1. //
  2. // Hors Série "Supporters"

« L’univers des tribunes dit quelque chose de notre société »

Paru en 1990, son livre Génération Supporter, fruit de cinq années d’enquêtes auprès des supporters européens, est devenu mythique parmi les acteurs et les observateurs des tribunes. Depuis, Philippe Broussard a continué à suivre le monde des supporters, en tant que journaliste au Monde puis à l’Express, où il est aujourd’hui chef du service « Enquêtes » , mais aussi en tant qu’amateur de football et supporter du PSG. À l’occasion de la réédition de Génération Supporter avec le Hors-Série Supporters de So Foot, Philippe Broussard revient sur la genèse de son ouvrage et sur les transformations des tribunes françaises et européennes. Après les quelques extraits publiés dans le magazine, sofoot.com livre les meilleurs moments de cet entretien, en version longue et en deux volets.

Modififié
12 3
Quels ont été les éléments déclencheurs de ce voyage dans un monde alors inconnu du grand public ?

Des raisons à la fois personnelles et professionnelles. Personnelles, parce que je me suis toujours intéressé au foot et que j’ai commencé à aller très tôt au Parc des Princes. Mon premier match, c’est celui de la montée en première division, le barrage PSG-Valenciennes en 1974, où Just Fontaine, alors entraîneur, fait une alerte cardiaque. Toute la deuxième moitié des années 70, alors que je suis lycéen, je vais au Parc, à Boulogne, qui n’était pas encore la tribune qu’elle est devenue ensuite. Je baigne donc dans cette ambiance supporter. Surtout, je suis fasciné par le foot anglais et ses fans. Je connaissais les noms des stades des 80 clubs pros !
Parallèlement, je fréquente aussi la scène musicale punk et skin non raciste, en France et en Angleterre, avec des groupes comme Angelic Upstarts ou Cockney Rejects, des Londoniens fans de West Ham. D’une certaine manière, j’ai un peu grandi entre tribunes et salles de concert. Automatiquement, je m’intéressais à ces cultures. Devenu journaliste, j’ai continué à m’intéresser au football et au monde des supporters à titre personnel, mais aussi à titre professionnel. Ce mélange perso-pro, pour moi, a toujours existé.
Après, il y a d’autres éléments déclencheurs importants. Notamment un, vraiment décisif à mes yeux. Lors de ma dernière année au Centre de Formation des Journalistes (CFJ), on avait deux semaines de vacances, au printemps 1985. Avec un de mes copains de promotion, Claude Askolovitch [aujourd’hui au Point, ndlr], on décide de partir tous les deux à Liverpool – un rêve de jeunesse – pour faire des sujets sur les deux clubs de foot de la ville et les vendre à des journaux. On part là-bas sur nos propres deniers d’étudiants. Claude fait des sujets sur Everton et moi sur les Reds, en particulier le Kop, qui ne comportait alors aucune place assise. Au retour, on finit notre année au CFJ, et nos articles sont publiés dans différents journaux et magazines. De mon côté, j’étais en contact avec Le Matin de Paris pour y signer après l’été, au service des sports. À la fin du mois de mai 1985, alors que j’étais encore pigiste, ce quotidien me demande, un peu en urgence, d’aller couvrir la finale Liverpool-Juventus, un mercredi soir, à Bruxelles. Là, j’ai vécu la catastrophe du Heysel. L’horreur absolue.

Comment as-tu vécu ce drame ?

J’étais très jeune, presque 22 ans. J’étais pour la première fois envoyé spécial d’un journal. Et il se passe ce drame dans les tribunes. En plus du choc émotionnel, j’avais la pression pour envoyer le papier, que je devais boucler à 22 h 15. Ça a été un gros moment de frayeur.
J’avais passé toute la journée avec les Anglais, dans Bruxelles. Je les avais déjà vus en 1984, à Paris, lors d’un France-Angleterre qui connut son lot d’incidents. Je venais de les voir à Liverpool, au cœur du Kop, pour la demi-finale contre le Panathinaïkos. Je commençais donc à bien connaître le milieu des fans anglais. En ville, ce jour-là, il y avait une ambiance de tension et de violence qui laissait présager quelque chose. Après, personne ne pouvait imaginer que la partie basse de la tribune s’écroulerait sous le poids des spectateurs paniqués. Parce que n’oublions pas que le drame est dû à un double phénomène : les mouvements de foule provoqués par les hooligans, mais aussi la vétusté du stade, inadapté à un tel événement.
À mon retour du Heysel, j’ai eu d’autres articles à écrire sur la France et la violence, notamment sur le Kop de Boulogne qui, à l’époque, faisait de plus en plus parler de lui. C’est là que j’ai vraiment commencé à embrayer professionnellement sur ces thèmes.

Comment as-tu réussi à entrer en contact avec ces supporters qui ont la réputation d’être plutôt hostiles aux journalistes ?

J’ai commencé par des papiers sur Paris. Comme c’est un milieu que je connaissais bien, j’ai acquis assez vite une forme de crédibilité auprès des supporters. Ensuite, mes contacts parisiens m’ont permis de connaître deux cadres historiques des Brigate Rossonere à Milan, Gabriele et Iappo. Ils ont joué un rôle important dans la suite des événements. C’étaient deux personnes très intelligentes, très cultivées qui ont compris ma démarche et m’ont fait confiance. C’est notamment par eux, et par Fabio Bruno, un ami génois supporter de la Sampdoria, que je suis entré dans le milieu ultra. Ensuite, ces différents contacts italiens m’ont permis de rebondir en Belgique auprès de siders, et tout s’est enchaîné naturellement, par des liens de cooptation. Je ne débarquais pas en disant : « Coucou, c’est moi, je suis journaliste français » . À chaque fois, j’étais recommandé par quelqu’un du milieu supporter.
Sauf pour les Allemands. Là, j’ai eu la baraka. Le premier contact date d’un France-Allemagne à Montpellier en 1990. Je ne connaissais pas du tout le hooliganisme allemand à l’époque. J’étais resté sur l’image du supporter allemand avec les écharpes, les blousons en jean et les écussons. À l’Euro 88, j’avais vu les hooligans allemands à l’œuvre contre les Anglais, mais je n’avais pas réalisé ce qu’était l’organisation à l’allemande. Ce soir-là, avant la fin du match France-Allemagne, un groupe de hools provoque des incidents en tribune avant de sortir du stade montpelliérain. Je les suis dans le quartier de la Paillade. Dans les mouvements de foule, je commence à discuter avec l’un d’eux. J’ai eu du pot parce que j’aurais pu être pris pour un flic en civil et ça aurait pu mal tourner. Mais ça a collé. Je lui ai dit : « Je suis journaliste, j’aimerais voir comment ça se passe en Allemagne » . Le gars m’a laissé son numéro. C’était un mec du Borussen Front, les hooligans de Dortmund. Grâce à lui, j’ai pu me rendre sur place et appréhender le phénomène allemand.

Tu n’as jamais été pris pour un flic en civil ?

Si, en Italie, à la suite d’un reportage sur les ultras de Vérone, des néo-fascistes. J’avais obtenu leur contact par Fabio Bruno, qui m’a beaucoup aidé parce qu’il travaillait pour Supertifo le magazine de référence dans ce milieu. Quelques temps après, une vaste opération policière a visé les ultras de Vérone. Parmi les gars que j’avais rencontrés, certains ont été arrêtés et condamnés à de lourdes peines. Persuadés que j’étais un flic en civil, ils croyaient être en prison à cause de moi ! Fabio a dû monter au créneau pour leur dire: « Non, non, regardez, il est vraiment journaliste, il met bien des noms d’emprunt quand il parle de vous dans ses articles, etc. »
Après, il y a eu des situations un peu chaudes où je me suis dit qu’on pouvait me prendre pour un flic en civil. Mais je n’ai pas eu cette sensation très souvent. Globalement, j’avais le bénéfice de l’âge et l’avantage de connaître ce milieu, parfois assez parano. Et puis, lors de mouvements de foule, et de charges de flics, je ne sortais pas ma carte de presse, je courais dans le même sens que les autres. Tu sais, il y a tout un art de courir dans le même sens… À contre-sens, ou trop isolé, tu te fais repérer, et cela peut devenir dangereux.

Comment tu expliques que tu aies été le premier journaliste français à vraiment traiter ce sujet ?

Il ne faut pas voir là une forme de censure de la part de mes confrères. Simplement, la plupart d’entre eux ignoraient tout de ce monde et rechignaient à s’y intéresser. Comme si cela ne concernait pas le foot. Ce phénomène, nous l’avons un peu retrouvé au sujet des banlieues. À une époque, tu avais l’impression, dans les rédactions, que le fait d’envoyer un journaliste dans les cités revenait à envoyer un reporter de guerre à Kaboul !
Pour les supporters, il y avait, chez les journalistes, un mélange de méconnaissance et de difficulté à nouer contact avec ce monde. Ce qui était paradoxal, c’est que, de mon côté, j’avais le sentiment que ce n’était pas spécialement compliqué de voir les gens, de leur parler. Pour moi, c’était très naturel. Bien sûr, je rencontrais des gens qui étaient parfois à la limite de la légalité, qui parfois se tapaient dessus, mais ce n’étaient pas non plus des terroristes. Mes collègues me demandaient : « Comment tu fais pour avoir des contacts ? » . De leur côté, ils avaient l’habitude de rester en tribune de presse et donc d’ignorer le monde des virages. Je les comprends, ils faisaient leur boulot en se limitant au match, au côté sportif. Moi, je devais passer pour un hurluberlu à aller avec les types derrière les buts.

Le projet du bouquin, il vient comment ?

Progressivement, j’ai eu le sentiment d’avoir des tas de souvenirs, d’archives, de rencontres que je désirais raconter. J’ai donc songé à un format plus long. Un jour, un éditeur de Robert Laffont m’appelle en m’annonçant : « On rêve d’une biographie de Guy Roux. » Nous déjeunons, il me parle de l’entraîneur d’Auxerre, puis s’arrête : « Je ne vous sens pas trop chaud. » Je lui réponds : « J’ai autre chose à vous proposer : un livre sur les supporters, le sujet n’a jamais été traité en France. » Il me dit banco. J’ai eu carte blanche totale.

Qu’est-ce que tu voulais montrer à travers ce livre ?

Mon but était de raconter ce monde tel que je le voyais, avec ses bons et ses mauvais côtés, sans clichés. C’est vrai que parmi ces supporters, certains font des conneries, il y a parfois une forme de violence, mais le phénomène est plus complexe qu’il n’y paraît. L’univers des tribunes dit quelque chose de notre société, de l’époque, des jeunes. Mais pour le savoir, il faut aller au-devant d’eux, les suivre. Après, tu peux critiquer, mais tu dois faire la démarche de comprendre. L’essence même du journalisme, c’est cela : « Je vais voir, je raconte » .

Dans "Parmi les hooligans", Bill Buford décrit la même scène que toi en Sardaigne avant Angleterre-Pays-Bas en 1990. Mais sa version est beaucoup plus sensationnaliste que la tienne.

C’est vrai que nous ne montrons pas la même chose. Je me suis d’ailleurs permis de faire une chronique de son bouquin dans le Monde où je lui reprochais d’en rajouter sur ce match du Mondial 1990. Que lui ait vécu ces violences comme il les décrit, c’est possible, parce qu’il était novice dans ce milieu. Mais je crois qu’il faut se méfier de l’effet de loupe, du côté « grossissant » de toute sur-médiatisation. Le hooliganisme est un monde de l’apparence où il faut savoir faire la part des choses. La véritable apocalypse, je l’avais vécue au Heysel. Quand tu vois les mecs qui chargent et ensuite les gens qui étouffent puis les morts alignés par dizaines devant toi, là tu te dis : « J’ai vécu quelque chose d’apocalyptique » .

Certains ont dû te reprocher de cautionner la violence.

La question de la violence, je me la pose tout au long du bouquin, et même encore aujourd’hui. J’étais parfois témoin d’actes de violence. Je ne participais pas, mais j’étais là, c’est vrai. Et je me demandais : « Quelles sont tes limites ? Est-ce que tu ne fais pas leur jeu ? Est-ce que tu ne contribues pas à amplifier le phénomène ? » . Des gens me l’ont reproché, y compris des copains. Ils me disaient : « C’est bien, on apprend des choses en te lisant, mais quelque part tu leur fais de la pub » . J’ai toujours assumé et répondu : « Non, je raconte une réalité, qu’elle plaise ou non » . Ce n’est pas pour autant que je cautionne ce qu’ils font. Avec une règle, tout de même : je ne voulais pas que ma présence incite les gars avec lesquels j’étais à provoquer des incidents, juste pour être cités dans le journal ou dans le bouquin. Ce n’est jamais arrivé.
Certains de mes confrères ont cédé à la tentation... À la fin des années 80, les médias ont beaucoup parlé du Kop de Boulogne. Il y a eu plusieurs reportages télé qui, selon moi, étaient plus que « limite » . On sentait que les mecs de Boulogne qui acceptaient d’être filmés, et qui d’ailleurs n’étaient pas forcément les plus crédibles, avaient un intérêt à faire parler d’eux. Du côté des télés, on avait dû passer un ou deux billets ici ou là...

Est-ce que tu t’es fait peur parfois ?

J’étais sans doute inconscient, et emporté par mon boulot, mais j’ai rarement craint pour ma sécurité. Sauf en Allemagne, à Bochum. Là oui, j’ai eu la trouille. J’étais seul. Les bastons éclataient de tous les côtés. Il faisait nuit. Le type du Borussen Front que j’avais connu à Montpellier avait disparu. Là, tu te dis que si les mecs te tombent à dix dessus, ça peut mal se passer. Mais bon, j’étais habitué aux situations tendues, notamment dans les concerts skin. J’avais aussi bossé sur des manifs très violentes à Paris, en particulier en 1986, à l’époque de la mort de Malik Oussekine. J’avais l’habitude d’être dans des milieux sous tension et d’évaluer les risques. Il est arrivé un moment où ma connaissance du milieu des supporters m’a permis de repérer, dans une masse de fans, les 50 qui allaient bouger. Je n’avais aucun mérite : n’importe quel fan initié sait à quoi s’en tenir en pareil cas. Tout se devine dans les regards, les attitudes...
En tout cas, je ne me suis jamais retrouvé dans une situation de griserie personnelle face à la violence. J’ai plutôt connu des moments de griserie professionnelle en éprouvant cette sensation : « Là je suis vraiment au cœur du truc. Je vois ce qui se passe, je vais pouvoir le raconter à mes lecteurs. »

Outre le Heysel, tu as vécu d’autres tragédies. Par exemple, le recueillement à Anfield le lendemain du drame d’Hillsborough. Dans le livre, tu écris : « Jamais il ne m’avait été donné de vivre moment plus intense » .

J’ai vécu ce moment de manière très intense, en effet, du fait de mon histoire personnelle. Liverpool a toujours été pour moi un club particulier. Dans les années 70, à la télévision, dans les premiers articles de magazine, ce que je regardais, c’était le Kop, la tribune de référence. Le Liverpool FC incarnait les supporters de foot. Le fait de revenir dans cette ville, à nouveau dans des conditions terribles, alors que j’avais déjà vécu le Heysel, ça a été pour moi un moment très fort.

Et trois ans plus tard, tu es à Furiani quand ça s’écroule…

J’étais là-bas pour le Monde, installé sur la rangée réservée à la presse, à côté de Gilles Verdez, qui était à l’époque au Parisien. J’étais assis sur un siège en plastique un peu moulant, qui, d’une certaine manière, m’a sauvé la vie. Car je suis tombé de toute la hauteur de la tribune, environ 15 mètres, mais par à-coups, et sans jamais quitter ce siège. Heureusement, sinon les armatures de fer me seraient tombées dessus et je ne serais plus là pour en parler. J’ai été évacué assez rapidement à l’hôpital d’Ajaccio. Je me souviens d’un hôpital en état de guerre. Des gens partout dans les couloirs, certains avec des morceaux métalliques en pleine cuisse. Je suis arrivé à l’hôpital vers 21 heures. Je n’ai pu passer une radio que vers 4 ou 5 heures. Autant d’heures sans savoir ce que j’avais, sans savoir si mon incapacité à marcher serait définitive ! Ce sont des moments d’angoisse terrible. En fait, j’ai subi un déplacement du bassin. J’ai été allongé pendant deux mois puis j’ai dû faire pas mal de séances de rééducation. Pendant ces moments douloureux, j’ai reçu des messages de soutien d’ultras de toute la France qui avaient aimé mon livre.

Quand Marseille part en émeute contre les hooligans anglais, en juin 1998, tu es là aussi…

Je suis arrivé sur place la veille d’Angleterre-Tunisie. Les Anglais ont débarqué sur le Vieux Port et très vite, j’ai vu des Marseillais chercher le point d’accrochage. J’ai reconnu des leaders du Vélodrome, mais aussi des policiers en civil qui laissaient plus ou moins faire les Marseillais. Assez vite, c’est parti en couille. D’autant que certains Anglais, minoritaires, n’attendaient que ça. L’image qui me reste en tête est celle d’un Anglais réfugié près de la gare, coincé par un groupe de locaux. Ils lui ont arraché son pantalon et l’ont traîné sur des mètres et des mètres. C’est une nana qui l’a sauvé en criant : « Lâchez-le! » Ils étaient en train de le lyncher. C’était fou. On avait vraiment le sentiment que certains quartiers n’étaient pas sous contrôle policier. Je l’avais écrit dans le Monde. Ça m’avait d’ailleurs valu un coup de fil courroucé du préfet. Peu importe, je persiste : ce jour-là, la police a été nulle.

Propos recueillis par Nicolas Hourcade, Franck Berteau et Damien Jeannes.

Demain, deuxième volet de l’interview de Philippe Broussard : les transformations des tribunes, le rôle des ultras, le cas parisien.

Lire : Génération Supporter édité en 1990 aux éditions Robert Laffont, épuisé.
Réédité en 2011 par So Press, disponible uniquement en kiosque avec le magazine Hors-Série « Supporters » de So Foot.

Lire : La deuxième partie de l'interview de Philippe Broussard

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

La majorité des tribunes des équipes pro sont quasi vides. La première conclusion objective c'est qu'en France on s'en fout un peu du foot.
Dolce Guevara Niveau : Loisir
Au lieu de nous faire raler avec cette article, vous devriez plutot approvisionner vos stocks car le hs avec supplement est introuvable :/
On pourrait au moins pouvoir le commander en ligne, même sur le site c est impossible de le commander avec "generation supporter".

Degoutéééééé !
Son bouquin "Génération Supporter" est un chef-d'œuvre, il a sa place dans toute bonne bibliothèque. Sa lecture m'a passionné ! Une plongée saisissante dans un univers fascinant.
Hier à 21:07 224€ à gagner avec la Juventus & Benfica
Hier à 20:43 Sissoko rend visite à Théo Hier à 16:57 Le golazo de Giroud recréé en Lego Hier à 16:32 Viggo Mortensen représente San Lorenzo aux Oscars Hier à 16:27 Le Tianjin Quanjian offre 50 millions pour Modeste Hier à 15:11 La FIFA est confiante pour le stade de Saint-Pétersbourg
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 14:21 La boulette des fans de Crystal Palace Hier à 13:52 Le numéro d'Eljero Elia face au PSV Hier à 12:18 Wayne Shaw mange encore une tourte Hier à 11:51 Le PSV trahi par la goal-line technology Hier à 11:48 Ancelotti reçoit un bretzel géant pour son 1000e match Hier à 11:38 Ça se frite entre Paul Le Guen et Habib Beye Hier à 11:21 Dani Alves craque sur Instagram
Hier à 11:19 Un tatoueur signe le nouveau ballon du championnat néerlandais Hier à 11:19 Jonathan Soriano s'envole pour Pékin Hier à 10:50 Une appli pour les fans de foot et de rugby ! Hier à 10:35 Mon Petit Gazon : les tops et les flops de la 27e journée Hier à 10:21 Les Parisiens accueillis en héros au Bourget Hier à 09:33 Piqué critique l'arbitrage Hier à 09:03 Zlatan se paye Arsenal et Liverpool Hier à 08:43 Youri Tielemans a remis ça Hier à 08:07 Luis Fernandez trolle les supporters de l'OM dimanche 26 février Un but de fou au Nigeria dimanche 26 février Mancini à Danse avec les stars dimanche 26 février Harry Kane franchit la barre des 100 buts dimanche 26 février Le lob encaissé par Sirigu dimanche 26 février Kazuyoshi Miura, titulaire à 50 ans dimanche 26 février Gignac décisif pour les Tigres dimanche 26 février Un gardien tchèque sauvé par son adversaire samedi 25 février Pronostic OM PSG : jusqu'à 540€ à gagner sur le Classico ! samedi 25 février Et encore un rouge pour Yannick Cahuzac ! samedi 25 février La pépite collective du Celtic samedi 25 février Vidal conclut une belle action collective samedi 25 février Joli but collectif pour le jubilé de Fàbregas samedi 25 février Des chercheurs anglais apprennent aux abeilles à jouer au foot samedi 25 février Ronaldo rend visite à sa statue samedi 25 février Gianluigi Donnarumma est majeur samedi 25 février Douze ans de prison pour le fils de Pelé vendredi 24 février Quand Olivier Dacourt se faisait arnaquer par Donald Trump vendredi 24 février Kombouaré pessimiste avant d'accueillir Monaco vendredi 24 février BT Sport diffusera des matchs de FIFA 17 vendredi 24 février Le capitaine de Falkirk s'entraîne sur l'autoroute vendredi 24 février Le joli coup franc du KRC Genk en Ligue Europa vendredi 24 février Manchester City a inauguré son catwalk vendredi 24 février L'horrible tacle de Dele Alli en Ligue Europa jeudi 23 février Le Parc OL rend hommage à Lisandro jeudi 23 février 357€ à gagner avec la Lazio & Saint-Etienne jeudi 23 février Suivez la trade deadline NBA en direct sur Trash-Talk jeudi 23 février L'affiche maladroite du Stade brestois jeudi 23 février La nouvelle signalétique du Vélodrome jeudi 23 février 15 000 euros d'amende pour une banderole jeudi 23 février La vilaine blessure de Héctor Herrera jeudi 23 février À bientôt 50 ans, il plante son 2000e but jeudi 23 février L'échange de maillot entre Casillas et Buffon jeudi 23 février L'investisseur du Munich 1860 souhaite le retour des ultras jeudi 23 février Dix sélections africaines à la Coupe du monde 2026 jeudi 23 février Les LA Galaxy organisent des détections en Angleterre jeudi 23 février Le slalom géant de Jordi Mboula en Youth League jeudi 23 février Le golazo de Zaza jeudi 23 février 5€ offerts sans dépôt : 100€ à aller chercher chez Winamax mercredi 22 février Les Stéphanois raillent les supporters mancuniens mercredi 22 février L'ancien gardien de Chapecoense veut rejouer en paralympique mercredi 22 février L'ascenseur émotionnel d'un fan de City mercredi 22 février Interdit de stade pour avoir porté un peignoir mercredi 22 février Coup franc imparable en Bolivie mercredi 22 février Les violences au stade sont en baisse mercredi 22 février Le dur métier de traducteur du Rubin Kazan mercredi 22 février Lourdes suspensions pour avoir laissé leurs adversaires marquer mercredi 22 février PV pour Karim Benzema à cause d'un iguane mercredi 22 février Bellerín, la relève de la droite barcelonaise ? mercredi 22 février Giggs : « Donner plus de chance aux entraîneurs anglais » mercredi 22 février EXCLU : 120€ offerts pour parier chez Unibet ! mercredi 22 février Wayne Shaw pourrait rebondir comme testeur de tourtes mercredi 22 février Quand Griezmann peste contre le remplacement de Gameiro mardi 21 février Le gardien de Sutton contraint de démissionner mardi 21 février Chamakh, le Qatar plutôt que l’Italie ? mardi 21 février La minasse d'Hulk mardi 21 février La femme d'Axel Witsel vend une Ford KA mardi 21 février Robert Vittek rebondit à Bratislava mardi 21 février Record explosé dans le Ninety-Two Club mardi 21 février Samuel Eto'o en Chine ? mardi 21 février Manuel Neuer a trollé Arsenal ce week-end mardi 21 février Des incidents durant un match de D3 anglaise mardi 21 février Pronostic Manchester City Monaco : jusqu'à 560€ à gagner sur l'affiche de Ligue des Champions ! mardi 21 février Theo Walcott dans les vestiaires de Sutton pour les féliciter mardi 21 février Wayne Shaw mange sur le banc lundi 20 février Des joueurs de Viry-Chatillon accusés d'avoir parié sur leur match lundi 20 février Une bicyclette en D5 belge lundi 20 février Brésil : l'arbitre annule le match avant de donner le coup d'envoi lundi 20 février Guardiola a hâte de voir Bielsa à Lille lundi 20 février CDM 2018: les sponsors ne se bousculent pas lundi 20 février Acheampong fête la victoire sur un adversaire lundi 20 février Neil Warnock veut qu'on le hue à sa mort lundi 20 février Christian Bassogog part toucher le jackpot en Chine lundi 20 février L'entraîneur d'America joue le douzième homme lundi 20 février Le poirier du coach des Rangers lundi 20 février Une sacrée quetsche en D2 belge lundi 20 février Quand le gardien de Sutton était approché pour poser nu lundi 20 février Une prime de 5000 livres pour les joueurs de Lincoln lundi 20 février La chevauchée fantastique de Mavididi lundi 20 février Berbatov cherche un club lundi 20 février Mon Petit Gazon : les tops et les flops de la 26e journée lundi 20 février 315€ à gagner avec City-Monaco, Séville & Caen-Nancy lundi 20 février Un joli coup franc du milieu de terrain lundi 20 février Les golazos de Youri Tielemans lundi 20 février Superbe geste technique raté au Mexique lundi 20 février Volés par l'arbitre, ils protestent en laissant leur adversaire marquer trois fois dimanche 19 février Coup du foulard de l'espace chez les U15 de Wigan dimanche 19 février Le golazo d'Insigne face au Chievo dimanche 19 février Le tifo gigantesque des fans du Standard dimanche 19 février Le golazo de Rudy Gestede dimanche 19 février Les supporters de Millwall envahissent la pelouse dimanche 19 février Ancelotti, un homme (de doigt) d'honneur dimanche 19 février Ribéry rend visite à Théo dimanche 19 février Favre en colère contre Letizi dimanche 19 février Chamakh va rebondir en Serie B dimanche 19 février Thibaut Courtois chanté par Shay dimanche 19 février Pronostic PSG Toulouse : jusqu'à 390€ à gagner sur l'affiche de Ligue 1 ce week-end ! samedi 18 février La virgule petit pont de CR7 samedi 18 février Le but somptueux de Thauvin samedi 18 février Ronaldo explique son départ du Barça samedi 18 février Dwight Yorke refoulé des États-Unis samedi 18 février Suspendu six matchs pour avoir bousculé un ramasseur de balle samedi 18 février Cyril Hanouna veut racheter Guingamp samedi 18 février Un club norvégien signe un défenseur grâce au crowdfunding samedi 18 février Momo Sissoko de retour en Europe, en Serie B samedi 18 février CR7 à la télé turque avec Angelina Jolie samedi 18 février André-Pierre Gignac marque enfin samedi 18 février Suspendu 47 matchs pour avoir frappé l'arbitre vendredi 17 février Le coup franc soyeux de Dybala vendredi 17 février Des Iraniens copient Messi et Suárez vendredi 17 février Ronaldinho publie son deuxième clip vendredi 17 février But contre son camp... du milieu de terrain vendredi 17 février Les Ultramarines à l'honneur sur le maillot girondin vendredi 17 février Chabal avec les Chamois niortais vendredi 17 février Lutz Pfannenstiel et les pingouins vendredi 17 février La banderole provocatrice des fans de Thessalonique vendredi 17 février SO FOOT & Mon Petit Gazon vendredi 17 février Les clubs de Championship donnent leur accord pour la goal-line technology vendredi 17 février Les hooligans du Legia se déchaînent contre l'Ajax vendredi 17 février Les Pogba à Manchester jeudi 16 février La merveille de Bernardeschi jeudi 16 février 203€ à gagner avec Chelsea, Atalanta Bergame & Burnley jeudi 16 février Mark Clattenburg file en Arabie saoudite jeudi 16 février Dégoûtés, les fans d'Arsenal revendent leurs tickets jeudi 16 février La coupe de cheveux fraternelle de Florentin Pogba jeudi 16 février Quand Darmstadt invite Barack Obama jeudi 16 février Infantino n'a pas peur des hooligans jeudi 16 février Un bar ouvre en hommage à Chapecoense jeudi 16 février Baston pendant un entraînement à Boca Juniors jeudi 16 février La boulette du gardien de Newcastle jeudi 16 février Les hooligans russes sont déjà prêts pour « leur » Mondial jeudi 16 février Lemina, lui aussi de retour à l'OM ? jeudi 16 février La compagne de Maradona ne fait pas de dépositions jeudi 16 février Le Bayern enterre Arsenal sur Twitter jeudi 16 février En Suisse, des ultras deviennent sponsor maillot de leur club mercredi 15 février Une étude montre des dommages cérébraux sur six anciens footballeurs mercredi 15 février Ricardo Carvalho signe en Chine mercredi 15 février L'hymne de la Ligue des champions sauce tarentelle mercredi 15 février Le chant de Saint-Valentin des supporters de Cardiff mercredi 15 février Le père de Zizou n'a pas regardé la finale de France 98 mercredi 15 février Maradona a-t-il agressé sa compagne à Madrid ? mercredi 15 février Ces clubs français plus forts que le Barça mercredi 15 février La coupe « non éthique » d'Asamoah Gyan mercredi 15 février Matuidi, sa femme et Google mercredi 15 février 5€ offerts sans dépôt : 100€ à aller chercher chez Winamax mercredi 15 février 216€ à gagner avec le Bayern Munich & Real Madrid - Naples mercredi 15 février Luis Enrique perd son sang-froid face à un journaliste mardi 14 février Craig Gardner offre 50 tickets famille aux supporters de Birmingham mardi 14 février Le corner rentrant de Youssouf mardi 14 février Philadelphie cherche à renforcer son staff avec un tatoueur mardi 14 février Guardiola congratule Arter pour sa future fille mardi 14 février Thierry Froger de la L2 au TP Mazembe mardi 14 février Gignac stoppe une interview de son coéquipier Vargas mardi 14 février Djibril Cissé serait complice dans l'affaire de la sextape de Valbuena mardi 14 février Thomas Tuchel veut attiser la curiosité des joueurs mardi 14 février Quand le fair-play débouche sur un but gag lundi 13 février Le bijou de Sinama-Pongolle lundi 13 février Diaby : la blague de Julien Cazarre ne passe pas lundi 13 février Golazo en D3 espagnole lundi 13 février La finale de la Coupe maintenue au Calderón ? lundi 13 février Le FC Cologne lance un projet de réalité virtuelle lundi 13 février Un fan de Burnley évite un drame en tribune lundi 13 février Un supporter meurt en marge d'un derby de Rio lundi 13 février Pas assez de contrôles antidopage en Angleterre ? lundi 13 février Sankt Pauli : la banderole qui fait mal lundi 13 février 308€ à gagner avec PSG - Barça & Benfica - Dortmund lundi 13 février La célébration ratée de Simon Terodde lundi 13 février Un joueur de Serie B copie Zlatan lundi 13 février Mon Petit Gazon : les tops et les flops de la 25e journée lundi 13 février Quand un joueur de l'Ajax utilise une blessure pour dribbler son adversaire dimanche 12 février Ligue 1 : une 25e journée record dimanche 12 février La merveille de Torres dimanche 12 février Gareth Bale a repris l'entraînement dimanche 12 février Robbie Brady nettoie les filets de Courtois dimanche 12 février Un joueur amateur décède sur le terrain dimanche 12 février Tolérance zéro contre l'homophobie dans le sport britannique dimanche 12 février Les supporters des Orlando Pirates envahissent la pelouse dimanche 12 février Deux splendides reprises de volée à Norwich dimanche 12 février Le commentaire polémique de Lee Dixon sur Son dimanche 12 février Bilić en tribune pour avoir fracassé un micro dimanche 12 février Morecambe régale (littéralement) ses fans
Article suivant
L'équipe type frisson 2012
12 3