1. // Jupiler Pro League – Bilan de mi-saison

La Belgique, trois fois

Si la sélection belge a encore manqué son rendez-vous avec une compétition internationale, son championnat reprend un peu de couleurs, grâce à la belle campagne européenne de ses trois représentants en C3. Et c’est bien sûr Anderlecht qui fait toujours office de tête de gondole.

Modififié
0 9
D’accord, le KRC Genk, champion sortant, en a bien bien chié en Ligue des champions, avec au bilan 3 nuls à domicile, 3 lourdes défaites en déplacement (dont ce honteux 7-0 à Valence) et une logique dernière place d’un groupe difficile. Mais visez un peu les perf’ belges en Ligue Europa : Club Bruges qui s’est permis d’éliminer Birmingham et de finir devant le Sporting Braga, finaliste de l’épreuve au printemps dernier ; le Standard de Liège, invaincu dans un groupe comptant Hanovre et Copenhague ; et surtout Anderlecht, auteur d’un parcours parfait, avec 6 victoires en autant de rencontres et 18 buts inscrits ! Voilà comment le plat pays va se retrouver avec trois brillants représentants en 16e de finale cet hiver, quand la France n’en comptera aucun…

Ce petit exploit permet une belle mise en lumière du football belge. On savait déjà les Diables Rouges de plus en plus cotés à l’exportation (Hazard meilleur joueur de L1, Kompany capitaine de City, Witsel révélation du Benfica…), on peut désormais légitimement voir son championnat – du moins ses équipes de tête – comme pouvant constituer une excellente rampe de lancement pour jeunes joueurs talentueux. Et tant pis si dans le même temps la sélection, malgré une génération de grande qualité, n’est pas parvenue à se qualifier pour une grande compétition depuis dix ans. La campagne pour la prochaine Coupe du monde 2014 dans un groupe homogène mais abordable (Croatie, Serbie, Macédoine, Écosse, Pays de Galles) peut offrir à la bande à Marouane Fellaini l’occasion de se rattraper.

Troublante Jupi

Mais revenons au championnat. La Jupiler Pro League est un championnat passionnant à suivre, pour peu qu’on daigne s’y intéresser avec attention. Car le problème, c’est que la fédé belge de football n’a rien trouvé de mieux depuis la saison 2009-2010 que de pondre un fonctionnement très difficilement lisible. Pour ceux qui n’ont rien suivi de ces changements, on va la faire courte. Enfin, aussi courte que possible. Il y a d’abord une saison régulière, classique, entre les 16 équipes, soit 30 journées. Une fois cette première phase terminée (fin mars), le championnat est scindé en trois groupes de play-offs. Le premier réunit les six premiers du classement, qui débutent chacun la seconde phase avec la moitié de leurs points acquis jusqu’alors. Le second oppose les clubs classés entre la 7e et la 14e place et donne droit au vainqueur de disputer un match de barrage face au 4e des play-offs 1, pour le dernier accessit européen. Enfin les deux derniers de la saison régulière s’affrontent dans un mini-championnat à cinq matchs, le perdant étant relégué directement en D2 et le vainqueur gagnant le droit d’essayer de sauver sa peau contre un barragiste issu de la D2. On avait prévenu que c’était totalement merdique…

Le Standard au ralenti

Ce système offre la chance à une équipe de se refaire la cerise en fin de saison, à l’image du Standard au printemps dernier, qualifié in-extrémis pour les Play-Offs 1 et finalement devancé de justesse par le seul RCK Genk à l’issue de la toute dernière journée. A 11 journées de la fin de la saison régulière, la bataille fait donc rage pour la course au top 6. Les surprenants promus de Mons, avec la révélation Jérémy Perbet en attaque (16 buts) s’accrochent en 8e position, à distance raisonnable, tandis que Genk a repris juste avant la trêve la 6e place au Cercle Bruges, à la faveur d’une victoire 4-2. En déroulant ce classement à l’envers, on retrouve ensuite un Standard de Liège au ralenti à la 5e place (trois nuls et une défaite pour terminer l’année 2011, moche). Au pied du podium, Courtrai surprend avec les Français Baptiste Martin et Steven Joseph-Monrose titulaires. Quatre points devant, le Club Bruges s’est remis dans le sens de la marche avec son nouvel entraîneur, l’Allemand Christoph Daum, arrivé durant l’automne. Puis en deuxième position, on retrouve La Gantoise, meilleure attaque du championnat et excellente en déplacement (une seule défaite concédée depuis le début de saison à l’extérieur).

Enfin, sans surprise, la première place provisoire est occupée par Anderlecht, malgré un parcours nettement moins serein en Jupiler League qu’en C3. Les Mauves s’appuient notamment sur une solide défense, avec Silvio Proto dans les cages et le très athlétique duo Roland Juhász/Cheikhou Kouyaté devant lui. Les autres cadres du technicien Ariël Jacobs sont l’Américain Sacha Kljestan, Guillaume Gillet, Fernando Canesin, Lucas Biglia, Milan Jovanovic, Tom de Sutter et bien sûr Matias Suarez. L’Argentin, pisté par l’OM, a réalisé une excellente demi-saison avec une tripotée de buts et de passes dec’, que ce soit sur la scène nationale ou continentale. Lucas Biglia pourrait quant à lui prendre la direction de la Fiorentina. Voilà les limites actuelles du championnat belge : dès lors qu’un joueur se fait remarquer par ses performances, il a de fortes chances d’aller grandir ailleurs.


Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Mais non ce système de playoff est génial ! ...


Non en fait.
petite rectification: De sutter est un super joueur mais n'est absolument pas un cadre d'Anderlecht ...

et oui ce système de play-off, c'est comme qui dirait de la m*rde. Surtout pour les 2 derniers. A l'introduction de ce système de championnat, rien n'était prévu pour les 2 moins bien classés: Donc de mars à mai, ils ne jouaient pas et puis le 15éme devait participer aux barrages avec le 2éme-3éme-4éme de D2 (le mini-championnat existe toujours)

Pour le reste c'est encore plus drôle en vrai que dans l'article: les play off 2 ne se jouent pas en 1 cule poule de 8 mais en 2 de 4 équipes, le vainqueur de chaque groupe joue la finale des play-off 2 pour ensuite joue le match contre le 4éme de play-off 1 pour le dernier ticket européen ... Une équipe qui n'a rien foutu de l'année et qui termine la saison régulière 14éme peut donc joue les barrages de l'Europe league ...
Pas mal du tout, ton article Régis, merci. Je me demande ce que les non-initiés vont bien pouvoir comprendre au fonctionnement assez compliqué de notre championnat, mais c'est un assez bon bilan de l'état des forces à la mi-saison. Et puis c'est vrai que ce n'est pas chaque année que nos représentants européens font parler d'eux dans des termes aussi élogieux, ça méritait bien une petite mention. Ce qui est fait désormais.
Sans oublier, dans les rangs d'Anderlecht, Dieumerci M'Bokani (petit passage à Monaco) et Behrang Safari qui s'est imposé au fil des matches au poste d'arrière gauche et qui participera peut-être à l'Euro avec la Suède.
Moi j'aime bien les PO (Seulement les PO1, les deux autres, c'est juste une blague et tout le monde s'en bat les cou*lles)
Je trouve que ça augmente un peu le niveau vu que tout le monde se bat pour y aller.

Anyway, Anderlecht finira champion.
Les PO donnent également plus de marge de manoeuvre aux clubs belges pour briller en Europe dans la mesure où ils peuvent tranquillement s'assurer une place dans le top 6 sans forcément flipper outre mesure de lacher trop de points dans la course à l'Europe.
Il faut voir sur le long terme, mais est ce que ce sytème de PO, n'augmentent pas le niveau de compétitivité des gros. Autrement dit est ce que le fait que trois équipes soit passés premières de leur poule en europa league n'est pas lié, à une augmentation de niveau due au PO 1?
@ILOVEBAYERN: à long terme, je ne vois pas le niveau augmenter. Les 3 clubs sont passé de belles manières mais (un peu) au détriment du championnat.
Le risque est que l'objectif devienne: qualif pour les play off 1 (lire: ne pas se donner à fond pendant l'année mais juste à partir de mars) pour passer l'hiver européen au chaud. On verra ce que sa donnera quand nos 3 clubs belges devront tout donner le w-e et essayer de passer un tour de plus en Europe.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Milan, la force tranquille
0 9