Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // JO 2012
  2. // Présentation
  3. // Groupe A
  4. //

L'Uruguay, 84 ans plus tard

Pour la première fois depuis son titre de 1928, la Celeste retrouve les Jeux Olympiques, si chers à l'histoire de son football. Avec Óscar Tabárez à sa tête et Suárez-Cavani en renforts de luxe, la Celeste compte bien renouer avec son glorieux passé.

Modififié
La dernière fois que l'Uruguay a disputé le tournoi olympique, elle dominait le monde. Après son succès en 1924, à Paris, la Celeste avait conservé son titre en 1928. 84 ans plus tard, elle fait son retour sous les cinq anneaux, comme si le temps n'avait pas eu de prise sur elle. Avec Óscar Tabárez sur le banc, l'homme à l'origine du renouveau uruguayen, et la redoutable paire Cavani-Suárez aux avant-postes, la Celeste fait à nouveau figure de sérieux prétendant à la victoire finale.

Corrigée par le Brésil

L'Uruguay a obtenu son billet pour Londres lors de l'hiver 2011, en terminant à la deuxième place du tournoi sud-américain réservé aux moins de 20 ans. La Celeste a notamment devancé l'Argentine, mais son parcours fut pour le moins accidenté. En phase de poules, elle s'était ainsi contentée d'accrocher la troisième place pour atteindre la phase finale, qui réunissait les six meilleures équipes. Ce chemin escarpé vers l'Angleterre s'était achevé sur une correction infligée par le Brésil de Neymar (6-0), dans un match entre deux équipes qui avaient déjà sécurisé les deux premières places qualificatives pour les JO. Le rappel de ce parcours uruguayen loin d'être immaculé peut servir de douche froide pour ceux qui voient déjà la Celeste une médaille autour du cou.

En Uruguay, on craint d'ailleurs plus que tout la phase de groupes. Une étape qui se transforme souvent en casse-tête pour l'Uruguay, que ce soit en Coupe du monde ou en Copa América. Dans son groupe A, la sélection de Tabárez aurait pourtant pu plus mal tomber. La Celeste cohabitera ainsi avec les Émirats arabes unis, le Sénégal et un Royaume-Uni qui peine toujours à trouver ses repères. Armée du duo Suárez-Cavani, à la force de frappe sans équivalent au sein du casting olympique, il est d'ailleurs attendu que la Celeste ne fasse pas défaut sur la liste des quarts de finaliste.

Méthodologie commune

Lors des matches de préparation, le joueur de Liverpool et l'idole de Naples ont présenté des preuves de leur bonne intégration au sein du jeune collectif. Les deux gâchettes ont inscrit trois buts chacun. À l'occasion d'une prolifique rencontre face au Chili (6-4), Suárez y est allé de son triplé, et Cavani d'un doublé. Enfin, lundi dernier, face au Panama (2-0), le Napolitain a ouvert la marque. Outre Suárez et Cavani, Tabárez a aussi appelé en renfort le madré Egidio Arévalo, tout juste transféré à Palerme. À 30 ans, le milieu récupérateur jouera le brassard autour du biceps et apportera son expérience au sein de l'entre-jeu. Pour ce qui est du secteur créatif, Tabárez devrait miser, avant tout, sur Gastón Ramírez, le joueur de Bologne courtisé par Tottenham, l'Inter et bien d'autres. Derrière, Sebastián Coates fera équipe avec Alexis Rolín du Nacional, pour verrouiller l'axe de la défense.


Mais plus que sur des individualités, c'est sur une méthodologie commune que mise Tabárez. Celle qu'il applique quotidiennement au sein des installations de l'association uruguayenne, des moins de 15 aux A. Depuis 2006 et la reprise en main des sélections par le maestro, les joueurs évoluant en Uruguay sont ainsi astreints à des séjours prolongés dans le « Clairefontaine celeste » , pour s'imprégner des principes de jeu chers à Tabárez. Avant de briller avec la Celeste majeure, Suárez, Cavani et, plus récemment, Coates ont notamment été formés dans ce moule. Plus généralement, les sélections de jeunes, longtemps délaissées, ont été réhabilitées. Voir l'Uruguay revenir aux JO n'a donc rien d'un hasard, mais se révèle bien le fruit d'un travail minutieusement planifié. Et qu'elle réalise un tournoi à la hauteur de ses glorieux prédécesseurs n'aurait rien de surprenant non plus.

Le onze aligné face au Panama, dernier match de préparation : Martín Campaña, Ramón Arias, Sebastián Coates, Alexis Rolín, Emiliano Albín, Maximiliano Calzada, Egidio Arévalo Ríos, Jonathan Urretaviscaya, Gastón Ramírez, Edinson Cavani et Luis Suárez.

Par Thomas Goubin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Podcast Football Recall Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 24
À lire ensuite
Hunger games