1. // CM 2018
  2. // Qualifs
  3. // Zone AmSud

L’Uruguay solide, le Brésil facile et la folie Valencia

Cette neuvième journée a vu le Chili écrasé en Équateur, l’Uruguay solide à domicile, comme le Brésil, ainsi que la Colombie arracher trois points au Paraguay. Enfin Cavani a encore marqué un doublé et l'Argentine a encore souffert face au Pérou.

Modififié
2k 20

Les résultats et le classement



L'Uruguay reste en tête, l'Argentine se retrouve à la cinquième place après son nul (2-2) au Pérou, et le Brésil est deuxième.

L’équipe de la journée : Équateur


Une leçon de football. Voilà ce qu’a reçue le double tenant du titre de la Copa América face à l’Équateur. À Quito, le Chili de Vidal et Sánchez a livré une partition catastrophique. Avec des buts de Valencia, Ramírez et Caicedo, l’Équateur a plongé la Roja dans un début de crise.


L’efficacité des contres de ses ailiers, le retour en forme d’Antonio Valencia, la solidité de sa défense centrale, la maîtrise de Noboa au milieu de terrain, Gustavo Quinteros pourra retenir de belles leçons de cette neuvième journée. Seuls bémols, les blessures de Felipe Caicedo et Enner Valencia viennent noircir le tableau. En attendant, les Équatoriens peuvent se targuer d’éloigner le Chili de la Russie.

Le joueur de la journée : Enner Valencia


Enner Valencia a connu un avant-match compliqué. Accusé de ne pas avoir versé la pension alimentaire de sa fille – un oubli de 17 000 dollars tout de même –, l’attaquant d’Everton a évité l’arrestation de peu. À la descente du bus, la police a tenté d’embarquer le buteur de la Tri, qui a finalement pu jouer le match.


Une bonne nouvelle pour l’Équateur, puisque Valencia a participé activement à la victoire 3-0 des siens contre le Chili avec une passe décisive pour Antonio Valencia. Et Enner Valencia va conclure sa journée folle en simulant un malaise pour être transporté sous oxygène à l'hôpital et ainsi échapper à la police. La scène où les policiers courent après la voiturette qui conduisait Valencia vers les vestiaires est tout simplement magique.


Les golazos de la journée :


Edinson Cavani, pour le doublé.


Edwin Cardona, pour la victoire colombienne.

La déclaration de la journée :


Le Chili est en danger. Son selectionneur, Juan Antonio Pizzi le sait. « Au vu de ce match, il faut faire une autocritique en interne, analyser nos erreurs. On a été battus dans tous les aspects du jeu. J’assume totalement cette défaite, j’en suis le premier responsable. »

Vous avez raté Brésil-Bolivie et vous n’auriez pas dû


La faible Bolivie se présentait à Natal avec peu d’espoir. Et les Brésiliens ont rapidement montré pourquoi. En une mi-temps, Neymar et compagnie ont planté quatre buts. Le numéro 10 brésilien, délesté de la responsabilité et du poids du capitanat, a rendu fous les défenseurs de la Verde avec un but et deux passes décisives, le tout en première période. Ils le lui ont bien rendu avec des coups à chaque touche de balle. Neymar a même quitté la pelouse avec la tête en sang, après un coup de coude de Duk.


Avec cette victoire facile (5-0), le Brésil de Tite confirme sa bonne forme. Et prend la deuxième place du classement, juste derrière l’Uruguay.


Le résumé du match :


L’analyse autour du maté : le Chili peut-il vraiment rater le Mondial ?


En juillet dernier, après avoir soulevé la Copa América Centenario, Arturo Vidal ne se cachait pas : « Désormais, l’objectif est d’être champion du monde. » Quelques mois plus tard, la Roja est redescendue sur terre. Sans idées, sans équipe type, sans envie, l’équipe de Pizzi souffre lors de cette campagne d’éliminatoires pour la Coupe du monde 2018. Les faiblesses chiliennes ont entraîné une lourde défaite contre l’Équateur (0-3).


Catastrophique en défense (Jara et Mena vont sûrement faire des cauchemars de Valencia et Caicedo), sans aucune créativité au milieu de terrain (où Vidal était associé à Díaz, Aránguiz et Hernández, ce n’est pas rien) et avec deux attaquants totalement isolés, le Chili a coulé à Quito. Une défaite qui peut coûter cher, puisque les doubles tenants du titre de la Copa América se retrouvent à cinq points de l’Argentine, cinquième du classement. La victoire contre le Pérou, à domicile, lors de la dixième journée est obligatoire. Sinon, le rêve de soulever la Coupe du monde pourrait vite s’envoler.

La stat :


À domicile, l’Uruguay a joué cinq rencontres. Pour un total de cinq victoires, quatorze buts marqués, et aucun encaissé. Oui, la Celeste verra certainement la Russie.

Et sinon


  • Sans Messi, l'Argentine galère. Face au Pérou, les hommes de Bauza, qui alignait un quatuor d'attaque Dybala - Agüero - Di María - Higuaín, se sont fait rejoindre en fin de match. Après une grosse erreur de relance de Mascherano, Funes Mori concède un penalty transformé par Cueva. L'Argentine est cinquième et devra absolument battre le Paraguay à domicile.



  • Le raté de la journée pour Peñaranda.



  • Cavani, toujours aussi bon en une touche. L’attaquant du PSG est le meilleur réalisateur des éliminatoires avec sept buts.


  • Les Équatoriens, toujours aussi puissants en contre.


  • La saison des sorties pourries pour Bravo.



  • Cavani ? Suárez ? Et non, ce coup de tête, c’est celui de Lodeiro.


  • Cuadrado plonge tellement qu’on ne sait plus quand il y a faute.


  • Avec son but contre la Bolivie, Neymar en est désormais à quarante-neuf avec la Seleção. Rappel, il n’a que vingt-quatre ans.

  • Vizcarrondo un peu énervé.



  • Neymar et ses copains boliviens.



    Par Ruben Curiel
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    Dans cet article

    Randallmcmurphy Niveau : District
    Énorme l'anecdote sur Valencia !
    Surtout scandaleuse ouais
    jayjay972 Niveau : DHR
    Jésus est peut être le 9 qui manquait au bresil. Il ne leur reste plus qu'à trouver un 8 cerveau genre modricinho pour recommencer à être des terreurs et allier spectacle et efficacité.
    La vie est bizarre le bresil s'est enfin trouvé un bon entraîneur alors que l'argentine qui produit traditionnellement les meilleurs entraîneurs du continent semble faire un bon en arrière avec bauza. C'est un crime de laisser du bon matis dans les mains de ce type d'entraîneur rétrograde qui trouve le moyen de laisser le modricinho que cherche des grandes nations comme le bresil sur le banc à savoir banega.
    Danse, biatch! Niveau : Ligue 1
     //  15:45  //  Passionné de la Jamaïque
    Le gardien Uruguayen qui fait une sortie aussi inutile que celle de Buffon, en plus aérien cela dit. C'était soirée cages ouvertes hier soir.
    zinczinc78 Niveau : CFA
    Jme disais bien que ça ne pouvait pas être Diego Rolan qui déborde avec autant de vitesse sur le but de Cavani.. :(

    En revanche, si Suarez a rejoué avec la Celeste, ça veut dire qu'il sera enfin de nouveau dispo pour l'Uruguay à FIFA ?
    Les Chili est vraiment en difficulté depuis la Copa America (où ils avaient deja eu de la chance), j'ai pas vu ce dernier match mais les precedents manquaient également de créativité et fluidité dans le jeu,heuresement que (d'habitude) ils peuvent compter sur quelques individualités posur sauver les meubles
    Alain Proviste Niveau : Ligue 2
    Incroyable le Chili quand même ! J'étais assez sceptique sur Pizzi après le départ de Sampaoli mais sa fin de Copa America centenario m'avait rassuré... et puis finalement on a l'impression que le Chili retombe dans ses travers historiques (erreurs défensives, possession stérile) que Bielsa puis Sampa avaient réussi à corriger. J'espère vraiment qu'ils vont redresser la barre, cette équipe a un tel potentiel quand tout tourne bien et puis, ça ferait vraiment chier de pas voir Vidal, Valdivia (de retour en sélection mais pas encore titu), Aranguiz et Alexis Sanchez en Russie !

    Sinon pour l'Argentine, comme dit plus haut, j'espère que Bauza aura un jour les couilles de mettre Di Maria sur le banc et de réorganiser son équipe avec un vrai créateur au milieu (Banega voire Pastore). A sa décharge, l'absence de Messi oblige à repenser le onze mais y a quand même des trucs qui m'échappent...

    Quant à l'Uruguay, magnifique "assist" de Suarez pour Cavani : ces deux-là sont vraiment super complémentaires en attaque, leurs combinaisons font plaisir à voir !
    Allah au Bar Niveau : Loisir
    le debut de saison de Cavani est quand meme loin d'etre degueulasse..


    et c'est un euphémisme!
    crabunjourcrabtoujours Niveau : CFA2
    Message posté par jayjay972
    Jésus est peut être le 9 qui manquait au bresil. Il ne leur reste plus qu'à trouver un 8 cerveau genre modricinho pour recommencer à être des terreurs et allier spectacle et efficacité.
    La vie est bizarre le bresil s'est enfin trouvé un bon entraîneur alors que l'argentine qui produit traditionnellement les meilleurs entraîneurs du continent semble faire un bon en arrière avec bauza. C'est un crime de laisser du bon matis dans les mains de ce type d'entraîneur rétrograde qui trouve le moyen de laisser le modricinho que cherche des grandes nations comme le bresil sur le banc à savoir banega.


    Je pense que Coutinho peut parfaitement jouer le rôle de modricinho. il a la technique, la vision et l'intelligence de jeu qui va avec. Il a beaucoup d'activité, et il va aussi faire évoluer son jeu avec klopp.
    crabunjourcrabtoujours Niveau : CFA2
    Je me fais quand même la réflexion que l'Uruguay sans avec ou sans Suarez c'est vraiment deux équipes différentes.
    C'est juste incroyable l'impact que sa présence sur le terrain a sur son équipe. Déjà que c'était flagrant à la coupe du monde, mais depuis son retour de suspension l'équipe est métamorphosé.
    C'est rare d'avoir, pour un joueur offensif, autant d'impact sur une équipe.
    Je pense notamment à tout les autres top attaquants, incluant les deux monstres. Aucun n'a vraiment de gros impact sur le niveau global de l'équipe. Le seul à qui je peux penser est Robben. Mais Messi, Ronaldo, Lewandowsky, Aguero, Cavani, Higuin, Muller... aucun ne fait passer un cap de niveau à l'équipe par sa présence.
    Y a Neymar aussi, mais j'ai plus l’impression que c'est une addiction d'un faible Brésil.

    Et sinon, le Chili, c'est quand même un peu prévisible, la génération est vieillissante, il faut renouveler, la question est est-ce que la relève est là ? Cette génération est exceptionnelle. La coupe du monde aurait pu (du) être leur grand tournoi, des pénos et un poteau en aura décidé autrement, mais j'ai quand même l'impression que cette génération à fait son temps.
    Mothafucka Niveau : CFA
    Quand on vous dit que Messi porte l'Argentine à lui seul...
    Tant que les Di Maria, Rojo, Biglia et autres escroqueries seront en sélection, les Argentins ne pourront rien espérer de mieux.
    jayjay972 Niveau : DHR
    Couthino est talentueux mais c'est pas un tueur. Comme dit da fonseca il ne salit pas son maillot. Comme pires il doit muscler son jeu. Je ne le voit pas en leader technique du bresil.
    A mon avis les chiliens ont moins de latitude à se doper qu'à la copa. On ne revoit plus leur pressing ahurissant.
    Di Maria n'est pas dans la forme de sa vie mais que dire d'aguero. Par contre Correa m'a l'air d'être un vrai bon joueur. C'est dommage pour le Pérou la patrie de ma belle famille c'était le jour où ils pouvaient gagner l'argentine. C'est dommage que le coach ait joue la sécurité et ait sorti cueva après l'égalisation qui est un bon joueur qui ferait le bonheur de pas mal de clubs de ligue 1.
    Cavani - Suarez . Ça fait réver !!
    l'Uruguay est quand même un truc de Ouf ! 3 millions d'habitants !!
    un peu plus que la ville de Paris. Et ils sont toujours la.
    ils doivent avoir une sacré dose de fierté et de courage ces gens là.
    Chapeau en tous les cas .
    Ça sera quand même dur en Colombie !!
    Message posté par Allah au Bar
    le debut de saison de Cavani est quand meme loin d'etre degueulasse..


    et c'est un euphémisme!


    18 buts toutes compétitions confondues!
    En live ici c'était énorme, genre les commentateurs faisait des blagues pourraves genre "Allez pense pas au 20K que tu vas devoir sortir a la fin du match" puis l'escapade en ambulance avec les keufs bedonnants qui courrent derrière...
    On dirait que c'est une tare les buts en une touche XD. Le gars est actuellement meilleur buteur de toutes les compétitions qu'il joue ! Y'a un paquet de grand neuf dans l'histoire et avec de sacrés palmarès qui mettaient pas beaucoup de buts en plus d'une ou deux touches...
    Et franchement, le premier, faut le mettre !
    jayjay972 Niveau : DHR
    Padov l'Uruguay est le meilleur pays au ratio titres par habitants mais n'oublions pas qu'ils ont eu une longue traversée du désert avant la génération forlan
    Alain Proviste Niveau : Ligue 2
    Message posté par jayjay972
    Padov l'Uruguay est le meilleur pays au ratio titres par habitants mais n'oublions pas qu'ils ont eu une longue traversée du désert avant la génération forlan


    C'est vrai que la Celeste a connu une longue traversée du désert entre ses demi-finales des CDM 1970 et 2010 mais dans ces quatre décennies, l'Uruguay a continué à produire de grands joueurs (Francescoli, Ruben Sosa, Recoba, voire Alzamendi, Bengoechea et Victorino) et surtout le football uruguayen de clubs a enrichi son palmarès durant cette période : trois Coupes Intercontinentales (71, 80, 88) et trois Copa Libertadores pour Nacional (71, 80, 88), une Coupe Intercontinentale (82) et deux Libertadores (82, 87) pour Penarol. Pour un pays de cette taille, ça force le respect !
    Alain Proviste Niveau : Ligue 2
    Message posté par Alain Proviste
    C'est vrai que la Celeste a connu une longue traversée du désert entre ses demi-finales des CDM 1970 et 2010 mais dans ces quatre décennies, l'Uruguay a continué à produire de grands joueurs (Francescoli, Ruben Sosa, Recoba, voire Alzamendi, Bengoechea et Victorino) et surtout le football uruguayen de clubs a enrichi son palmarès durant cette période : trois Coupes Intercontinentales (71, 80, 88) et trois Copa Libertadores pour Nacional (71, 80, 88), une Coupe Intercontinentale (82) et deux Libertadores (82, 87) pour Penarol. Pour un pays de cette taille, ça force le respect !


    Parmi les grands joueurs uruguayens de ces années-là, j'aurais aussi pu citer Daniel Fonseca, qui a eu une belle carrière dans la Serie A du début des années 90, notamment au Napoli (avec un quintuplé historique à Valence en Coupe UEFA) et à la Roma.
    Partenaires
    Olive & Tom Logo FOOT.fr
    2k 20