1. // Mondial 2010
  2. //

La bombe « Niko » Anelka

C'est la Une de L'Equipe : « Va te faire enculer, sale fils de pute ! » . Authentique... C'est ce que Nicolas Anelka a balancé à Raymond Domenech à la mi-temps du match contre le Mexique. On avait bien vu que les Bleus avaient explosé en seconde période. En fait, ils avaient déjà explosé dans les vestiaires. Voire même bien avant ?...

Modififié
0 8
0-0 à la mi-temps contre le Mexique. La France s'est fait secouer pendant 45 minutes mais tout reste “jouable”. D'ailleurs, les Bleus se reprennent un peu et Malouda ajuste une frappe enfin dangereuse. Mais on sent qu'ils n'y sont plus... Les Mexicains porteront le coup de grâce à l'animal blessé. “Blessé” par l'altercation atomique entre Nicolas Anelka et Raymond Domenech à la pause. Anelka, qui a pourtant encore joué à l'envers, n'était même pas prévu pour sortir ! Non. Domenech lui demande juste poliment de moins “dézoner”. La réplique fuse : « Va te faire enculer, sale fils de pute ! » Raymond décide sur le champ de le faire remplacer par Gignac. Anelka, pas touché, file sous la douche... Telle est l'incroyable histoire contée aujourd'hui dans L'Equipe. Ambiance chez les Bleus : comment repartir au combat après ça ? Où étaient les “tauliers” Evra, Henry, Ribéry ou Gallas pour remobiliser le groupe à la mi-temps d'un match crucial ? Ils étaient “ailleurs”, forcément : quand la veille ces gars-là ont eu la tête de Gourcuff, il ne fallait pas s'attendre à ce qu'ils interviennent pour raisonner Niko.



“Niko”, un surnom à bannir, désormais. Y'a plus de Niko. Niko, c'est fini. Hier, dans sofoot.com, on avait conclu partiellement sur la désillusion des Bleus : “Rester digne”. « Rester digne : pardonner quand c'est possible, ou punir, mais pas sans avoir jugé en toute impartialité. Rester digne. Ne pas lyncher, tuer ou se venger de Raymond et des joueurs » . Dur aujourd'hui de se contenir. Il suffit juste de penser aux mômes qui aiment les Bleus et qui lisent la Une du journal de papa : « Va te faire enculer, sale fils de pute ! » . Alors, on tire un trait sur “Niko”. D'ailleurs lui-même s'était “barré” en insinuant après France-Mexique qu'il ne se verrait pas trop dans les plans de Laurent Blanc... Juste un mot, Nicolas : pense à tous les Antillais que tu as déçus et peinés. Là-bas, dans les Îles, il y a des hommes, des femmes, des jeunes, des vieux et des mômes qui étaient venus fêter les “Bleus de France, les Bleus des Antilles” quand l'équipe de France était venue en Martinique jouer contre le Costa Rica, en novembre 2005. Pense à tous ces gens, Nicolas : eux, cette équipe de France, ils en étaient fiers.



“Niko”, un surnom à bannir, désormais. Niko, comme Titi, Pat (Vieira ou Evra), Maké, Jérèm (ou Toul), Tutu (Thuram), Lass, Boum, Sid (Govou), Dédé (Gignac), Maloude (ou Flo)... On retrouve là tous les surnoms que Domenech balançait à la presse, histoire de prouver que les Bleus étaient tous une bande de potes et que lui était le copain en chef. Toute la com ultra démagogique de Raymond Domenech. Un Raymond Domenech qui rêvait peut-être secrètement que tous “ses” joueurs l'appellent Ray... Lui qui voulait se faire passer pour un meneur doublé d'un éducateur : il s'est fait bouffer jusqu'à l'os. Les “coups de fusil” qu'il nous avait promis, c'est son cher “Niko” qui les lui a portés au cœur, devant tout le groupe. L'implosion des Bleus venait donc de loin, d'aussi loin que Raymond s'était confisqué l'équipe de France à son profit, en affublant systématiquement de surnoms des joueurs qu'il tenait tant à nous présenter comme sa bande de jeunes. La bande à Raymond...



Encore un mot... Au Mondial 2002, Thuram et Sagnol furent les témoins ulcérés d'une équipe de France qui se barrait en couille en Corée du Sud. Ils s'étaient tus, en prenant sur eux-mêmes, alors qu'un Willy était à deux doigts de dégoupiller. Sans se concerter réellement, les deux hommes s'étaient promis de ne plus jamais se taire et d'intervenir chez les Bleus si pareille ambiance pourrie venait à menacer derechef l'équipe de France. Ils faillirent, pourtant, à l'Euro 2004, se taisant à nouveau sur les revendications incroyables de titularisations d'office de certains Bleus (Pirès, un peu, mais surtout Lizarazu et Desailly). Ils n'empêchèrent donc pas le désastre de Portugal 2004... Par contre, en 2006, Thuram et Sagnol firent partie, avec ZZ, Vieira et Makélélé, des tauliers qui mirent Domenech au rencard après les matchs de poule. Ils redéfinirent la ligne tactique à adopter, à l'encontre des choix initiaux du sélectionneur. Avec le résultat qu'on sait : une presque victoire finale... En 2008, Thuram et Sagnol (et Vieira) firent à leur tour le combat de trop, il est vrai. Mais en 2010, plus rien ni personne pour contester le pouvoir et les choix tactiques de Domenech (un 4-3-3 tombé du ciel, à Tignes, puis un retour au 4-2-3-1 en Afsud...). Tout le monde est resté docile et a obéi aux nouvelles consignes, tout en sachant que les Bleus allaient dans le mur... Seul “Niko” s'est révolté. Mais pas dans le bon sens du terme.



L'équipe de France d'aujourd'hui, ce sont des enfants, un mélange de sales mômes et de gentils garçons... Mais des enfants quand même. Qui pilote les Bleus depuis 98 ?

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Ce qui me fait chier dans article, c'est que t'es pas loin de pardonner à Anelka son partage en couille.
tu serais pas un fils de socialiste, toi?
Sentiments mitigés quant à cet article... Autant celui d'hier m'avait laissé franchement sceptique (la comparaison indignation des gens/épuration post seconde guerre mondiale m'a paru franchement foireuse), autant ici je suis assez d'accord, notamment avec la conclusion: effectivement les joueurs sont de enfants, ou du moins certains d'entre eux le sont, peut-être car ils n'ont pas eu la chance ou le désir de recevoir une éducation complète, leur incroyable starification les poussant à croire qu'ils sont au dessus du commun des mortels. D'où l'importance du sélectionneur qui ici, davantage qu'en club, doit se concentrer uniquement ou presque sur les aspects tactiques et psychologiques (la technique et le physique sont essentiellement l'apanage des clubs). Cependant je ne suis pas sûr qu'en 2010 tout le monde soit resté docile face aux nouvelles consignes de Ray. La question est délicate, car il est difficile de savoir où est la frontière entre concertation et pression, de plus il semblerait que sur certains points il soit resté inflexible (Govou, je ne vois pas qui à part lui pouvait vouloir le laisser sur le terrain). Mais tout de même il semblerait bien, d'après les sources des journalistes, que Domenech a une nouvelle fois, après 2006, subi les pression des joueurs sur certains points (positionnement de ribéry, passage en 4-3-3?, exclusion de Gourcuff?), ceci laissant penser qu'il n'avait plus qu'un contrôle partiel sur son groupe. Le problème est que les nouveaux patrons fraîchement promus sont loin d'avoir l'intelligence tactique de leurs prédecesseurs (lesquels sont d'ailleurs souvent consultant aujourd'hui) et, pire, ils sembleraient que les intérêts personnels aient souvent primé sur l'efficacité du collectif (le positionnement de Ribéry notamment, le comportement scandaleux d'Anelka qui depuis des mois n'en fait qu'à sa tête sur le pré et le dit ouvertement).
Du coup quand l'auteur dit que Niko s'est révolté, mais pas dans le bon sens du terme, ça a tendance a m'irriter. Car si je déteste franchement Domenech, le fait qu'Anleka insulte le sélectionneur qui, envers et contre tous, l'a laissé faire de la merde à la pointe de l'attaque, l'a laissé sortir en marchant contre l'Uruguay, nous faisant perde 1mn de jeu, l'a laissé pourrir la tactique mise en place en n'en faisant qu'à sa tête... je n'appelle pas ça de la révolte, j'appelle ça de l'antiprofessionalisme, de la lâcheté, même de la trahison (je sais que le terme est fort) pour le maillot d'une part, pour le gars qui lui a fait confiance malgré les critiques d'autre part.
Pour reprendre les comparaisons historiques comme M. Ghemmour l'a fait dans son précédent article. Si on avait été en 1792, Anelka aurait guillotiné, et Ribéry embastillé. Quant à l'ami Raymond, il est clair que, comme l'avait dit Canto, il a le profil parfait du nouveau Louis XVI.
Va te faire enculer, sale fils de pute !
Le genre de truc qui conviendrait bien à certains auteurs d'articles (de merde). Inutile de citer des noms.
Anelka, c'est pas So Foot qui en avait fait le nouveau Cantona ?
Il a un QI de 39 est est une racaille.
Un ami à moi avait dit un jour que jamel debouzze avait vendu son bras au diable contre la célébrité et que son pote anelcouille avait lui échangé son cerveau.
Shérif, tu aimes les racailles ?
Le malentendu :

Evidemment, cette histoire entre Anelka et Domenech devait devenir une affaire d'état. Nicolas Sarkozy, lors d'une conférence en Russie, aurait décrété que l'attitude du joueur était inacceptable avec son masque inflexible d'ancien ministre de l'intérieur guerrier. Après cette déclaration, le président de république aurait même ordonné que deux cars de policiers soient envoyés à l'hôtel où réside l'équipe de France afin de mater le sauvageon (au départ, il voulait appuyer sur le bouton rouge mais ses conseillers l'en auraient dissuadé).
Rappelons les faits : à la mi-temps de France-Mexique, Raymond Domenech explique à Nicolas Anelka qu'il faut qu'il court un peu parce que les jambes ça sert en partie à ça et puis aussi qu'il prenne la profondeur parce qu'à force les mexicains vont croire que les français jouent sans avant-centre. Nicolas Anelka se gratte les couilles, puis fixant le sélectionneur, il dit : « Va te faire enculer, sale fils de pute ! ». Reculant d'abord la tête pour foutre un coup de boule au joueur, Raymond Domenech réalise que sa cible est trop loin. En conséquence, il rentre les mains dans ses poches (mais en fait, il les avait déjà) et dit : « ok dans ce cas là, je te sors ». Fin de la discussion.
On a beaucoup parlé du fossé générationnel qu'il existait entre les hommes au sein de l'équipe de France : Cet épisode illustre à merveille celui culturel qui sépare un Domenech d'un Anelka. Pour ceux qui l'ignorent encore, Nicolas Anelka vient de Trappes, banlieue pauvre des Yvelines qui a ses propres codes et expressions : Là bas, quand on te dit bonjour, on cligne de l'œil et te montre le doigt. Quand on te trouve sympa, on te traite d'enculé et quand on veut devenir ton ami (dans la réalité ou sur facebook) on te dit : « Ta mère ». En se grattant les couilles et en déclarant à Domenech : « Va te faire enculer sale fils de pute » Nicolas Anelka exprimait simplement son accord avec lui. Ce que Raymond Domenech ainsi que les autres joueurs n'ont pas du tout compris.
On devine maintenant pourquoi le joueur reste tout le temps silencieux en dehors de Trappes. Il vaut mieux être pris pour un muet et accepté qu'incompris et être rejeté à jamais.

Pedro Montgomery de Vive le Sport !
Domenech tu le met dans la rue aujourd'hui n'importe où, je pense que sa se bousculeras au portillon pour lui dire ces quatres vérités... Combien des gens auront les cojones d'avouer qu'il pense la même chose que ce qu'Anelka a dis tout bas?

Meme si c'est pas corecte ce qu'a fais Anelka, Domenech n'a que ce qu'il merite. C'est lui qui a semé cette ambiance de merde a coup de déclaration tout aussi merdique et maintenant il récolte; bien fais!

Je dirai just que c'est dommage que sa soit Anelka qui mange alors que la cause de ce fiasco est clairement Domenech qui na jamais ete respécte par ces joueurs meme en 2006. C'est sidérant de voit que cette imcompétence a été a la tête de l'EDF depuis plus de six ans. C'est incomprhéensible. Pauvre france, Pauvre supporter... Qu'avons nous fais pour mériter sa?
...désolez pour l'orthographe...
@ Pedro Montgomery de Vive le Sport !

Mais qu'est ce tu racontes????? Que de la merde, je suis de trappes et j'ai jamais vu ca, alors autant à so foot, cherif gemmour n'a vraiment pas sa place avec la ligne de conduite du magazine, parce que franchement les articles écrits entre deux aller aux toilettes ca va 5 mn... le mec qui met des insultes dans c articles pour paraitre décalé vis à vis de la presse en générale, ou pire qui dis à chaque phrase "pas degeulasse"... et j'en passe bref un gamin de 10 piges écrit mieux mais la savoir que je lis le même magazine qu'un con qui poste des commentaires limite insultant ca me fait mal. Espece de crétin, la par exple je te trouve "sympa" tu vois...
Merci à So foot de ne pas crier avec la meute. La morale de ceux qui n'ont jamais pêché ça va cinq minutes.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 8