1. //
  2. // 38e journée

L'Udinese et la Lazio au sprint

Ce soir, à 20h45, à plus de 1 000 kilomètres de distance, l'Udinese et la Lazio se disputent la quatrième place qualificative pour la Ligue des Champions. Avantage aux Frioulans, qui comptent deux points d'avance. Mais qui reçoivent le Milan AC.

Modififié
0 1
Serie A. Acte final. Le championnat est à son crépuscule, et, pour la plupart des équipes, les vacances sont déjà officielles. Le Scudetto est dans les bras du Milan AC, la Ligue des Champions pour les deux Milanaises et le Napoli, tandis que la Serie B attend Bari, Brescia et la Sampdoria. Lors de la dernière journée, il ne reste plus qu'un enjeu. Un dernier enjeu. La quatrième place qualificative pour le tour préliminaire de la Ligue des Champions. Celle-ci va se disputer à distance entre l'Udinese et la Lazio, les deux derniers clubs susceptibles de briguer ce sésame. La Lazio a fait la course en tête pratiquement toute l'année, mais a perdu la confrontation directe, il y a deux semaines, à Udine. Depuis, les Frioulans n'ont plus qu'une idée fixe : ne rien lâcher, pour goûter à nouveau à la Coupe aux grandes oreilles, leur unique participation remontant à la saison 2005-06. Ils n'avaient, à l'époque, pas passé le premier tour.

Une pente à gravir

Entre l'Udinese et les rêves de C1, il n'y a plus qu'un point. Un tour petit point que la bande de Guidolin doit obtenir lors de la dernière journée. Fastoche. Mais gare à ne pas crier victoire trop tôt. Au stadio Friuli, les bianconeri recevront le Milan AC, tout juste sacré Champion d'Italie. La logique voudrait que le Milan, encore ivre (dans tous les sens du terme) de son sacre, ne montre pas une grande résistance. Ce serait bête de gâcher la fête de l'Udinese. Oui. Mais en Serie A, il y a rarement eu de la place pour la logique, comme l'histoire a pu l'enseigner. En 2000, lors de la dernière journée, l'équipe de Perugia, qui n'avait plus rien à gagner, avait battu le leader, la Juventus (1-0), offrant le sacre à la Lazio. Deux ans plus tard, l'Inter, dans un stade tout acquis à sa cause, avait perdu le titre, en s'inclinant face à cette même Lazio (4-2), permettant à la Juve de remporter le Scudetto. Dans les deux cas, pourtant, personne n'aurait misé une lire sur de telles issues. Et Francesco Guidolin le sait. «  Nous affrontons le Milan AC, l'équipe qui a été la meilleure cette saison. Leur Scudetto est mérité car ils ont été les plus forts. Pour nous, il s'agit de la pente la plus dure à gravir, avec l'adversaire le plus difficile que nous pouvions affronter. Tout est encore en jeu, notre destin se décidera au coup de sifflet final et je ne suis pas d'accord avec ceux qui disent que nous sommes très proches de l'objectif et que nous n'avons plus d'obstacle » affirme-t-il. Pas dupe, le vieux briscard. Conscient toutefois de la force de son équipe, Guidolin est également conscient que, récemment, elle a flanché alors que personne ne s'y attendait. Les défaites face à la Fiorentina (5-2) et contre Parme (2-0) sont encore dans les mémoires, et n'ont été que partiellement effacées par le succès contre la Lazio.

Psychologie inversée

La Lazio, justement, jouera ses dernières chances dans les Pouilles. Les Romains se déplacent à Lecce, face à une équipe qui a pu célébrer son maintien la semaine passée, grâce à un succès face à l'ennemi Bari. Pour son dernier match de la saison, Lecce compte bien finir en fanfare, en fêtant avec son public un maintien auquel plus personne ne croyait. Mais la Lazio a l'intention de venir jouer les trouble-fêtes dans ces cérémonies. Après avoir stoppé une hémorragie de trois défaites consécutives en s'imposant face au Genoa (4-2), les biancocelesti n'ont désormais plus rien à perdre. Au contraire. Ils ont assuré leur qualification en Europa League (avec un petit point dans le dernier match, ils seront certifiés de terminer cinquièmes et de ne pas faire de tour préliminaire) et ne peuvent donc faire qu'une bonne opération lors de cette journée. Néanmoins, pour la C1, ils n'ont plus leur destin entre les mains. Leurs derniers espoirs sont entre celles du Milan AC. Pas forcément une bonne nouvelle, connaissant les relations houleuses entretenues par Claudio Lotito et Adriano Galliani. Pourtant, le président de la Lazio affiche une confiance à toute épreuve. « Du point de vue du mérite, la quatrième place reviendrait à la Lazio. Malheureusement, à la fin de la saison, nous avons connu un manque de cynisme agonistique, et à présent, cela ne dépend plus de nous. Ce dont je suis sûr, néanmoins, c'est que Milan va faire un très grand match au stadio Friuli, et va même nous permettre d‘obtenir cette Champions bien méritée » a-t-il assuré. Naïveté ou psychologie inversée ?



La Juve espère

Au-delà du duel à distance entre l'Udinese et la Lazio, il existe encore un autre enjeu lors de ce dernier tour de la Serie A. Mais un enjeu tellement improbable que l'on n'ose l'évoquer. Celui pour la sixième place, qualificative pour le tour préliminaire de l'Europa League. La Roma est pour le moment sixième, avec 60 points. La Juventus est derrière, avec 57. Mathématiquement, donc, les Turinois peuvent encore passer devant, grâce à une différence de buts particulière qui leur est favorable. Mathématiquement, seulement. Car la réalité est bien différente. Pour espérer accrocher ce dernier ticket pour l'Europe, la Juve devrait battre le Napoli (faisable, Naples est déjà en vacances mais la haine envers les bianconeri demeure) et espérer, dans le même temps, que les Romains s'inclinent à domicile face à une Sampdoria déjà reléguée. Autant dire que si ces deux résultats sortent, les parieurs deviennent milliardaires, et le nouveau président américain de la Roma démissionne. D'autant plus que l'an dernier, à Rome, la Sampdoria était venue réaliser un blitz (1-2), enlevant un Scudetto qui tendait les bras aux giallorossi. La Roma en ricane d'avance : savoir que cette rencontre sera la dernière de la Samp en Serie A vaut toutes les revanches du monde.


Eric Maggiori

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 1