1. // Euro 2012 – Eliminatoires

La Belgique en danger

Le point groupe par groupe sur tous les matchs des éliminatoires de l'Euro 2012 disputés ce weekend.

0 8
Groupe A

Tranquille leader avec 4 victoires en autant de matchs, l'Allemagne affronte le dernier du groupe, le Kazakhstan, au Fritz-Walter Stadion de Kaiserslautern. Sven Bender, le petit dernier de la génération dorée du Borussia Dortmund, pourrait en profiter pour obtenir sa première sélection. L'autre match voit s'affronter le voisin autrichien à la Belgique. Un match aux allures de dernière chance pour les Diables Rouges, relégués à trois points (et un match de plus) de leurs adversaires du soir. En octobre dernier à Bruxelles, les deux équipes s'étaient séparées sur le score de 4-4, avec l'égalisation des visiteurs dans les arrêts de jeu.

Groupe B

Beaucoup d'enjeux dans ce groupe B très serré. Si la Russie s'impose en Arménie samedi, elle fera néanmoins un grand pas vers la qualification. En cas de contre-performance en revanche, leurs adversaires du jour mais aussi l'Irlande (qui affronte la Macédoine) et la Slovaquie (en déplacement en Andorre) peuvent contester le leadership. Avec 7 points chacune, les sélections irlandaise, arménienne et slovaque ne sont qu'à deux petits points des hommes de Dick Advocaat.

Groupe C

C'est une sélection italienne pas mal remaniée qui va effectuer le court déplacement chez son dauphin slovène, avec pour objectif d'affirmer un peu plus sa domination dans ce groupe C. Dans le 11 aligné par Cesare Prandelli, derrière le vétéran Buffon, on devrait par exemple trouver Ranocchia de l'Inter, 2 sélections, Motta de l'Inter également, 1 sélection, ainsi qu'une palanquée de petits nouveaux sur le banc : Lucchini, Bovo, Antonini, Lazzari, Floccari... et pas de Balotelli, écarté. Battu 0-3 sur tapis vert par l'Italie suite aux incidents créés par ses hooligans, la Serbie se retrouve à l'avant-dernière place avant d'affronter l'Irlande du Nord ce soir à Belgrade. Défaite interdite.

Groupe D

Au lendemain de Luxembourg – France, la Biélorussie aura une belle carte à jouer en déplacement chez son poursuivant, l'Albanie. Après la probable victoire tricolore, c'est la deuxième place qui est en jeu. Derrière, Bosnie et Roumanie ont un match en moins et des points en retard. Un nul les éliminerait presque.

Groupe E

Un seul match au programme ce vendredi pour le compte du groupe E : Hongrie – Pays-Bas, soit le deuxième face au premier. L'occasion est belle pour la prometteuse nouvelle génération magyare (le joueur du PSV Balazs Dzsudzsak en tête) de faire revenir la Hongrie sur le devant de la scène footballistique. 36e au dernier pointage, la sélection n'a jamais figuré aussi haut depuis la création du classement mondial Fifa. La dernière participation de la Hongrie à une phase finale d'un grand championnat remonte à Mexico 86. Côté batave, en l'absence de Robben et d'Huntelaar, meilleur buteur des éliminatoires, Bert van Marwijk a rappelé Van Nistelrooy.

Groupe F

Le leader croate n'aura pas forcément partie facile au stade Boris Paichadze de Tbilissi. Troisièmes du groupe, les Géorgiens sont toujours invaincus et comptent deux points d'avance sur les Israéliens et les Lituaniens, qui s'affronteront dans le même temps samedi. En déplacement à Malte, la Grèce, deuxième, peut en profiter pour mettre la pression voire pour dépasser les Croates au classement.

Groupe G

La grosse cote monténégrine, qui a disputé un match en plus de tous ses adversaires, est au repos et pourrait assister ce weekend au retour en tête de l'Angleterre en cas de victoire à Cardiff face aux voisins gallois. C'est d'autant plus probable que Gareth Bale, blessé à une cuisse, doit finalement déclarer forfait. En face, l'équipe sera emmenée par John Terry, de retour en grâce et qui hérite du brassard de capitaine en l'absence de Ferdinand et Gerrard, blessés. L'autre match voit s'affronter la Bulgarie et la Suisse, deux outsiders déjà largués au classement.

Groupe H

Ce derby scandinave revêt une importance particulière pour la Norvège, qui a l'occasion de creuser l'écart en tête sur le Portugal, exempt. Le Danemark peut également réaliser une bonne opération en cas de résultat positif. Cristiano Ronaldo et les siens peuvent être anxieux de ce weekend sabbatique. Bon sinon il y a Chypre – Islande et très honnêtement, il n'y a rien à en dire.

Groupe I

Les Espagnols reçoivent leur dauphin au classement de ce groupe I, la République Tchèque, à Grenade ce soir. Un bon test face à une sélection réputée solide défensivement. Puyol, Fabregas et Pedro sont absents.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Sven Bender n'est pas vraiment le "petit dernier de la génération dorée du Borussia". Il n'a pas été formé à Dortmund, comme son frère jumeau Lars.
Ca serait un beau gâchis pour nos amis outre-quiévrains, qui ont tout de même une belle génération, la plus belle depuis bien longtemps. Et sur le modèle des pronostiques hâtifs de Bruno Bellone, la Belgique pourrait être un bel outsider en 2012 (voire en 2014 tant que nous y sommes)...
Un avis de Belgique: oui on a de bons joueurs, mais une équipe méchamment déséquilibrée. On peine à trouver des arrières latéraux convenables à gauche et à droite. Et devant, on se repose sur un Lukaku de 17 ans qui n'est plus du tout en forme.
Alors oui, Hazard, Fellaini (Everton - blessé pour ce soir), Vermaelen (blessé aussi) et Kompany c'est tout bon. Witsel, Defour (Standard), Mignolet (Sunderland) c'est pas mal aussi. Mais ça ne fait pas onze... Les Diables Rouges c'est un gros potentiel mais pas encore de résultat probant - Wait and see...
On pourrait mettre un bemol à cette "génération dorée", qui n'a pas encore montré grand-chose.

Hazard commence à devenir bon de manière régulière, tant mieux. Fellaini c'est de moins en moins tout bon. Vermaelen est blessé. Kompany commence enfin à devenir un vrai bon joueur. Witsel et Defour deviennent tout juste ce qu'on attendait d'eux (un peu vite d'ailleurs, comme souvent). Mignolet n'est pas mal. De Mul est terrifiant.

Les deux "grands lateraux de demain qu'on attend toujours", Pocognoli et Vanden Borre se remettent à peine du traumatisme de leur génie infantile.

Dembélé essaye d'apprendre à marquer.

Mirallas fait une bonne saison à l'Olympiakos, mais il est encore trop irrégulier.

Logan Bailly vit un enfer à Monchengladbach alors qu'il était le sauveur il y a un an. Gillet est correct à Bari, Proto reprend gout à la vie.

Vertonghen progresse beaucoup à l'Ajax. Lombaerts sombre lentement au Zenith. Alderweireld va peut-etre exploser, toujours à l'Ajax.

Lukaku ne progresse plus.

Alors peut-etre Jelle Vossen en sauveur de la nation.
Assez d'accord en général, sauf pour Fellaini qui est selon moi le joueur qui a le plus gros impact en équipe nationale. Un géant (en taille) comme lui qui est décisif dans les deux rectangles, ça court pas les rues.


De Mul terrifiant ? Une terreur pour les médecins alors...


Quant à Pocognoli et Vandenborre, je ne m'explique pas cette stagnation, surtout pour le premier, on sait tous que VDB n'a pas grand'chose dans le ciboulot.


Pour Vertonghen je l'avais oublié mais je l'aime beaucoup... en def central ou en MdF ! Pas en arrière gauche comme on risque de le voir ce soir...
De Mul terrifiant... Pour les médecins bien sur. Une trajectoire terrifiante.

Quant aux deux latéraux de génie, ils feraient bien de s'inspirer d'un joueur comme Reto Ziegler, qui semble enfin avoir trouvé une forme de stabilité footbalistique.

Fellaini stagne, il semble de moins en moins décisif, et l'anorexie le guette.

Dans le genre tige au physique très vaguement sportif et bien plus décisif (bien plus avancé il est vrai) je préfèrais de loin Le Tissier.
Et au final un 0-2 complétement mérité
Cette jeune équipe Belge attendait un résultat probant depuis longtemps, ils l'ont fait sans Vermaelen, Fellaini, Lukaku et Hazard ( sur le banc 90 minutes ) ils l'ont fait face à des autrichiens qui pensaient tomber sur des ploucs.

Cette équipe peut faire mal sur durée.
La Belgique en danger pour finalement s'en tirer comme des champions. Le niveau de jeu général n'était pas très bon, il est vrai, et les diables ont eu de la réussite sur le premier but. Mais ensuite, ils ont parfaitement géré leur avantage, pour doubler la mise peu après la pause. Résultat: l'équipe est toujours en lice pour une qualification au tour final de l'Euro, et c'est une très bonne nouvelle. Reste à confirmer ce mardi contre l'Azerbaïdjan! Allez les diables!
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Pizarro quatre saisons
0 8