Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 36 Résultats Classements Options
  1. // Qualifs Mondial 2018
  2. // Zone Amérique du Sud
  3. // J6

L'Uruguay prend la tête, l'Argentine et la Colombie se réveillent

Lors de la sixième journée, l’Équateur, balayé en Colombie, a perdu la tête au profit de l’Uruguay, tombeur du Pérou. L’Argentine poursuit sa remontée au classement, et le Brésil arrache un point.

Modififié

L’équipe du week-end : Colombie


On n’avait pas pris autant de plaisir devant un match de la Colombie depuis la fin du Mondial brésilien. En plein renouvellement, l’équipe de José Pékerman semble enfin trouver ses marques. Alors que Falcao est toujours sur le flanc, et que les exilés chinois (Guarín et Martínez) n’ont pas leur place aux yeux de Don José, quelques nouveaux ont convaincu. En défense, Oscar Murillo, défenseur central de Pachuca, a fait oublier son homonyme de l'Inter, en méforme ces derniers temps. Sur le coté gauche, Farid Díaz, 32 ans et à peine deux sélections, a assuré l’intérim en attendant l’avènement de Fabra, qui souffre à Boca Juniors. Emmenés par James, capitaine et enfin véritable leader de cette équipe, la Colombie a battu l’Équateur (3-1), invaincu jusqu’ici. Surtout, les Cafeteros ont totalement anéanti le jeu d’habitude proposé par les hommes de Gustavo Quinteros, fait de contre et de pression. Un récital colombien, comme le prouve le but du 3-0, inscrit après une superbe combinaison entre James, Cuadrado et Bacca. Dans la chaleur de Barranquilla, les Colombiens retrouvent des certitudes et empochent trois points, pour remonter à la cinquième place du classement.

Le chef-d’œuvre collectif des Cafeteros :

Le joueur du week-end : Carlos Bacca


Et si le meilleur avant-centre de surface du monde était colombien ? Donnez-lui un bon ballon dans le rectangle, il vous le transforme en but. L’attaquant du Milan AC a planté un doublé mardi, et porte son total à onze buts sous le maillot de la patrie. Alors que sa maison a été dévalisée à Milan lors de cette trêve internationale, Bacca a lui braqué la place de neuf titulaire de la sélection colombienne pour un bon bout de temps. Chez lui, à Barranquilla, Carlos Bacca est sorti sous une énorme ovation du public. Bien méritée.

Le but du 1-0 :

Vous avez raté Venezuela - Chili et vous n’auriez pas dû


Certes, l’affiche ne fait pas rêver, et à cette heure-là, seuls les fanatiques de NBA et de Chasse, pêche, nature et traditions sont réveillés. Mais vous n’auriez pas dû manquer le match entre des Vénézuéliens en grande difficulté et une équipe chilienne en reconstruction. Et la logique a été respectée. Le Chili, mené par Sánchez et Vidal, a écrasé le dernier de la zone AmSud, sur le score de 4-1. Malgré l’ouverture du score exceptionnelle d’Otero, les Vénézuéliens n’ont pas tenu la longueur. Deux doublés, de Pinilla et un autre du milieu de terrain du Bayern Munich, enfoncent la Vinotinto. Les hommes de Pizzi, qui a succédé à Jorge Sampaoli, sont quatrièmes du classement après cette sixième journée.

Le coup franc d’Otero :

La polémique : De telles rencontres ne peuvent pas se jouer sur de tels terrains


Une constante dans ces éliminatoires en Amérique du Sud. Chaque sélection cherche à jouer sur un terrain qui met en difficulté son adversaire. L’altitude bolivienne, la chaleur de Barranquilla et, mardi, l’horrible pelouse de Córdoba. Contre la Bolivie, les Argentins ont décidé d’abandonner le Monumental, générant une polémique. Tata Martino a d’abord affirmé « qu’il y avait plus de supporters de la sélection dans les provinces argentines » . Mais c’est surtout l’état du terrain du stade Kempes qui a provoqué le débat.


Utilisée par trois clubs et récemment pour un concert d’Iron Maiden, la pelouse était dans un état catastrophique. Idem à Barranquilla, où les ravages d’El Niño se font encore sentir. En attendant, la CONMEBOL ne fait rien et laisse des rencontres internationales (des places pour une Coupe du monde sont tout de même en jeu) se disputer sur des pelouses dignes de quatrième division. Aussi, la Bolivie, qu’on attendait en grande difficulté face à l’Argentine, n’a perdu que 2 à 0. Et a surtout subi une erreur d’arbitrage, sur un penalty inventé par Banega. Moche.

Le golazo du week-end


Comme N'Golo Kanté, Sebastián Pérez a marqué pour son anniversaire. Et quel but !

L’analyse définitive : Les favoris reprennent leurs places


Lors des cinq premières journées, le classement était bouleversé par les contre-performances de l’Argentine et de la Colombie. Après la sixième, les favoris pour la qualification au Mondial russe de 2018 sont de retour. L’Uruguay, venu a bout du Pérou (1-0, but de Cavani), est en tête de la zone et a enfin retrouvé son duo d’attaque Cavani-Suárez. Surprise de ces débuts d’éliminatoires, l’Équateur descend à la deuxième place après la leçon infligée par les Colombiens. En grande difficulté (collectivement, l’Argentine est toujours dans le doute), l’Albiceleste a pris six points capitaux face au Chili et à la Bolivie. Sans effacer les doutes quant au projet de jeu de l’ancien entraîneur du Barça, les hommes de Martino ont assuré l’essentiel. En pleine reconstruction depuis le départ du chauve argentin, la Roja pointe à la quatrième place, après une victoire tranquille contre le Venezuela.

Le classement :

Les déclas de la journée


« Tout va bien avec la Colombie parce que je joue. Quand j’ai le soutien de tout le monde, ça se voit. Je suis heureux. » James, et un petit tacle pour le club madrilène. Faustino Asprilla avait raison.


« On n’essaye pas d’être le Barça, mais d’avoir une identité de jeu bien à nous. On a pris les six points, on a fait ce qu’il fallait. » Mascherano, après la victoire argentine.

« La Colombie nous a battus sur toutes les lignes. On a perdu individuellement, dans tous les un-contre-un. » Gustavo Quinteros, sélectionneur de l’Équateur, après la première défaite de son équipe.

« Je suis heureux de pouvoir diriger ces joueurs. On a gagné en étant supérieurs, c’est une victoire logique. » Pizzi, après sa première victoire à la tête du Chili.

« Depuis qu’on est arrivés à Córdoba, dès qu’on est descendus du bus, le public a été incroyable. On savait que ça allait être ainsi, mais on se doit de les remercier. » Messi et la sélection argentine semblent avoir trouvé une nouvelle maison. À la moquette dégueulasse.

« J'ai vécu ce match comme si c'était le dernier. Ça le sera si je ne suis pas convoqué pour la Copa América. » Demichelis et le poids des ans.

Et sinon, que pasa ?


  • Gabriel Mercado, latéral droit de River Plate, a marqué son deuxième but après celui contre le Chili.


    Et logiquement, Internet en profite.


  • Messi, tout droit.


  • La Pulga a d’ailleurs inscrit son cinquantième but en sélection. Le record de Batistuta (56 buts) va bientôt tomber.


  • Le Paraguay peut s’en mordre les doigts. Les hommes de Ramón Díaz menaient 2-0 face au Brésil, avant de se faire remonter en fin de match. Dani Alves a marqué le but de l’égalisation à la dernière minute (2-2).


  • Les Brésiliens ont même raté l’occasion du 3-2 à la dernière seconde du match.


  • Maladroit devant le but, dites-vous ?


  • Paris tremble. Sorti rapidement pour une blessure au tibia, Di María pourrait manquer le match contre Manchester City.


  • Arroyo a marqué un superbe coup franc malgré la défaite équatorienne.


  • James, vulgaire.


  • Tous les buts de cette sixième journée, compilés par Olé. Cadeau.



    Par Ruben Curiel
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    il y a 2 heures Gervinho vers Parme 5 il y a 2 heures Euro Millions : 99 Millions d'€ + 1 Millionnaire garanti
    il y a 3 heures Une ville anglaise ne veut plus des supporters 3 il y a 3 heures Le fils de Ronaldinho cache son identité lors d'un essai 18 il y a 6 heures Un match de Liga prochainement joué aux States 62
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible
    Hier à 18:15 Quand les écrans de Bristol Rovers diffusent le téléphone rose 12 Hier à 17:45 Mathias Pogba recalé par un club de D3 allemande 28 Hier à 17:00 La finale de la Copa Libertadores en un seul match à partir de 2019 9 Hier à 16:40 Iniesta plante déjà son deuxième but au Japon 18
    Hier à 15:15 Il chambre les fans adverses, mais son but est hors jeu 18 Hier à 14:35 À l'Ajax, on maîtrise l'art de la roulette 5