Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 23 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // Bilbao-Marseille (1-2)

La Belle et la Bête

Encore une fois très complices lors du succès à Bilbao, Dimitri Payet et Kostas Mitroglou semblent s'entendre parfaitement. Une association qui pourrait finalement faire des étincelles.

Modififié
« Je suis très content de mon entrée, et que le public m'ait applaudi. J'ai mis un but et ça va continuer comme ça. Et merci Dimitri Payet ! » Le 3 février dernier, Kostas Mitroglou a la banane en zone mixte. C’est peut-être la première fois depuis qu’il est arrivé à Marseille. Il faut dire que moins d’une demi-heure plus tôt, son capitaine lui a fait le plus beau des cadeaux qu’on puisse faire à un attaquant en mal de confiance : un but tout fait. Le genre de ballon que l’on a littéralement plus qu’à pousser au fond des filets. Alors que l’OM menait 5-1 face au FC Metz, Dimitri Payet s’est retrouvé seul face à Kawashima. Au lieu de marquer, lui qui n’avait pas trouvé le chemin du but dans ce match, il a décidé d’attendre le Grec pour lui offrir ce précieux but. Un beau geste qui sonne comme le début d’une véritable bromance entre les deux hommes, qui ne cessent de se tomber dans les bras depuis.

La revanche des décriés


L’Olympique de Marseille fonctionne par paire. En défense centrale, il y a les golgoths Rami et Rolando. Au milieu de terrain, il y a le maître Gustavo et son élève Zambo. Sur le côté droit, il y a l’artiste Thauvin et son soldat Sakai. Et désormais, il y a deux hommes décriés que sont Payet et Mitroglou devant. La belle et la bête. Le bon, la brute et le truand. Tout en même temps. Dans cet Olympique de Marseille de nouveau séduisant, il y a deux hommes – les plus coûteux de l’effectif marseillais – qui ont attiré les critiques. Dimitri Payet, recrue star du Champions Project, a longtemps peiné à retrouver sa forme physique et a souvent été pointé du doigt pour son absence lors des gros matchs. Et c’est pire pour Konstantinos Mitroglou, le « grantatakan » tant attendu, pataud, maladroit et blessé lors de ses premiers pas avec l’OM. Sauf qu’apparemment, les deux hommes ont décidé de se serrer les coudes tous les deux afin de se tirer vers le haut.

Dimanche soir contre Toulouse, alors que l’OM s’embourbe pour trouver la faille, Rudi Garcia décide de lancer Dimitri Payet et Kostas Mitroglou. Quelques minutes après l’entrée en jeu du premier, et 35 secondes après celle du deuxième, le mur toulousain craque. Sur une longue passe de Sakai, Payet laisse passer le ballon entre ses jambes pour le Grec, profite de sa remise en une touche dans l’espace pour lui redonner la balle sur un centre au second poteau. Kostas ne tremble pas, Marseille remporte les trois points. Comme à chaque but du Grec, les deux hommes se félicitent chaleureusement. Kostas regarde presque son meneur de jeu avec les yeux de l’amour. Ce jeudi soir contre Bilbao, rebelote. C’est à la 38e minute que l’OM valide réellement sa qualification, en marquant ce but à l’extérieur qui plie la rencontre, sur un penalty de Payet. À l’origine, une percée de l’international français plein axe, qui s’appuie sur une remise de son nouveau pote.

La Mitr-Ayet prête à tirer


« Avec Kostas, on arrive, quand on joue ensemble, à bien se trouver. On a compris, tous les deux, les qualités de l’un et de l’autre. On essaye de jouer en conséquence » , expliquait Payet après le match contre Toulouse. Car au-delà d’une certaine complicité affichée sur le plan humain – alors qu’on a longtemps cru Mitroglou esseulé dans le vestiaire – les automatismes commencent à se ressentir sur le terrain. Ce qui est d’autant plus intéressant. De nouveau au top physiquement, Payet semble retrouver son explosivité et peut se servir de Mitro comme point d’appui pour accélérer et combiner. Dans l’autre sens, l’ancien joueur de Benfica, en quête perpétuelle de centres léchés dans la surface, peut se régaler de la qualité de passe de Dimitri Payet. Une complémentarité entre le numéro 10 et le numéro 9 qui semble plus convaincante que l’association Payet-Germain. La Mitr-Ayet est peut-être bien le nouvel axe fort de l’OM pour réaliser ses rêves de Ligue des champions en fin de saison.



Par Kevin Charnay
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 16:36 Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti 1 Hier à 15:00 Erick Thohir bientôt actionnaire d'Oxford United 3 Hier à 13:01 La manifestation des ultras des Young Boys contre l'e-sport 20
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Podcast Football Recall Olive & Tom
Hier à 11:32 Évra raconte sa vengeance après une blague de Piqué 68