Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // Finale
  3. // Portugal-France

La bête noire est morte

Beaucoup en parlent. Mais peu l’ont déjà vu. Et encore moins cet été. C’est normal, la bête noire nous a tragiquement quittés avant le début de l’Euro, sans prévenir.

Modififié
Alors que ses coéquipiers et lui-même ont sorti le grand jeu en phase de poules, Giorgio Chiellini n’est pas tout à fait serein au moment de répondre aux questions de journalistes. Dans trois jours, il va devoir affronter le pire ennemi du footballeur, un monstre mythique et mystérieux, qui repousse les plus téméraires... La fameuse bête noire : « L’Espagne l’est pour nous depuis 2008, quand elle nous a éliminés aux tirs au but en quarts de finale. Cela a été le début de leur cycle d’or. » Mais les Italiens ont vaincu ce traumatisme, comme on le sait. Idem pour l’Allemagne avec la même Italie, et pour la France avec la même Allemagne. Quatre matchs de suite qu’on l’invoque sans qu’elle ne donne le moindre signe d’elle. Aucun doute là-dessus : la bête noire n’est plus.

Théâtralisation


Alors, que s’est-il passé ? Quand nous a-t-elle vraiment quittés ? Dans quelles circonstances ? C’est assez flou jusque-là, plusieurs hypothèses sont avancées, mais la plus probable, c’est qu’à force de crier au loup, eh bien, le loup s’est lui-même tiré et ne veut plus venir. La preuve avant le choc entre l’Italie et l’Allemagne. Si la presse crie au mammifère sauvage appartenant à la famille des canidés, les joueurs et entraîneurs, eux, refusent d’y croire. À commencer par Toni Kroos : « Pourquoi je devrais être traumatisé par l’Italie ? C’est à vous de me l’expliquer avant que je le démente... Combien de fois j’étais sur le terrain lors de ces défaites ? » Suivi de près par son sélectionneur, Joachim Löw : « Nous n’avons pas peur, nous ne sommes pas traumatisés par l’Italie. » Mais aussi par Alessandro Florenzi, pourtant dans le camp adverse et donc avantagé par cette situation : « Les mots ne servent à rien, seulement les faits sur le terrain. »


Donc non, l’Italie n’est pas la bête noire de l’Allemagne, la Mannschaft n'a pas toujours subi le joug des cousins du Sud, elle a notamment conjuré le sort cette année en amical. Et la surutilisation de cette légende finit par lui revenir à la gueule. Le mythe de la bête noire – « Personne ou chose que l'on abhorre et redoute par-dessus tout. Et dans le sport : adversaire contre qui la victoire est un lointain souvenir. » – est un outil de romancier. Pour vendre un match, il faut une histoire. Et quoi de mieux qu’un duel déséquilibré par une force surnaturelle pour attirer la curiosité du spectateur ? Avant un match, il faut un favori et un challenger, c’est comme ça, c’est plus vendeur. David contre Goliath, c’est toujours plus intrigant qu’un David contre David. Et si en plus de ça, on ajoute une petite dose de mystique, la recette n’est pas loin d’être parfaite.

Tueur de mythe


Le seul problème, c’est donc quand la loi des séries s’applique, mais à l’envers. Quand les bêtes tombent les unes après les autres, sous les plombs du chasseur. Quatre ténébreuses créatures abattues en moins de trois semaines, c’est beaucoup trop pour qu’on continue d’y croire. Et même si pour cette finale entre la France et le Portugal, le terme de « bête noire » est loin d’être usurpé, la dernière victoire lusitanienne remontant à plus de quarante ans, le 26 avril 1975 exactement, les médias ont tué l'effet de style. Il reste donc peu de temps pour trouver un autre scénario, un autre contexte, un autre moyen de mettre en scène Français et Portugais.

Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 2 heures Il marque après 729 jours de disette 21
il y a 4 heures La troisième Coupe d'Europe officialisée en décembre 46 il y a 6 heures Carrasco offre 10 000 euros à un coéquipier qu'il a envoyé à l'hôpital 14

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi
il y a 10 heures Mediapro ne revendra pas ses droits 39 il y a 11 heures Rivelino dézingue le jeu de l'équipe de France 161 il y a 11 heures Football Leaks : pour Agnelli et Čeferin, c'est une « fiction » 23
À lire ensuite
La fierté du coq