1. // Amical
  2. // Uruguay/Israel (4-1)

La Celeste mate Luis Fernandez

Oscar Tabarez a profité de la rencontre d'hier face à Israël pour effectuer une large revue d'effectif et tester deux systèmes de jeu en vue du match contre la France. Plusieurs enseignements ressortent de ce dernier amical disputé par l'Uruguay.

Modififié
0 0
Près de soixante mille Uruguayens se sont massés dans les tribunes d'un Centenario en ébullition hier soir, à Montevideo, pour venir soutenir leur sélection contre Israël, avant son départ pour la Coupe du Monde. Sous les yeux de José “Pepe” Mujica, ex-guérillero et président de l'Uruguay, la Celeste a disposé de l'équipe dirigée par Luis Fernandez, qui disputait son premier match sur le banc dans le costume de sélectionneur. Après avoir largement dominé le premier quart d'heure, les Uruguayens ont ouvert le score à la suite d'une belle combinaison entre “Nacho” Gonzalez et l'incontournable Diego Forlan. Le joueur de l'APO Levadiakos (Grèce), passé en coup de vent à Monaco et prêté par Valence, de retour en sélection après un an et demi d'absence, due à divers pépins physiques, a été très percutant dans un rôle de meneur de jeu qui lui sera vraisemblablement dévolu au Mondial. Son accélération, suivie d'une balle piquée au-dessus de la défense, a trouvé le grand blond de l'Atletico Madrid, en position de hors-jeu, à qui il n'en fallait pas tant pour tromper Dudu Aouate, le gardien et capitaine des Israéliens (15e).

« Nacho » , un retour en grâce

Dans un 3-4-1-2 très offensif, avec “Nacho” en numéro 10, dans lequel les Pereira de la Superliga, Maximiliano (Benfica) et Alvaro (Porto), ont balayé les couloirs, l'Uruguay semblait maîtriser la partie, jusqu'à ce que l'arrière droit israélien Klemi Saban ne s'infiltre dans le dos du second afin de centrer pour Lior Refaelov. Le meilleur Israélien sur la pelouse trompa Fernando Muslera après un petit crochet, au milieu de la défense uruguayenne (30e). Après avoir repris l'avantage à la suite d'une belle ouverture d'Ignacio Gonzalez –encore lui– en direction de Luis Suarez, dont la frappe sur la transversale fut transformée en but par Alvaro Pereira (37e), Oscar Tabarez décida de passer en 4-4-2. Ce dernier, pris à revers sur le but israélien, s'est alors retrouvé alors en position d‘arrière gauche, les trois défenseurs axiaux se décalant vers la droite et Maxi Pereira conservant une position de milieu gauche aux côtés d'un duo de milieux récupérateurs Perez-Eguren, “Nacho” Gonzalez bénéficiant toujours de la même liberté, entre l'axe et le côté gauche.

3-5-2 ou 4-4-2 ? Telle est LA question

Après un moment de déconcentration sur lequel elle faillit encaisser un nouveau but, l'Uruguay sembla gérer ses efforts, dans un système de jeu moins incisif. Il fallu attendre le dernier quart d'heure pour qu'Abreu ne transforme un succès somme toute mérité en cinglante victoire. Nicolas Lodeiro, entré en jeu à la pause, délivra tout d'abord un bon centre à ras de terre à l'attaquant de Botafogo (Brésil), après un fougueux débordement sur la gauche. “El Loco” n'eut qu'à pousser la balle au fond des filets (75e). Cinq minutes plus tard, Cavani lui glissa une passe millimétrée, qu'il reprit aisément pour le 4-1 (80e). Alors que l'Uruguay a désormais les yeux tournés vers la France, Oscar Tabarez réduira son effectif à vingt-trois éléments ce week-end, avant le départ de la Celeste pour l'Afrique du Sud en fin de semaine prochaine. Lorsqu'on interroge le Maestro sur le système qu'il compte employer contre les Bleus le 11 juin, celui-ci avoue -ou prétend- ne pas encore savoir. Plus joueuse en 3-5-2, mais aussi plus friable, il reste deux semaines à la formation du Maestro pour trouver la formule idéale, afin de déjouer les plans des Tricolores. La guerre des nerfs a commencé entre Domenech et Tabarez, qui n'ont sûrement pas manqué de jeter un coup d'œil de l'autre côté de l'Atlantique hier.

Alejandro Carbone, à Montevideo

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Le bulletin de notes
0 0