En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. // Barrages Euro 2016
  2. // Slovénie-Ukraine (1-1)

L’Ukraine passera l’été en France

Après avoir failli cinq fois en barrages, l'Ukraine a finalement réussi à passer le cap des barrages en assurant le nul 1-1 en Slovénie.

Modififié

Slovénie 1-1 Ukraine

Buts : Cesar (11e) pour la Slovénie // Yarmolenko (94e) pour l'Ukraine

Pour renverser la situation du match aller, une victoire 2-0 à domicile de l’Ukraine, la Slovénie devait démarrer sur les chapeaux de roue. Marquer vite pour relancer le suspense, comme l'avaient fait les Bleus lors du barrage face à ces mêmes Ukrainiens. Les Slovènes l'ont fait. Et ils y ont cru. Problème, ce satané deuxième but n'est jamais arrivé. La faute à des adversaires qui, malgré un début de match compliqué et la malédiction des barrages qui planait, ont su gérer leur match ce soir. Une première mi-temps à faire le dos rond et une seconde à dominer froidement. Car c’est connu, surtout ici en France : difficile de passer un barrage en jouant beau et bien. Mieux vaut assurer le coup. En tout cas, désormais une chose est sûre : l’Ukraine est à l’Euro et ne le démérite pas.

Boštjan le renard


Besoin d’enflammer un match ? Faites appel à la sélection slovène. C’est simple, en dix minutes de jeu, les hommes de Srečko Katanec font tout pour prendre l’ascendant psychologique, pour retourner le mental ukrainien. Première minute : Boštjan Cesar met un coup de coude à Seleznov et se chope un jaune. Deux minutes plus tard : un début de bagarre éclate entre Brecko et Konoplyanka. Et puis à la 11e minute, après une brève partie de billard, un ballon se présente devant Cesar qui n’a plus qu’à le pousser de la tête. 1-0. Hurlement de joie. Euphorie. Fumigènes.

Les Ukrainiens ne touchent plus terre. Et quand la pesanteur fait enfin son travail, quand les Jaunes trouvent enfin le chemin des cages, les Slovènes en remettent une couche. Re-tacle dangereux sur Konoplyanka. Re-début de bagarre. Et re-carton pour Jokič. C’est moche, mais la stratégie fonctionne à merveille. Pečnik passe même à deux doigts de remettre les deux équipes à égalité sur les deux matchs, sauf que cette fois, Pyatov s’interpose et se dégage d’une manchette de volleyeur. Le succès excite l’envie, et c’est réciproque : l’envie est l’un des moyens du succès.

Le froid ukrainien


Chose qu’ont dû oublier les Ukrainiens en première période. Chose qu’ils ont dû se faire souffler (très fort) avant d'entamer la seconde. Non, Mikhaïl Fomenko, leur entraîneur, n’a pas l’air d'être un homme calme. Surtout dans ce genre de situations. Mais au moins, son message a l’air de passer auprès de ses joueurs. La preuve avec Konoplyanka qui s’active dès les premières secondes de la reprise. Les reins, les chevilles et le gardien slovène peuvent en témoigner. Voilà pour les quelques premières éclaircies du début de seconde période. Sinon, le reste ressemble plutôt à une passe à dix, une possession dictatoriale jaune ponctuée par quelques tirs par-ci par-là.

C'est peu dire que l’entracte a fait un mal fou aux jambes slovènes. La vigueur, qui était la leur en première période, n’est plus. Ils ne vivent plus que sur coup de pied arrêtés. Cesar, encore lui, frappe un ballon de la tête au second poteau à la 75e... Sans suite. Les longs ballons qui arrivent ensuite dans sa surface, non plus. Et puis plus question de laisser les Ukrainiens s'approcher de leurs cages. Brecko le démontre à tous en découpant Konoplyanka durant les arrêts de jeu. Carton rouge tout de même. Les cinq dernières minutes du match durent une éternité. Une éternité sous haute tension. Mais finalement, l'Ukraine tient bon et vient même marquer un ultime but sur un contre à trois contre un dans les derniers instants de la partie grâce à Yarmolenko. 1-1. La malédiction ukrainienne n'est plus : ils ont enfin passé l'épreuve des barrages, et on les retrouvera en juin à l'Euro.

Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 1 heure Une ex-formatrice défonce la Goal Line Technology (via Brut Sport) il y a 2 heures Quand Ronaldo planquait de la bière 29
il y a 4 heures Dupraz quitte le TFC 113 il y a 5 heures Robinho en route vers Sivasspor 37 il y a 8 heures Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 17
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 4 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 8 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7