1. // Le derby du week-end – Algérie – MC Alger/USM Alger

La Bataille d'Alger

Ce samedi après-midi va se dérouler le derby algérois entre le MCA et l'USMA, pour le compte de la 20e journée de la Ligue 1 locale. Un match qui constitue le choc de la saison, et pas seulement parce qu'il voit s'affronter deux équipes actuellement classées sur le podium. Il s'agit aussi et surtout de la rivalité la plus fameuse et la plus suivie d'Algérie. Un choc qui prend ses racines avant l'indépendance du pays.

Modififié
1 15
Le football comme école du nationalisme

Le Mouloudia Club d'Alger (MCA) est le doyen des clubs algériens. Il a été fondé le 7 août 1921 par des locaux, malgré les réticences des autorités coloniales, qui refusèrent dans un premier temps de leur délivrer un agrément. Une forme de défiance vis-à-vis des désirs d'émancipation de plus en plus forts à l'époque. Et pour cause, les fondateurs du MCA avaient dès le départ imaginé ce club comme un moyen de fédérer les Algériens dans la passion du football. Proposer une alternative aux équipes françaises qui existaient alors à Alger et qui étaient constituées en majorité de joueurs européens. « Les couleurs choisies pour le maillot, le vert et le rouge, seront d'ailleurs celles du futur État, fait remarquer Yazid Ouahib, du quotidien El Watan. On dit d'ailleurs ici que le Mouloudia est né avant l'État algérien. Des patriotes ont adhéré au projet qui a rassemblé autour de lui tous les Algériens qui revendiquaient l'indépendance. Le MCA a été une école du nationalisme. Ses succès contre les clubs français étaient perçus comme des victoires contre le colonialisme. La naissance du MCA correspond au début d'un éveil politique. » Au fil des années, le nationalisme gagne du terrain et le Mouloudia ne suffit plus à accueillir tous les autochtones désireux de défier les colons balle au pied. D'autres clubs sont créés, dont l'Union Sportive Medina d'Alger le 5 juillet 1937, plus connu sous le raccourci d'USMA. « Avant l'indépendance en 1963, les deux clubs ont cohabité en harmonie dans les mêmes quartiers – Bab el Oued et Soustara – et le même stade Saint-Eugène » , aujourd'hui stade Omar-Hamadi de Bologhine, au nord de la capitale.

Après l'indépendance, une saine et épique rivalité

Après cent trente-deux ans de colonisation française, l'Algérie obtient son indépendance le 5 juillet 1962. Un premier championnat national de football est organisé dans la foulée, auquel prennent part les deux rivaux, qui ne l'étaient pas encore vraiment à ce moment de leur histoire. C'est en tout cas l'avis de Yazid Ouahib. « Il y avait un début de rivalité mais sans grandes conséquences sur le plan de la sportivité. De nombreux joueurs pouvaient alors porter les couleurs des deux clubs au cours de leur carrière. » Au fil des derbys néanmoins, la rivalité grandit, avec son lot d'anecdotes. Le journaliste d'El Watan se souvient notamment de celle-ci : « C'était au milieu des années 60, au cours d'un match mémorable entre le MCA et l'USMA. Hamid Bernaoui, attaquant de cette dernière équipe, s'était aidé de la main pour marquer un but au gardien Abderrahmane Boubekeur, un geste similaire à celui que fera Vata face à l'OM. L'arbitre valide le but malgré les contestations de Boubekeur, qui jure avoir entendu Bernaoui confesser lui-même qu'il aurait dû siffler faute. Le sentiment d'injustice était grand du côté du Mouloudia. » Le club doyen se vengera dans les années 70 en enchaînant les trophées et les victoires contre son meilleur rival, grâce à une équipe géniale emmenée par ceux qu'on appelle « la génération des B » : Betrouni, Bachi, Bencheikh, Benali and co, vainqueurs de la Coupe des clubs champions africains en 1976. Côté USMA, on peut s'enorgueillir d'avoir conquis le premier titre de champion d'Algérie en 1963 et d'avoir connu une période faste au début du nouveau siècle, avec trois titres nationaux conquis entre 2002 et 2005, plus une demi-finale de Ligue des champions en 2003 (défaite contre le futur vainqueur, le club nigérian d'Enyimba).

Samedi, à la quête du Graal

Si les clubs algériens sont ces temps-ci moins performants sur la scène continentale, les supporters peuvent toujours compter sur le derby algérois pour apporter du piment à la saison. Yazid Ouahib : « L'ambiance autour de ce rendez-vous est extraordinaire. Toute l'Algérie parle du derby et des fans des deux équipes viennent de toutes les villes du pays pour le suivre à Alger. De nombreuses familles algéroises comptent dans leurs rangs des supporters des deux clubs. Parfois, on a l'impression, à la veille du derby, d'être au bord de la guerre. Et le jour du match, la rivalité en tribunes est magnifique lorsqu'elle ne déborde pas dans la violence. » Cette saison, le match aller, disputé le 21 septembre, a été endeuillé par la mort de deux spectateurs, suite à l'effondrement d'un morceau d'une tribune du stade du 5 juillet d'Alger, qui est depuis fermé. Le match de samedi aura donc lieu à Blida, à 40 km de la capitale, dans une enceinte qui devrait accueillir 35 000 personnes. Sportivement, l'enjeu est énorme, les deux équipes pouvant prétendre en fin de saison à un titre qui échappe à l'USMA depuis 2005 et au MCA depuis 2010. Au classement de la Ligue 1 algérienne, après 19 journées disputées (sur 30), le double tenant du titre ES Sétif occupe la tête du classement avec 39 points, tout comme son dauphin l'USMA (+14 contre +13 de différence de buts), le MCA occupant la troisième place du podium provisoire avec 33 points.

Youtube
Youtube


Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Super article. Toutefois le vrai doyen est le CSConstantine fondé en 1898.
C'est tellement bien résumé dans le reportage de Canal "L’engouement en Algérie pour le football n'a de semblable que la mal organisation, l'amateurisme des dirigeants et la médiocrité des structures."

Vraiment triste pour ce pays qui a pourtant tant à offrir à ce sport.
Note : 1
Le CSConstantine est un club colonial.

Bref, Mouloudia gagne !!!
Le CSC est un club colonial, le MCA reste le vrai doyen, et il va remporter le derby =)
C'est méconnaitre totalement l'histoire du CSC, que de dire "c'est un club coloniale". D'une au début de son histoire le club a reçue de multiples pressions de la part des autorités coloniale, si bien qu'il a due changer de nom en 1909. Et n'oubliez pas les joueurs et dirigeants que le CSC a perdue durant la guerre.
ssc anarchi Niveau : Loisir
Références culturelles haut de gamme pour journalisme foot DE QUALITE! Le petit-bourgeois en moi apprécie énormément. Tout simplement MERCI
Le top 5 but des derby le numero 2 jetais o stade avec mon cousin en 2006 ...! Ambiance de malade !
Par curiosité quelqu’un a des nouvelles du futur stade de la JS Kabylie ?
Projet ambitieux ! est t'il en construction ? la fin des travaux sont pour quand ?
@El Xeneize les travaux sont toujours en cours, et comme en Algérie on c'est quand les travaux commence, mais jamais quand ils s'arretent, bien malin celui qui t'annoncera la fin des travaux.
Avant 2019 jpense vu que c annoncer pr fin 2015 mdr
Merci pour vos réponses Ryad et Dadi ! et un peu d'humour c'est toujours bon a prendre ;)
( donc ils sont dans le meme cas du Zénith St Petersbourg )
Je m'attendais à un article plus riche en Infos historiques
Alors commençons par une petite précision: l'attaque des 5 B comprenait Bachi; Bvetrouni; Bousri; Bencheikh et Bellemou. Benali est arrivé 10 ans après...autre précision le Mouloudia est et restera le doyen des clubs...Algériens .maintenant si on parle des clubs nés sous l'occupation avec un profil pseudo algérien alors peut être que le csc peut postuler. Bon je vous laisse je pars au stade...
En tt cas les commentateur de canal algerien put1 que c bas mdr
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
1 15