Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 5 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // PSG-Bordeaux (6-2)

La beauté du geste

Paris est trop fort pour la Ligue 1, c'est un fait devenu un peu plus incontestable après le 6-2 collé à Bordeaux. Une domination pas très drôle pour ceux qui aiment le suspense, mais qui régale les amateurs de beau spectacle.

Modififié
André Gide l'avait prophétisé : choisir, c'est renoncer. Le genre de phrase après laquelle on s'attend à entendre un examinateur pète-sec du bac philo ajouter : « Vous pouvez commencer à écrire, vous avez quatre heures. » Les choix cornéliens sont toujours des moments compliqués, et seul Nelly a réussi à rendre agréable le concept du dilemme, bien aidé par la voix suave de Kelly Rowland. Car depuis fin août, les aficionados de la Ligue 1 sont dans une belle galère et font face à une question d'ampleur inédite : faut-il accepter de regarder Paris mettre à sac la Ligue 1 en admirant le spectacle offert par les gars d'Emery, ou bien se révolter et refuser de voir le championnat de France devenir une ligue à dix-neuf équipes ?


Que faut-il faire, rester les bras ballants et sacrifier le suspense sur l'autel du show, ou regretter le temps où l'inattendu avait encore une toute petite place ? À ceux qui juraient que l'arrivée des Qataris au Parc avait assassiné l'intérêt de la Ligue 1, Monaco avait répondu la saison dernière en levant les bras sur la ligne d'arrivée au nez et à la barbe du PSG. Un sacré pied de nez. Sauf que sous le soleil de juillet et d'août, les mauvaises nouvelles du front sont arrivées en pagaille. De son côté du champ de bataille, l'armée monégasque a connu une saignée immense. Dans la tranchée d'en face, celle de Paris a récupéré des Expendables sans foi ni loi. La suite était tristement prévisible, et la taule que vient de mettre Paris à Bordeaux n'est qu'une piqûre de rappel : le PSG est devenu trop gros pour tomber, du moins en Ligue 1.

Trop de buts tuent le but


C'est le principe du « Too big to fail » , qui voudrait qu'une fois qu'on est devenu démesurément gigantesque, on n'a plus rien à craindre. En regardant Neymar et ses gros bras carboniser les Girondins au Parc, on s'est dit que le temps du chassé-croisé avec Monaco et du suspense qui durait jusqu'à la saison où les feuilles repoussent était bien loin. Digne malgré la rouste, Jocelyn Gourvennec ne s'est pas planqué. Oui, la Ligue 1 est devenue un championnat à dix-neuf équipes, et les matchs contre Paris ne comptent que pour le gala : « Ce que ce match confirme, c'est que Paris est très au-dessus. Il faut qu'on oublie ce match. Je pense qu'ils seront très au-dessus cette année, ils se sont encore renforcés, ils ont deux joueurs galactiques, il y a un très gros écart. Je pense qu'ils peuvent faire une saison sans perdre. » Concernant les six buts que ses hommes ont encaissé, le coach s'est contenté d'une réponse Doliprane : « Ça fait mal au crâne. » Emery, lui, se faisait prendre en flagrant délit de gloutonnerie et confiait qu'il avait vu trop de buts pour se souvenir de tous : « Je ne me rappelle pas de comment ils sont. » Un problème qu'il risque de rencontrer souvent cette saison. Car son PSG a déjà rentré deux matchs à six pions et un à cinq en Ligue 1, et nous n'en sommes qu'à la huitième journée. Ce samedi après-midi, il a réduit en bouillie le troisième du championnat, la seule autre équipe invaincue depuis le début de la saison. Paris vient de montrer de façon violente à ceux qui en doutaient encore que l'intérêt sportif était six pieds sous terre. Reste une autre source de plaisir, l'amour du spectacle. Et là encore, c'est la douce Kelly Rowland qui en parle le mieux.

https://www.youtube.com/watch?v=0XA5JLh7bOU


Par Alexandre Doskov, au Parc des Princes Propos recueillis par AD
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 12:30 Un Ukrainien refuse de faire face au drapeau russe 24
Partenaires
Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
samedi 18 août Leeds enchaîne 19
À lire ensuite
Le PSG démolit Bordeaux