L2 : Vers un scandale des matchs truqués

Modififié
14 34
L'affaire a déjà tout du scandale de la saison pour le football français. Comme le révèle l'hebdomadaire Le Point, plusieurs interpellations ont eu lieu mardi matin à Nîmes, Angers, Caen et Dijon dans le cadre d'une enquête ouverte pour des suspicions de « corruption active et passive dans le cadre de manifestations sportives  » . Les policiers du Service central des courses et jeux de la Direction centrale de la police judiciaire soupçonnent le Nîmes Olympique d'avoir arrangé plusieurs matchs pour assurer son maintien en Ligue 2 en fin de saison dernière.

Parmi les interpellés, on retrouve selon les informations du Point le président de Caen, Jean-François Fortin, et l'entraîneur de Dijon, Olivier Dall'Oglio. Les deux hommes ont été placés en garde à vue. L'entraîneur caennais, Patrice Garande, sera lui entendu comme témoin au commissariat de Caen ce mardi matin. L'enquête porte sur des faits de « corruption active et passive » .

À l'origine de cette affaire, il y a une enquête sur une autre affaire : celle sur le Cercle de jeu Cadet en octobre dernier. Les enquêteurs auraient surpris des échanges entre le président nîmois Jean-Marc Conrad (qui fait partie des interpellés) et Serge Kasparian, actionnaire du club et mis en cause dans l'enquête sur le Cercle pour blanchiment, abus de confiance et travail dissimulé. C'est ce dernier qui aurait proposé ses services pour actionner son réseau et permettre le maintien des Gardois. Il aurait proposé de l'argent en liquide aux dirigeants des adversaires des Crocodiles. Les soupçons des enquêteurs portent sur plusieurs rencontres : Dijon-Nîmes (25 avril), Angers-Nîmes (6 mai), et Nîmes-Caen (13 mai). Nîmes avait terminé 15e du championnat de Ligue 2 et cela malgré une défaite 5-1 contre Dijon (suivie d'une victoire 3-2 à Angers et d'un nul 1-1 contre Caen).

Directeur sportif d'Angers, Olivier Pickeu « s'étonne » que le nom d'Angers figure dans l'article du Point. « Ni le président, ni l'entraîneur, ni aucun joueur n'ont été interpellés dans le cadre de cette affaire. Nous avons vérifié ce matin auprès de la PJ locale et nous n'avons rien à voir là-dedans. » De son côté, le président de Dijon, Olivier Delcourt, a confirmé la garde à vue de son entraîneur, mais se dit « parfaitement serein, tant pour Olivier Dall'Oglio que pour le club » . AP
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

C'est bien, c'est beau, c'est (le 22).
Chat-banni Nonda Niveau : DHR
SoFoot: vers un scandale des brèves écrites sans les mains
Avant de faire des blagues, pensez à relire vos articles. Un peu de coquille, c'est joli, beaucoup c'est relou.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
14 34