1. //
  2. // 36e journée

L'Udinese aux grandes oreilles

Journée folle. L'Udinese de Di Natale envoie valser la Lazio et récupère la 4ème place, Naples perd et laisse filer l'Inter, et la Sampdoria perd le derby génois et voit se rapprocher la Serie B. Ah oui, et Milan est champion. Aussi.

Modififié
0 2
Même si l'information est réchauffée et date déjà d'hier soir, elle reste la plus importante du week-end. Milan est champion d'Italie. Sept ans après leur dernier titre, les rossoneri ont pu fêter dignement leur sacre, jusqu'à 4h du matin. Le champagne a coulé à flots, Pato s'est éclipsé avec mademoiselle Berlusconi, Gattuso a chanté au bon souvenir de Leonardo, Oddo a couru torse nu et bourré sur la pelouse de l'Olimpico. Bref, une vraie nuit de liesse, aussi bien dans la capitale, que 600 kilomètres plus au Nord, sur la Piazza del Duomo. Et la fête va encore durer de longues semaines, puisque le Milan AC va pouvoir honorer son titre lors des deux dernières journées, face à Cagliari à San Siro, et contre l'Udinese. L'occasion de sortir pour la première fois le maillot de l'an prochain. Oseront-ils y coudre le Scudetto, histoire de faire un joli pied-de-nez aux cousins interistes ?



L'Inter, d'ailleurs. Les nerazzurri n'ont, depuis hier soir, plus rien à gagner. Assurés de terminer dans les trois premiers, ils doivent simplement effectuer une fin de saison digne, et tenter de remporter la Coupe d'Italie, dont les demi-finales retour se joueront cette semaine. Cet après-midi, face à la Fiorentina de Mihajlovic (un ancien de la maison), l'Inter a fait son taf. Pas flamboyante, mais diablement réaliste, la bande de Leonardo obtient un résultat flatteur (3-1) face à une Viola qui dit ainsi adieu à ses derniers rêves d'Europe. Dommage pour elle, l'Intertoto n'existe plus. Pour le championnat, l'Inter s'est désormais fixé un dernier objectif : repartir indemne de Naples la semaine prochaine, et s'assurer, ainsi, la deuxième place. Un moindre mal pour les multi-champions d'Italie. Merci Benitez. En parlant d'eux, les Napolitains n'ont vraiment plus d'essence dans le réservoir. Après avoir perdu contre l'Udinese et Palerme et pris trois points à l'arrache contre le Genoa, Naples s'incline cette fois-ci à Lecce (2-1). Les giallorossi, animés par un sentiment de haine envers les ennemis sudistes, ont tout donné sous un soleil de plomb, et s'imposent finalement en toute fin de rencontre (2-1) grâce à un but somptueux de Chevanton (oui oui, Chevanton). Double tristesse pour le Napoli : Cavani, qui a reçu deux cartons jaunes bêtes en 15 minutes (contestation et petite faute gratuite) ratera le choc contre l'Inter. 26 buts, c'est déjà bien.



La Samp en plein cauchemar



Le succès de Lecce rend, par conséquent, la course au maintien totalement folle. Car ce soir, la Sampdoria pleure. Les doriani sortent vaincus du bouillantissime derby de Gênes, d'une manière ahurissante. Menés pendant plus d'une demi-heure après l'ouverture du score de Floro Flores, les doriani ont égalisé en seconde période par Pozzi. Le reste du match a été d'une intensité folle, à la limite même de l'électrique, avec les tifosi du Genoa qui brandissaient dès qu'ils le pouvaient des banderoles « B » ou « Bye Bye les cyclistes » . Dur. Et lorsque tout semble fini, à la 96ème minute, Mauro Boselli envoie en enfer les tifosi de la Sampdoria avec un but incroyable. Le constat est terrible. Au terme de cette 36ème journée, la Sampdoria est relégable, à deux points de Lecce. Les abysses n'ont jamais été aussi proches.


page]
Un peu plus tôt dans la journée, Catane est allé prendre ses trois premiers points de la saison à l'extérieur (mieux vaut tard que jamais), sur la pelouse de Brescia (1-2). La sanction est dure pour les Lombards, qui rejoignent officiellement Bari dans le train qui mène à la Serie B. Un train que devrait réussir à louper Cesena, qui, au courage, a fait un blitz en Sardaigne en gagnant 2-0 à Cagliari. Avec 40 points, les hommes de Ficcadenti ont de fortes chances de se maintenir, surtout que leurs deux derniers adversaires, Brescia et le Genoa, sont déjà en vacances.



L'Udinese puissance 4



Si la lutte pour le maintien fait rage, celle pour la Ligue des Champions a peut-être pris un virage décisif, cet après-midi. La Lazio, 4ème, a rendu visite à l'Udinese, 5ème. Auteurs d'une première mi-temps somptueuse, les Frioulans tuent pratiquement tout suspens dès la 40ème minute, lorsque Toto Di Natale inscrit son 28ème but de la saison en championnat. Pour info, le 27ème, il l'avait inscrit sept minutes auparavant. La Lazio, apathique, se réveille en seconde période. L'entrée en jeu de Rocchi et Kozak à la place des fantômes Floccari et Hernanes font du bien : le vieux Tommaso se procure un pénalty que Zarate foire de manière honteuse. Quelques minutes plus tard, Kozak redonne de l'espoir aux siens. Puis le géant tchèque frappe le poteau. Mais le forcing final des Romains n'y change rien : l'Udinese s'impose 2-1 et s'empare de la quatrième place. La Lazio chute carrément à la sixième position, se faisant doubler d'une pierre deux coups par l'Udinese et la Roma (à la différence de buts particulière). Et si la Juventus, demain soir, s'impose à domicile face au Chievo, les Turinois reviendront à un point des biancocelesti. Autant dire que rien n'est encore joué pour la course à l'Europe. Une course qui pourrait d'ailleurs dépendre de Palerme. Les Siciliens, malgré la Panenka manquée de Miccoli, se sont imposés, hier, face à la lanterne rouge Bari (2-1). Mais pour l'équipe de Delio Rossi, la saison se joue mardi. Au Renzo Barbera, Palerme recevra le Milan AC, pour essayer de se qualifier pour la finale de la Coupe d'Italie. Or, si les Palermitains accèdent à la finale, ils obtiendront leur billet pour l'Europa League, rendant insignifiante la septième place. Tous derrière Milan ?



Enfin, dans la famille "match où je suis dégouté d'avoir payé mon billet", je voudrais Bologne-Parme. Le derby d'Emilie-Romagne s'est soldé par un 0-0 tout dégueu, qui permet juste aux deux équipes de prendre un petit point et d'être, à peu de choses près, assurées du maintien. Et vu la pauvreté du spectacle offert, on ne peut pas vraiment s'en réjouir.


Les scores


Palermo-Bari-2-1


Miccoli 39', Bovo 53' – Bentivoglio 7'

AS Roma-Milan-0-0

Brescia-Catania-1-2


Diamanti 91' – Silvestre 27', Bergessio 75'

Bologna-Parme-0-0

Cagliari-Cesena-0-2


Jimenez 54', Malonga 84'

Genoa-Sampdoria-2-1


Floro Flores 46', Boselli 96' – Pozzi 67'

Inter-Fiorentina-3-1


Pazzini 25', Cambiasso 28', Coutinho 77' – Gilardino 74'

Lecce-Napoli-2-1


Corvia 49', Chevanton 88' – Mascara 67'

Udinese-Lazio-2-1


Di Natale 35' et 42' – Kozak 76'

[A voir : La vidéo de Gattuso avec les supporters...


Eric Maggiori

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

J'ai l'impression que Naples a joué toute la saison en "surrégime" comme on dit. L'effondrement final est logique même si l'essentiel (la qualif en C1) est sauvé.

L'Udinese est en bonne position pour arracher la dernière place. Di Natale est incroyable.

La Samp y va tout droit! Les tifosi apprécieront les manières de leur prez'.
Cassano doit se fendre la poire. Le titre pour le Milan avec des absences prolongées de ses cadres, je dis bravo. (une pensée pour Pirlo)
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Un OM à terre
0 2