1. //
  2. // 2. Bundesliga
  3. // Présentation

La 2. Bundesliga fait sa rentrée

Le 42e exercice de la 2. Bundesliga débute ce vendredi soir, avec un délicieux Duisburg-Kaiserslautern. Au programme, un taureau qui a envie de voler plus haut, les mêmes empêcheurs de tourner en rond, et le retour de deux institutions du football allemand.

Modififié
14 10
  • Ceux qui sont favoris pour la montée


    Une année en 2. Bundesliga, c'est une année de trop. C'est sûrement ce que doit penser Ralf Rangnick au fond de lui. Alors, ni une ni deux, l'ancien coach de Schalke 04 a décidé de retourner sur le bord du terrain pour mener sa mission à bien. Et il faut dire qu'il aura de quoi s'amuser. Cette saison, le RB Leipzig a frappé fort sur le marché des transferts, réussissant - entre autres - à faire venir le talentueux Davie Selke (ex-Werder) pour 8 millions d'euros ainsi que Willi Orbán (ex-Lautern) ou encore le jeune Atınç Nukan (ex-Beşiktaş). Si l'on ajoute à ça les retours de prêt de Marcel Sabitzer et de Massimo Bruno, la présence de Yussuf Poulsen et Rani Khedira, autant dire que le RB Leipzig ne vise rien d'autre que la montée nette et sans bavure. Du coup, les autres favoris vont devoir se creuser la tête pour savoir comment prendre le taureau par les cornes. Le SC Fribourg et son coach Christian Streich ont leur petite idée, et ce, même si les meilleurs joueurs de l'équipe sont partis (Mehmedi, Darida, Schmid, Bürki...). Du côté du 1. FC Kaiserslautern, l'entraîneur Kosta Runjaić espère que ses jeunes pousses vont cette fois-ci se rebeller et arrêter de s'écrouler dans les derniers mètres. Enfin, le Fortuna Düsseldorf, qui a fait appel à d'anciens briscards de l'élite (Didier Ya Konan et Karim Haggui), peut venir jouer les trouble-fête. Car plus on est de fous, plus on rit.

    Les joueurs à suivre : Selke, Poulsen, Sabitzer (RB Leipzig) ; Petersen, Günter, Kempf (Fribourg) ; Ya Konan, Haggui, Pohjanpalo (Fortuna Düsseldorf) ; Zimmer, Halfar, Löwe (1. FC Kaiserslautern)

  • Ceux qui peuvent affronter Hambourg en barrages en fin de saison


    1er juin 2015. Il est un peu plus de 20h30 à Karlsruhe. Le Wildparkstadion s'apprête à faire la fête et à célébrer ses joueurs, qui vont revenir en première division après six ans d'absence. Hélas pour le KSC, Marcelo Diaz va inscrire dans le temps additionnel un coup franc qui fait redescendre tout le monde sur terre. Au final, Karlsruhe finit par s'incliner. Ou plutôt : pour la deuxième année consécutive, Hambourg se sauve n'importe comment. Attendu que le HSV va encore faire n'importe quoi cette saison et sauver sa tête à la toute fin de saison, voici une liste potentielle d'adversaires. Le Karlsruher SC, bien sûr, est assoiffé de revanche. L'Eintracht Braunschweig, avec son coach Torsten Lieberknecht, avait montré de belles choses en 1. Bundesliga, il n'y a pas si longtemps que ça, à moins que cette fois-ci, le 1. FC Nuremberg ne se réveille et décide de montrer à tout le monde pourquoi c'est une place forte du football allemand. Le VfL Bochum pourrait être un candidat à la montée, si toutefois il arrêtait de placer tous ses espoirs en Simon Terodde (16 buts l'an dernier). À moins que ce ne soit l'ex-club de Terodde justement, l'Union Berlin, qui décide une bonne fois pour toutes d'aller se frotter à l'élite. En tout cas, l'Union a déjà enregistré une première victoire : Benjamin Köhler a vaincu son cancer. On se rappelle que l'an dernier face à Bochum, les joueurs de l'Union avaient arrêté le match pour aller saluer leur camarade malade (en fin de contrat, prolongé depuis). La grande classe.

    Youtube

    Les joueurs à suivre : Terodde, Terrazzino, Losilla (VfL Bochum), Reichel, Berggreen, Matuschyk (Eintracht Braunschweig), , Yamada, Hennings, Torres (Karlsruhe) ; Stark, Sylvestr, Schöpf (1. FC Nuremberg), Schönheim, Wood, Kessel (Union Berlin)

  • Ceux qui vont traîner dans le ventre mou


    La saison passée, les promus ont régalé : Darmstadt revient dans l'élite après 33 ans d'absence, Leipzig a fini 5e et le modeste 1.FC Heidenheim a excité l'audience. L'an dernier, il y a eu du spectacle dans le Bade-Wurtemberg, grâce notamment à Florian Niederlechner (15 buts, 10 passes décisives) et Marc Schnatterer (11 buts, 11 passes décisives). Si le premier est parti à Mayence, le second est toujours là, et compte bien tout faire pour établir son équipe en 2. BuLi. Ne pas s'éterniser dans l'antichambre de l'élite, c'est le souhait du SC Paderborn, qui a goûté au nectar de la 1. Bundesliga et qui ne peut plus s'en passer. Seulement, avec l'entraîneur et des cadres partis, ça risque d'être compliqué. De leur côté, deux clubs aspirent à revenir à un niveau correct : au nord, le FC Sankt-Pauli, qui a joué avec le feu l'an dernier. Au sud, le SpVgg Greuther Fürth, récent pensionnaire de l'élite et qui devrait se concentrer sur le football au lieu de croire que le trèfle à quatre feuilles (son emblème) a des pouvoirs magiques. Enfin, la grande inconnue qu'est le FSV Francfort sera intéressante à suivre. Car le FSV est capable du pire comme du meilleur.

    Les joueurs à suivre : Schnatterer, Leipertz, Theuerkauf (1.FC Heidenheim) ; Mielitz, Kumbela, M.Caligiuri (Greuther Fürth) ; Kruse, Koç, Hünemeier (SC Paderborn) ; Miyaichi, Sobiech, Rzatkowski (FC Sankt-Pauli), Halimi, Kruska, Dedič (FSV Francfort)

  • Ceux qui vont tout faire pour ne pas avoir à voyager en ex-RDA la saison prochaine


    Il y a cinquante ans, le TSV était LA grosse équipe de Munich. Il y a cinquante ans, l'équipe drivée par le légendaire Max Merkel soulevait le Meisterschale et faisait la nique à toute l'Allemagne de l'Ouest. Un demi-siècle plus tard, c'est toute l'Allemagne du football qui se moque du 1860. Empêtrés dans un bourbier sans nom, les Lions semblent pris au piège. Des personnalités influentes, telles que Felix Magath et Günter Netzer, ont proposé leur aide pour redresser ce grand nom du football germanique. Mais elles se sont heurtées au refus de Hassan Ismaik, le principal investisseur du club. Résultat : c'est dans un contexte - et avec une structure - fragile que le TSV Munich 1860 aborde cette saison. Autres grands noms du football allemand qui vont souffrir, l'Arminia Bielefeld et le MSV Duisburg. En qualité de promus, les deux Traditionsvereine de Rhénanie du Nord-Westphalie vont sûrement subir un gros bizutage. À moins que l'un des deux ne connaisse un sort à la Darmstadt. Enfin, le SV Sandhausen, qui se bat avec tout son cœur pour rester en 2e division, devrait encore en embêter certains.

    Les joueurs à suivre : Okotie, Adlung, Kagelmacher (TSV Munich 1860) ; Klos, Hesl, Dick (Arminia Bielefeld) ; Janjic, Grote, Onuegbu (MSV Duisburg) ; Linsmayer, Kratz, Hübner (SV Sandhausen)

    Bonus : Quelques chiffres de la saison passée


  • 306 matchs (+4 matchs de barrages)
  • 763 buts (2,49 buts / match)
  • 5 405 811 spectateurs (17 666 / match)
  • 30/306 matchs à guichets fermés
  • Taux de remplissage moyen : 59,28%

    Par Ali Farhat
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    J'enAiUneDe12cm Niveau : District
    Point de vue "tribune", quel championnat !!!
    On pourrait croire que l'échelon inférieur douche la ferveur des mecs mais que dalle ! J'ai fait quelques matchs du FC Köln quand ils étaient en 2.BuLi... ferveur intacte.

    Pour les motivés, y a moyen de se faire de beau petit road trip et se faire de beaux matchs (bon le niveau de jeu est infâme mais ça vaut le détour pour l'ambiance autour et dans le stade).
    Düsseldorf, Nürnberg, 'Lautern, Karlsruhe, Union Berlin et les bolcho' de Sankt Pauli, du lourd (J'en oublie certainement).
    Huntelaar Niveau : CFA2
    Et en d3, Aue. Stade vraiment unique, j'aime beaucoup pour y être aller récemment.
    Nürnberg de retour en BL, j'espère. Avec le FCK et l'Union.

    Ça va être un superbe championnat, comme d'habitude.
    Note : 1
    C'est quand meme triste ce qui arrive au 1860. D'ailleurs je cracherais pas sur un petit article dessus (si vous m'entendez Herr Farhat ?).
    Sinon, erreur dans l'article, c'est pas la 1ère du SV Darmstadt 98 en BuLi. Ils y étaint déjà montés en 1979 et 1981. Un peu de respect pour les Lilien !!

    Et très touchante la vidéo sur Köhler et l'Union Berlin. Y a pas à dire, des fois c'est beau le foot.
    JürgenKlinsmann Niveau : District
    Faites, dieu du foot, que les Stuttgarter Kickers montent en zweite liga l'année prochaine!
    steven.mugiwara Niveau : DHR
    Y'a que moi que ca a choqué le Yussuf Poulsen ?
    L'Allemagne, c'est vraiment un pays où il est agréable d'aller au stade. L'ambiance y est bon enfant mais il y a de la place pour tout le monde (des ultras en place debout derrière les buts aux familles avec enfants en bas âge dans des secteurs réservés). Les stades sont (presque tous) grands et neufs (ou à défaut très bien aménagés) de D1 à D3 et il y a toujours du spectacle sur la pelouse. Et je dis ça en étant allé dans plus d'une soixantaine de stades en Allemagne.
    Ambiance qu'on retrouve aussi un peu en Belgique et aux Pays-Bas et dans quelques affiches en Europe de l'Est. Sinon, il faut se rabattre sur les divisions inférieures en Grande-Bretagne ou aimer les ambiances plus latines comme en Turquie ou dans les Balkans.

    Quand tu compares à l'Italie, l'Espagne ou la France, ça fait pitié pour ces pays-là.
    Ca va être compliqué pour Miyaichi, il vient de se blesser pour 6 mois... il est maudit
    @Dark Pass'

    Mea culpa! C'est corrigé!

    Pour le reste, y a du lourd qui va arriver!

    Liebe Grüsse,

    Ali
    De part ma compagne allemande et bien que nous revenons du bout du monde et repartons à l'autre bout, je suis un peu voir, beaucoup les divisions inférieures allemandes mais le kiff cette année ce sera quand même la 3Liga non? Avec 7 clubs de l'ex DDR!!!!
    Message posté par Ali Farhat
    @Dark Pass'

    Mea culpa! C'est corrigé!

    Pour le reste, y a du lourd qui va arriver!

    Liebe Grüsse,

    Ali


    Tes articles sont toujours très bon.

    Tu es beau et fort, comme les allemands hihi
    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    14 10