En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Barcelone/Milan

La C1 pour oublier

Deux monstres du football continental s'affrontent ce soir sur la pelouse du Camp Nou. Quatre C1 d'un coté, sept de l'autre. Le tenant du titre contre son aspirant. Barça contre Milan. Deux clubs qui vont tenter de se racheter après avoir manqué leur dernier match de championnat. Le tout sans Ibrahimovic, « blessé » .

Le football est un sport de coïncidences. Vendredi dernier, le grand Milan AC entame son championnat par un triste match nul sur sa pelouse. Après avoir été menés 0-2 contre une Lazio énergique, les hommes d'Allegri arrachent le nul, 2-2. Samedi, Barcelone est en déplacement à Saint-Sébastien et au bout de 11 minutes, gagne déjà 0-2 avant de finalement voir la Real Sociedad revenir à sa hauteur en seconde période, 2-2. Dans le langage des grands clubs, on appelle ça une contre-performance. Ce soir, catalans et lombards ont donc l'occasion de prouver qu'il ne s'agissait là que d'un faux pas.
Ce premier match de Ligue des Champions sent bon la finale anticipée. D'un coté le champion en titre, de l'autre son challenger presque n°1. Le Milan AC a en effet, cette saison, fait de la coupe d'Europe, son objectif prioritaire. Le Barça est de nouveau face au défi maudit du vainqueur : aucun club depuis plus de 20 ans, n'a réussi à conserver la coupe aux grandes oreilles. La dernière équipe à avoir réaliser le doublé s'appelle... Milan, c'était en 1989 et en 1990. Le Milan de Sacchi avait alors la main sur l'Europe du football, une domination, tant sur le jeu que sur les résultats. Une sensation retrouvée aujourd'hui avec... le FC Barcelone.

«  Défendre contre le Barça, ce serait un suicide. Ce dont on va avoir besoin, c'est du courage. Si je signe pour un match nul ? Oui, sans hésitation » . Certains désigneront lâche Massimilliano Allegri, d'autres le verront lucide. C'est au choix. Toujours est-il que l'entraineur milanais est conscient de la force de son adversaire. Et qu'il devra faire sans son meilleur joueur. A l'heure où la Catalogne se frottait les mains à l'idée de voir le retour de Zlatan Ibrahimovic au Camp Nou, l'international suédois a, étrangement, déclaré forfait. « Non, il n'avait pas peur de venir ici. C'est juste qu'il a eu une blessure malencontreuse » tente de convaincre Allegri. Une mystérieuse douleur à l'adducteur droit aurait eu raison de l'orgueil de l'attaquant samouraï... « Le football appartient aux joueurs, les gens viennent voir les bons joueurs. Ibrahimovic est un des meilleurs joueurs du monde, la star du Milan. C'est toujours mieux d'affronter les meilleurs, c'est dommage qu'il ne puisse pas être là » se lamente son ancien coach, Pep Guardiola, avant de désamorcer quelconques restes de tension. « Mon opinion sur lui n'a pas changé. Avant qu'il vienne jouer chez nous, je trouvais que c'était un joueur fantastique, quand il est parti, je continuais de penser que c'était un joueur fantastique. Il a gagné tellement de championnats dans quatre équipes différentes. Il a été fondamental pour nous, je le remercie pour tout ce qu'il nous a apporté » assure le Pep. Certains désigneront faux cul Guardiola, d'autres le verront diplomate. C'est au choix.

Barça/Milan, c'était déjà le plus gros affrontement de l'édition 2006, la demi-finale du haut du tableau. Après s'être imposé à San Siro sur une merveille de Ronaldinho servi par Giuly, Barcelone tiendra - litigieusement - le 0-0 au retour avant de remporter la 50ème édition de la coupe d'Europe des champions. Dans ses rangs, ce Barça-là pouvait compter sur un certain Mark Van Bommel aujourd'hui joueur du Milan AC. Le hollandais est passé en un match d'ancienne idole à nouvel ennemi, la punition pour s'en être pris à l'enfant chéri du Camp Nou, Andres Iniesta... « C'était il y a plus d'un an ! s'exclame le batave. Tout le monde veut gagner et c'était une finale de coupe du monde. Mais je n'ai aucun mauvais sentiment à l'encontre d'Iniesta. Ni contre Valdes, Puyol ou Xavi » . La victime aussi a passé l'éponge : «  Je n'ai pas peur de Van Bommel. Je n'avais aucun problème avec lui au Barça, je n'ai rien contre lui » conclut Iniesta, le gentil fantôme. Pour muscler son jeu, Barcelone devra faire sans Piqué, toujours blessé mais peut compter sur le retour de son capitaine légendaire, Carles Puyol. Avec le chevelu titulaire, Barcelone n'a plus perdu un seul match depuis avril 2010. Milan est prévenu.

Frédéric Losada

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 4
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 34 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 84
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40