1. // CAN 2010

La CAN en 10 dates

Marquée par le tragique attentat visant le car de la délégation togolaise, la CAN 2010 débutera ce soir à 20h. Comme pour d'autres compétitions, c'est le pays hôte qui ouvrira le bal en accueillant la sélection du Mali. Avant d'allumer sa télé, une petite révision de l'Histoire de la Coupe s'impose...

0 0

10 février 1957 à Khartoum : en pleine décolonisation, quatre pays africains doivent se disputer la première coupe d'Afrique à Khartoum au Soudan. Au dernier moment, l'Afrique du Sud fait faux-bond car le régime de l'apartheid refuse d'aligner une équipe multiraciale, condition sine qua non imposée aux Bafana, Bafana pour leur participation. Grâce à ce forfait , l'Ethiopie est qualifiée directement pour la finale tandis que Soudan-Egypte (1/2) restera à jamais le premier match disputé dans la compétition. Déjà auteur du but vainqueur en demi-finale, Ad-Diba récidive en finale en inscrivant les quatre buts des Pharaons (4/0).1er décembre 1963 à Accra : théoricien du panafricanisme, Kwame Nkrumah, le légendaire chef de gouvernement ghanéen,se sert de la CAN afin de promouvoir ses idées à travers tout le continent. Premier tournoi en Afrique noire avec six équipes cette fois, les Black Stars disputent la première de leur sept finales et l'emportent sans coup férir (3/0) contre les Crocodiles soudanais grâce à deux buts de Mfum. Au mois de décembre...2 mars 1972 à Yaoundé: le Cameroun a cassé sa tirelire pour organiser la 8ème édition et bâtir deux nouveaux stades à Douala et à Yaoundé. Les politiques et les hauts fonctionnaires se sucrent bien volontiers au passage. Le Mali, le Togo et le Kenya découvrent à cette occasion cette troisième phase finale à huit. Le Mali, à forte coloration locale (excepté Salif Keita, rien que des joueurs du Stade malien et du...Real Bamako), sort le Zaïre (champion d'Afrique deux ans plus tard) au bout d'un match dantesque (4/3 a.p). Fantamady Keita (2 buts) vole le show à son célèbre coéquipier, Salif (depuis les Diarra ont pris le pas sur les Keita dans la sélection). Dans l'autre demi-finale, à Yaoundé le 2 mars, le Congo-Brazzaville plonge tout le Cameroun dans la nuit noire en liquidant les coéquipiers de Tokoto (0/1). Mieux : trois jours plus tard, dans un stade aux trois quarts vide, les « Diables rouges » créent une des plus grandes sensations de l'histoire de la CAN en disposant des Maliens (3/2) grâce à M'Pelé (le futur avant-centre du PSG) et M'Bono (2 buts).5 mars 1982 à Tripoli : quatorze ans avant l'Afrique du Sud, la Lybie a bien failli transformer un coup d'essai en coup de maître. Dans un stade du 11 juin en fusion, Tripoli –chauvine en diable- chavire en ce 5 mars 82. Les triples champions d'Afrique ghanéens n'égalisent qu'à la dernière minute contre ces novices lybiens. La Tunisie et le Cameroun (qui fera trembler le champion du monde italien quelques mois plus tard) en poules, la Zambie en demi-finale n'entraveront en rien la marche en avant des soldats du colonel Khadafi. En finale, ils retrouvent les Black Stars et ne s'inclinent qu'aux tirs aux buts (1/1 ; 6 tirs aux buts à 7). Le coup passa si près...26 janvier 1992 à Dakar : Première coupe d'Afrique des nations retransmise en quasi-intégralité sur le territoire français. Douze équipes sont conviées à disputer cette 18ème édition au Sénégal. Huit ans après la cicatrice de l'échec ivoirien à domicile, les Eléphants se refont la cerise. Pour la première fois, ils atteignent la finale et arrachent (11 à 10 tirs aux buts après un nul vierge) leur seule victoire à ce jour aux Ghanéens, privés d'un Abedi Pelé, suspendu pour un deuxième jaune en demi-finale.13 janvier 96 à Pretoria et à Abuja (Nigéria) : Sept mois après le triomphe des Springboks lors du Mondial de rugby, l'Afrique du Sud accueille la CAN au débotté en remplacement du Kenya. Ce 20ème tournoi débute par un coup de tonnerre. Les champions d'Afrique nigérians (la plus belle équipe africaine de l'histoire à notre sens) sont contraints par Sani Abacha, l'énième dictateur qui dirige le pays, à boycotter l'épreuve. Le tyran n'a pas apprécié que l'exécution de Ken Saro Wiwa, le leader de la cause ogoni, par le régime d'Abuja soit froidement condamné par Nelson Mandela. La génération dorée des Super Eagles se verra donc ainsi privée des coupes d'Afrique de 1996 et 1998. La Confédération africaine n'aura rien trouvé de mieux, en effet, que de les suspendre... Pendant ce temps-là, les Bafana, Bafana remportaient leur première CAN à leur première tentative (1). Madiba Mandela transforme en or tout ce qu'il touche... Pourvu qu'il reste chez lui en juillet prochain.Du 22 janvier au 12 février 2000 au Ghana et au Nigéria : Air connu : au dernier moment, le Zimbabwe est remplacé par une organisation...bicéphale, Ghana et Nigéria. C'est l'humeur du moment : Belgique-Pays Bas (Euro 2000), Japon-Corée du Sud (Mondial 2002) avant le désastre programmé, Ukraine-Pologne (Euro 2012). En finale, les Super Eagles, dont la dream team commence à avoir les tempes argentées, devient le premier pays hôte à s'incliner en finale depuis 1965 (la Tunisie contre le Ghana). Pire : elle vient de perdre sa troisième finale (sur quatre) contre le Cameroun (aux tirs aux buts en se faisant arnaquer avec un tir au but valable de Ikpeba). Deux ans plus tard, au Mali, les Lions indomptables, au plus fort de leur âge d'or (champions olympiques en 2000), gagneront une seconde CAN de rang aux...tirs aux buts contre le...Sénégal. Ouf... 19 janvier 2002 à Bamako : Le Mali a sorti les petits plats pour les mettre dans les grands. Cinq nouveaux stades, le dernier rénové, des pelouses impeccables (une donnée très changeante du foot africain) et une sélection probante (Kanoute, Diarra, Keita, etc.). Les cinq formations qualifiées pour la coupe du monde sont présentes : Nigéria, Afrique du Sud, Tunisie, Sénégal (futur 1/4 de finaliste du Mondial) et Cameroun (qui coiffera sa quatrième couronne). Cette 23ème édition d'excellente facture confortera le sentiment d'un nivellement qui s'opère par le haut. A partir de cette CAN malienne, une dizaine d'équipes peuvent prétendre à la qualification pour une coupe du monde. Aujour'hui, huit ans plus tard, on peut en ajouter une demi-douzaine. Prochaine étape (et preuve tangible) : une place dans le dernier carré du tournoi planétaire pour le Ghana, le Cameroun ou la Côte d'Ivoire.14 février 2004 à Radès : Si l'Angola sera cette année le premier pays lusophone à organiser la CAN, certains pays paraissent bénéficier de passe-droits à répétition. La CAF (la confédération africaine) est magnanime. Le Ghana l'a eu quatre fois tout comme l'Egypte (qui sait profiter de ses investissements : trois victoires, une troisième place) ; l'Ethiopie l' a accueilli trois fois. Traumatisée par son échec de 1994 (élimination au premier tour), la Tunisie a obtenu un troisième passage dix ans plus tard. La CAF est bienveillante. Chat échaudé craignant l'eau froide, les Aigles de Carthage se sont mis les arbitres dans la fouille. Sénégalais (en 1/4), Nigérians (en 1/2) et Marocains (en finale) auront VRAIMENT de quoi redire quant à la victoire de leurs hôtes. La CAF n'y trouvera rien à sourciller, elle est peu regardante. Et puis, il fallait bien que la Tunisie gagne à son tour la coupe d'Afrique comme ses voisins maghrebins, Algériens et Marocains.Dimanche 10 février 2008 à Accra : Jusqu'alors l'Egypte était surtout redoutée pour ses performances à domicile (3 victoires). Avec cette victoire sur les terres mêmes des terreurs ghanéennes, en punissant, en plus, deux fois le Cameroun (une en poules, une en finale) et cette deuxième passe de deux (après 1957/1959 et 2006/2008), les Pharaons bouclent un demi-siècle d'histoire avec une sixième victoire (contre quatre au Ghana et au Cameroun). Avec une quasi-totalité de joueurs évoluant au pays et sans stars façon Eto'o, Drogba ou Essien, les Pharaons dominent en club comme en sélection. Un instantané qui ne durera pas ou une leçon à méditer ?(1) : auparavant, le boycott vis à vis du régime de l'apartheid les empêchait de prendre part à l'épreuve.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0