Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Gr. G
  3. // Belgique-Tunisie (5-2)

La Belgique envoie un message au monde entier

La Belgique a frappé fort, ce samedi après-midi à Moscou, en battant la Tunisie grâce à un match maîtrisé de bout en bout. Portés par un duo Hazard-Lukaku en feu et bien plus impressionnants que face au Panama, les Diables rouges laissent deviner une montée en puissance qui risque de faire beaucoup de dégâts. La Tunisie, elle, attendra le résultat de l’Angleterre demain face au Panama pour être certaine d’être éliminée.

Modififié

Belgique 5-2 Tunisie

Buts : Hazard (6e sp, 51e), Lukaku (16e, 45e+3), Batshuayi (90e) pour la Belgique // Bronn (18e), Khazri (90e+2)


Il était 14 heures en France quand ce Belgique-Tunisie a débuté. Soit 15 heures à Moscou. C’est peut-être un détail pour vous, mais ça veut dire beaucoup pour la dermatologue de Kevin De Bruyne. Car le thermomètre de Moscou affichait 29 degrés à ce moment-là et les gens qui ont la peau de Kevin De Bruyne le savent mieux que n’importe qui : cela n’est certainement pas un contexte pour sortir, en tout cas pas en T-shirt et sans casquette ! Certainement parce qu’il avait oublié de se badigeonner de crème solaire indice 50, KDB a eu la bonne idée de rester dans l’ombre face à la Tunisie, se contentant d’être un coéquipier utile, mais laissant ses coéquipiers du secteur offensif s'occuper de la lumière et des statistiques.

Hazard-Lukaku, pour dire je t’aime

Enfin un gros qui tape du poing sur la table ! Dans une Coupe du monde où les favoris et les outsiders ont les genoux qui tremblent dès qu’ils affrontent plus petits qu’eux, la Belgique a le mérite d’honorer son statut de potentiel vainqueur final. Et de pouvoir compter sur ses têtes d’affiche. Comme face au Panama, Romelu Lukaku a claqué un doublé. Mais à l’inverse du match d'il y a cinq jours, il a inscrit ses deux buts en première période. D’abord en croisant sa frappe du gauche à la suite d’un service de Mertens et d’une boulette d'Ali Maaloul (2-0, 16e), puis en piquant son ballon du droit pour exploiter un caviar du très actif Thomas Meunier (4-0, 45e+3). Lukaku rejoint ainsi Cristiano Ronaldo en tête du classement des buteurs, et contrairement au Portugais, il sait que les jours où ça n’ira pas, il pourra compter sur ses petits potes. Ou en tout cas au moins sur Eden Hazard.


Chacune des foulées du capitaine des Diables rouges cet après-midi mériterait d’être enfermée dans un coffre-fort. Le joueur de Chelsea a d’abord commencé son festival en provoquant et transformant un penalty (1-0, 6e). Puis il a mis à profit une longue ouverture d’Alderweireld pour rappeler qui il était : un joueur qui, parfois, aime dribbler le gardien (ici Ben Mustapha) avant de pousser le ballon dans un but vide (51e). Avant et après ? Des déviations subtiles, des appels tranchants et une matière grise semée aux quatre coins du terrain.


L’avantage de ce type de raclée, c’est qu'elle a permis au sélectionneur Roberto Martínez de faire souffler Lukaku (59e) et Hazard (68e) assez tôt. Première certitude : ces gars-là seront prêts pour les rencontres qui arrivent. Deuxième certitude : les autres aussi. Car accorder ce succès à ce seul duo serait injuste, tant l’ensemble a été harmonieux. Il suffit de voir ce que les joueurs sortis du banc ont apporté. Déchaîné et auteur de sept tirs en vingt minutes (!), Michy Batshuayi a finalement trouvé la faille sur un service de... Youri Tielemans, qui venait de sortir du banc (5-1, 90e).

Bronn poissard, Khazri sauve l'honneur

Fatalement, il fallait un punching ball, et la Tunisie en était un parfait. Après leur défaite frustrante face à l’Angleterre (2-1), on attendait des Aigles de Carthage un peu plus résistants. Mais au-delà d’une vingtaine de minutes très correctes au cœur du premier acte, on n’a pas vu grand-chose. Il faut dire que les joueurs de Nabil Maaloul n’ont pas eu de chance. Lorsque Dylan Bronn (le seul joueur sur le terrain évoluant en Belgique, à La Gantoise) a réduit le score d’un belle tête décroisée (2-1, 18e), la Tunisie avait le droit d’y croire. Mais quand Bronn s’est tordu la cheville et est sorti en larmes sur une civière cinq minutes plus tard, on a compris que ce n’était pas la journée des Tunisiens. D’autant que dans la foulée, Wahbi Khazri, passeur sur le premier but, s’est lui aussi allongé par terre, avant de se relever et de finir en serrant les dents, mais amoindri. Au courage, le capitaine tunisien a réduit le score pour l’honneur (5-2, 90e+2).

Des nouvelles de Kevin De Bruyne ? Le ciel de Moscou a décidé de se mettre à pleuvoir à partir de la 63e minute. Mais malheureusement, la température n’est pas redescendue. La preuve que même quand une journée est magnifique, elle n’est jamais vraiment parfaite.


Belgique (3-4-2-1) : Courtois – Alderweireld, Boyata, Vertonghen – Meunier, De Bruyne, Witsel, Ferreira Carrasco – Mertens (86e Tielemans), Hazard (68e Batshuayi) – Lukaku (59e Fellaini). Sélectionneur : Roberto Martínez.

Tunisie (4-3-3) : Ben Mustapaha – Bronn (23e Naguez), S. Ben Youssef (41e Benalouane), Meriah, Maaloul – Khaoui, Skhiri, Sassi (59e Sliti) – F. Ben Youssef, Khazri, Badri. Sélectionneur : Nabil Maaloul.


Par Matthieu Pécot, au Spartak Stadium
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 09:51 GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
Hier à 16:26 Une amende de 2250 euros pour Lampard 10
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 09:25 Pochettino compare l'expérience à des vaches devant un train 27 Hier à 08:54 Infantino contre les matchs de Liga aux USA 28