Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Lutte pour le maintien

L1 : qui finira dans la charrette ?

La lutte pour le maintien en Ligue 1 fait rage avec deux clubs a priori condamnés - Metz et Lens - quand le troisième strapontin pend au nez de pas moins de sept équipes. Huit journées, et donc 24 points en jeu pour changer la donne. Tour d'horizon.

Modififié

FC Metz

Dernier du classement avec 23 points, soit onze longueurs de retard sur le premier non-relégable Lorient, le FC Metz apparaît comme quasiment condamné. Sachant que le maintien se gagne avec environ 40 points, les Grenats n'ont fait qu'un peu plus de la moitié du chemin à 9 journées de la fin. Autant dire qu'ils sont à la bourre.

  • Le scénario idéal

    Janis Ikaunieks termine son adaptation plus vite que prévu et son association avec Sergueï Krivets fait des étincelles. Le moment charnière ? Le 4 avril à Saint-Symphorien où le jeune Letton claque un hat-trick contre Toulouse (5-1). Le week-end suivant, le jeune milieu offensif remet ça au Parc des Princes en marquant le seul but du match sur un caviar de Lejeune. Cette victoire à Paris permet à tout le peuple messin d'y croire, et les Lorrains enchaînent alors une série de 9 matchs sans défaite dont l'apothéose est la victoire 1-0 contre Lille lors de la 38e journée, qui permet au FC Metz de passer devant Toulouse et d'arracher la 17e place.

  • Le scénario catastrophe

    Janis Ikaunieks n'est pas encore prêt pour les joutes de la Ligue 1, Sergueï Krivets déprime, et Florent Malouda n'arrive pas à sublimer ses coéquipiers. Résultats, les Grenats perdent à la dernière minute lors du match de la dernière chance contre Toulouse et traînent leur spleen tout le reste de la saison. Le 25 avril, au soir d'une défaite à Bordeaux 2-0, les Lorrains sont officiellement relégués, à quatre journées de la fin...

  • Le pourcentage de confiance

    10%, car les Messins doivent absolument enchaîner les victoires pour espérer, tout en bénéficiant d'une fin de saison catastrophique de Toulouse et Lorient. Autant dire que les Grenats n'ont même pas le luxe d'avoir leur destin en mains.

    RC Lens

    Avant-dernier, à 9 points de la première place de non-relégable, le Racing sort d'une claque reçue au Stade de France contre l'OM et ne sait toujours pas de quoi sera fait son avenir à moyen terme. Après une saison à jouer au chat et à la souris avec la DNCG, les Sang et Or semblent au bout du rouleau. Une descente en Ligue 2 apparaît aujourd'hui comme un moindre mal, la vraie menace étant un dépôt de bilan pur et simple.

  • Le scénario idéal

    Conscient qu'il est en train de briser l'espoir de toute une région, Hafiz Mammadov décide de passer la main le 1er avril : « Quand j'ai pris en main ce club, je voulais vraiment en faire une référence européenne, désolé. » Dans la foulée, Gervais Martel trouve un repreneur en Arabie saoudite et les joueurs, remotivés par ce soudain revirement de situation, se transcendent sur le terrain : un nul à Bordeaux, puis une série de cinq victoires consécutives - dont une victoire 4-1 à Lille le 2 mai - permettent aux Sang et Or de sauver leur place en Ligue 1 dès le 9 mai. La saison se conclut sur deux défaites contre Nice puis Nantes, mais qu'importe, le Racing est enfin de retour.

  • Le scénario catastrophe

    L'annonce d'Hafiz Mammadov le 1er avril n'était qu'une plaisanterie : « Ben quoi, la situation est déjà suffisamment pourrie, on peut déconner un peu, non ? » se justifie l'intéressé quand, fin mai, le club n'a toujours pas versé les sommes exigées par la DNCG. Brisée par la défaite contre l'OM, l'équipe de Kombouaré n'y arrive plus, s'incline même à Metz 2-1 et se voit définitivement condamnée le 2 mai, au soir d'une nouvelle humiliation à Lille 6-2.

  • Le pourcentage de confiance

    15%, car le RC Lens ne semble plus avoir les armes pour sauver sa place dans l'élite, malgré un public extraordinaire et un entraîneur qui, jusqu'à présent, a fait beaucoup avec très peu.

    Toulouse FC

    Premier relégable à 2 points de Lorient, Toulouse a le cul entre deux chaises. À la fois la crainte d'une descente pour un club qui se croyait stabilisé en Ligue 1, et l'espoir d'avoir encore son destin en mains. Casanova débarqué suite à la défaite à Lens, le TFC a légèrement repris espoir avec la première victoire de l'ère Arribagé contre Bordeaux. Le prochain match à Metz est une excellente opportunité de surfer sur le choc psychologique, mais en même temps le risque de couper court à l'embellie en cas de mauvais résultat.

  • Le scénario idéal

    Grâce à un Ben Yedder retrouvé, le Téfécé remporte le match de la peur à Metz 3-0 avant d'enchaîner contre Montpellier, Lorient et Nantes. À chaque fois, le jeu des Violets est poussif, mais à chaque fois, ça passe. Si bien qu'après une courte défaite à Monaco, Toulouse termine la saison sur trois matchs sans défaite et assure par là même son maintien en Ligue 1.

  • Le scénario catastrophe

    Un coup franc en lucarne d'Ikaunieks scelle la défaite de Toulouse à Metz le 4 avril. Plombé par cette nouvelle désillusion contre un mal classé, le groupe d'Arribagé est crispé et n'arrive pas à récolter les points dont il a besoin pour se maintenir. Sur les 24 derniers en jeu, Toulouse n'en récolte que 2 et termine la saison à l'avant-dernière place...

  • Le pourcentage de confiance

    50% selon Marco Debiasi, membre des Indians Tolosa depuis 10 ans. « L'avantage du club, c'est d'évoluer dans un contexte serein, les supporters ne foutent pas le bordel comme à Nice parce que l'équipe a de mauvais résultats. Donc si on arrive à surfer sur le choc psychologique, cela ira. Mais on manque de leaders, d'hommes de caractère, et nos joueurs ne sont pas habitués à la pression de jouer pour le maintien, ni même le staff, contrairement à un club comme Évian. Même à Nice, avec Puel, ils peuvent s'appuyer sur un entraîneur habitué à supporter la pression. »

    FC Lorient

    Premier non relégable, à 2 points de la charrette, Lorient est dans une saison de transition post-Gourcuff compliquée. Si les Merlus déroulent un jeu loin d'être vilain, les résultats, eux, peinent à suivre. À 8 journées de la fin, les hommes de Ripoll ont leur destin en mains, mais ne sont absolument pas à l'abri. Or on le sait, la lutte pour le maintien est avant tout une histoire de paires de couilles plus que de jeu léché.

  • Le scénario idéal

    Après la trêve internationale, les Merlus s'offrent le derby breton contre Rennes 3-0 avant de calmer deux concurrents directs, Lens et Toulouse. Exceptée une claque à Marseille, les Lorientais profitent des belles conditions météo de mai pour développer un magnique jeu de passes au sol et surtout enchaîner trois victoires synonymes de maintien à une journée de la fin.

  • Le scénario catastrophe

    Le 4 avril contre Rennes, Lorient touche trois fois les poteaux par Jordan Ayew avant de voir Romain Danzé marquer contre le cours du jeu d'un retourné acrobatique dans les arrêts de jeu. Traumatisés, les hommes de Ripoll s'inclinent à Lens au match suivant, relançant ainsi les espoirs artésiens. Crispés, malchanceux, les Merlus renient leurs principes de jeu et adoptent un kick and rush basique. Inefficace, puisque les Tangos perdent contre Toulouse à la maison avant de se prendre une violente dérouillée à Marseille (0-6). La spirale de défaites ne s'interrompt que le 5 mai grâce à un match nul à Metz, mais c'est trop tard : Lorient est relégable et n'arrive pas à se sauver lors des deux dernières journées. L'héritage de Christian Gourcuff a fait son temps...


  • Le pourcentage de confiance

    80% selon Chantal Loézic des Breizh Tango. « Parce que l'on produit un beau football et que l'entraîneur fait du bon travail. Notre principal handicap, c'est qu'on a perdu beaucoup de joueurs importants par rapport à la saison passée et qu'il va falloir reconstruire cette équipe avec plus de joueurs de niveau Ligue 1. »

    Ceux pour qui cela devrait passer



  • Évian Thonon Gaillard

    Même s'ils n'ont que trois points d'avance sur Toulouse, que leur meilleur joueur a le moral dans les chaussettes, et que leur entraîneur n'a jamais semblé aussi facile à mettre en colère, les joueurs d'Évian sont dans une zone de confort. Capables de gagner les matchs qu'il faut contre des concurrents directs, habitués à la lutte pour le maintien jusqu'à la fin du championnat, les Savoyards sont parmi les mieux armés des candidats au maintien.

  • Stade de Reims

    En transition après le départ d'Hubert Fournier à Lyon, Reims avait mal débuté la saison, avant de se reprendre et de donner l'impression de se diriger vers un maintien serein. Sauf que la CAN a perturbé les plans de Vasseur, contraint de faire sans plusieurs piliers - Mandi, Oniangue ou encore Moukandjo - et de voir les résultats se détériorer. Alors qu'ils étaient confortablement en milieu de tableau, les Rémois ne sont aujourd'hui qu'à trois points de la zone rouge. Mais ils recommencent à gagner des matchs et conservent un fonds de jeu correct, ce qui peut laisser espérer une fin de saison heureuse.

  • SM Caen

    En superbe forme début 2015 après avoir semblé condamné fin 2014, le Stade Malherbe commence désormais à rentrer dans le rang. Malgré tout, les hommes de Garande peuvent s'appuyer sur une attaque efficace et un Féret toujours vert. À moins d'une série négative, les Normands devraient sauver leur place.

  • SC Bastia

    Au fond du trou sous Makelele, les Bastiais sont au taquet depuis l'arrivée de Printant à la tête du groupe pro. Cinq points d'avance sur la zone rouge et une finale de Coupe de la Ligue à jouer, les Corses peuvent voir venir, à condition de maintenir leur solidité à Furiani.

  • OGC Nice

    La victoire à Lyon a rappelé que l'OGC Nice était une équipe à fort potentiel qui végétait en bas de tableau. Désormais à 5 points de Toulouse, les Aiglons ont pris de l'air et devraient finir la saison plus sereinement, notamment grâce à l'expérience d'un coach qui en a vu d'autres.


    Par Nicolas Jucha
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié



    Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall
    il y a 6 heures Rooney inspire DC United 3 Podcast Football Recall Épisode 46 : Français ou Belges, le match des râleurs, les adieux des Bleus et la battle Angleterre-Belgique vendredi 13 juillet Le Mondial 2022 aura bien lieu en hiver 73