1. //
  2. //
  3. // Ce qu'il faut retenir

La bonne opération de ... l'OM

Le duel entre le Paris-SG et Montpellier continue de passionner. Derrière, ça suit comme ça peut et l'OM, sans jouer, profite des faux-pas de ses concurrents directs, à savoir Lille et Lyon.

Modififié
0 2
Hérault de la Mosson

Une heure. C'est le temps qu'il aura fallu aux ouailles de René Girard pour prendre la mesure d'Ajaccio. Puis, ce fut la fessée. Trois buts, dont le traditionnel combo d'Olivier Giroud but/passe décisive. Sans réellement forcer son talent, le MHSC a enchainé une nouvelle victoire à la maison (meilleur bilan de la conférence à domicile) et confirmé son statut de rival numéro 1 du Paris-SG dans la course au titre. Dimanche, c'est un choc qui attend le club de Loulou Nicollin avec un déplacement au Parc des Princes. René Girard, lui, est plutôt zen master : « On peut aller à Paris (le 19 février, ndlr) dans la sérénité. On sait qu'ils sont favoris et qu'ils vont être champions. On va essayer d'être à la hauteur malgré tout. » On l'espère.

Devine qui vient diner

Les Lillois avaient tenté de glisser un paragraphe dans le contrat bordelais de Luvovic Obraniak. Un saloperie juridique qui l'aurait empêché de jouer contre son ancienne équipe. C'est con pour eux, le gaucher polonais était bien sur la pelouse lilloise dimanche après-midi. Et il n'a pas fait le déplacement pour rien. Un doublé et une passe décisive pour une folle victoire 5 buts à 4 (Bordeaux a mené 4 à 1) dont le cinquième but claqué par Obraniak himself - lui qui avait déjà scoré un peu plus tôt dans la partie - dans les arrêts de jeu. Un match fou et complètement débridé. Surement le plus beau de la saison. Bordeaux confirme son renouveau. Lille, par contre, commence à sérieusement tirer la tronche. C'est la seconde fois de la saison que le champion de France prend au moins 4 buts dans la face à la maison (4-4 contre Nice avant Noël) et le titre semble s'envoler. Reste la troisième place... Mais tout ça, Obraniak s'en fout. Il savoure, à sa manière : « C'est toujours compliqué de jouer contre son ancienne équipe, notamment un club dans lequel j'ai vécu tellement de choses, tellement de bonheurs. Six ans, c'est long dans un club. Et en face, j'ai des amis. J'ai essayé d'aborder le match en faisant abstraction de tout ça. Je suis content d'avoir fait un bon match mais ça m'embête de l'avoir fait contre Lille. » Un tueur avec du cœur.

Paris rate son dimanche

Carlo Ancelotti a raté la passe de six. L'entraîneur italien du PSG n'a pas enregistré sa sixième victoire en autant de matchs sur le banc du PSG. A Nice, le PSG a même été plutôt mauvais, d'ailleurs. Emprunté, nonchalant, moyennement impliqué et refusant de prendre le moindre risque offensif pendant 80 minutes. Face à un bon bloc niçois, le PSG a galéré et n'a rien montré. Nenê aurait dû tuer le match sur une contre-attaque à la 88e, mais le Brésilien a préféré tenter - une nouvelle fois - le dribble de trop plutôt que d'allumer la face de David Ospina. Pour la première fois depuis mi-décembre, les Parisiens n'ont pas marqué (0-0 contre Lille). Rien de dramatique, le PSG est toujours leader avec 50 points et s'apprête à recevoir son dauphin à la maison, mais ce match moyen n'a pas dû être apprécié en haut-lieu. Sinon, Jérémy Menez a réalisé un petit footing de 90 minutes au stade du Ray. Comme ça, pour se dégourdir les jambes.

Lyon ne mord plus

Déjà huit défaites pour l'OL en championnat. C'est trop. D'autant que les Lyonnais se sont fait déboiter à Gerland par une équipe de Caen mieux organisée et beaucoup plus joueuse. Décidément, l'apprentissage de Rémi Garde se fait dans la douleur. Aucune continuité dans le jeu ni les résultats, et un classement presque anodin. Avec 39 points, l'OL est empêtré dans le wagon qui comporte Lille, Marseille, Rennes, Saint-Étienne et Toulouse (les six équipes se tiennent en cinq points). Et force est de constater que la bataille sera rude pour la troisième place. Demain, c'est la Ligue des Champions qui reprend. En espérant que ce nouvel élan relance la machine lyonnaise. A titre d'information, Gourcuff a encore tenu sa place. La première en partant de la gauche, sur le banc. Une partie tout en abnégation. Ça en devient presque humiliant.

En bref

- Péguy Luyindula revient dans le groupe pro du PSG cette semaine. Un chômeur de moins.

- Evian - Marseille a été annulé. Saloperie de froid.

- Valenciennes vient d'enchaîner trois victoires en une semaine. Costaud.

- Livio Nabab a marqué son premier but en professionnels avec Caen. Il entre, il prend la gonfle, frappe et trouve la lucarne de Lloris. Qui dit mieux ?

- Mervlüt Erding n'est pas mort. Il a même marqué avec Rennes.

- Sochaux, par contre, fait la gueule. Mais Charlie Davies a rejoué au football.

- Gaël Kakuta s'est fait plaisir en marquant son premier but en Ligue 1.

- Alex pèse 93 kilos. Il ne peut jouer qu'une mi-temps. Trop lourd.

- Aubameyang a marqué son neuvième but pour Saint-Étienne. Tous à l'extérieur.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

tu m'etonne Menez c'est in petit footing meme qu'il a fait
aucun dribble aucun centre reviens javier et vite!!!
cavibomba Niveau : DHR
Enorme sur Gourcuff!!! C'est vrai que cela commence a devenir triste pour le petit fi-fils a son papa cette situation. Gourcuff ou l'arnaque de la decennie.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 2