut aussi dire privatisation, gamins dopés à blocs, compétition malsaine, corruption, etc...
Que ce soit très clair, je trouve le système universitaire américain à vomir. Je souligne juste que normalement, en terme purement sportif, ça devrait clairement les aider à décoller.

Aujourd'hui y en avait pas un pour rattraper l'autre, et clairement Dempsey est très vieillissant. A mon avis le problème est au niveau des staffs et du scouting. D'une part parce que tactiquement ils sont à la ramasse. D'autre part parce que honnêtement, sur n'importe quel terrain universitaire américain, tu trouve mieux que Bedoya. En terme de niveau intrinsèque des joueurs l'écart avec des nations potables du football est certainement comblé depuis longtemps. M'est avis qu'en fait y a juste pas les bons joueurs sur le terrain, ni dans l'équipe, ni dans la liste élargie de l'équipe.
Beefheart Niveau : DHR
Ouai moi l'idée de "culture" sportive je suis pas complètement convaincu, surtout quand il s'agit des Etats-Unis. Généralement quand ils décident de s'y mettre vraiment ils balaye la tradition. Après le foot est effectivement un exemple de résistance. Donc peut-être.
Message posté par romstorm
Il est énorme ce système si seulement on avait sa en France ! On aurait peut être une culture plus sportive et des stades un peu plus remplis !


Superbe système esclavagiste, en effet...
Message posté par romstorm
Il est énorme ce système si seulement on avait sa en France ! On aurait peut être une culture plus sportive et des stades un peu plus remplis !


Que veux tu, entre le sportif et l'intellectuel il faut choisir...
Pragmatique Niveau : CFA2
Note : -1
"Le cirque Zapata"

Mais quelle grande originalité, quelle profondeur d'esprit pour trouver ce calembour qui n'a pas été fait 5 000 fois sur ce site.

Putain le cirque Zapata quoi...On me la sort en face à face à haute voix, je crois que j'en viens aux mains avec la personne concernée.
Benito-Bx Niveau : CFA
Note : -1
Message posté par Beefheart
Ouai moi l'idée de "culture" sportive je suis pas complètement convaincu, surtout quand il s'agit des Etats-Unis. Généralement quand ils décident de s'y mettre vraiment ils balaye la tradition. Après le foot est effectivement un exemple de résistance. Donc peut-être.


Avec cette logique, la Chine serait la meilleure du monde en tout. La culture ça joue énormément. Jouer au foot déjà petit, voir des gens regarder du foot, être coaché petit, jouer à la récréation...
Chine, Inde, Etats-Unis, même combat.

Quand la culture est pas là, elle est pas là. Ce qui m'inquiète un peu c'est qu'aussi loin que je me souvienne les Etats Unis ont jamais réussi à enthousiasmer avec un jeu un peu intéressant, des joueurs frissons (Landon Donovan à la limite). Alors même qu'ils devraient avoir depuis le temps des milliers de latinos qui ont au moins cette fameuse culture. A moins que justement pour espérer s'intégrer aux USA ils la délaissent pour les sports de là bas (basket, base ball, foot us, tous inventés là bas) ?

Puis c'est peut être compliqué de faire rêver les gamins prometteurs avec un sport qui est largement connoté sport de filles là bas non ?

S'il y a des gens qui vivent là bas d'ailleurs j'aimerais bien savoir qui joue et va dans les stades là bas ? En tant qu'européen typique j'imagine des bandes de latinos avec peut être quelques expats mais est-ce que c'est pas un gros cliché ?
PôleScholes Niveau : DHR
Pour avoir matté un match à Cali avec des ricains et des colombiens, et avoir parlé football avec eux, tu te rends compte rapidement que ce sport n'est pas dans leur ADN.

Ils comprennent le principe, les règles, ils apprécient le spectacle toussa toussa, ils sont à fond dans les stats aussi, mais en discutant de la partie en cours j'avais l'impression de pas regarder le même match, et les locaux m'ont raconté la même chose en quittant le stade. C'était assez intéressant.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
289 25