1. //
  2. // Décès Tito Vilanova

L’ombre de Tito

Sa maladie avait rythmé les premiers mois de succession de Pep Guardiola à Barcelone, elle a fini par avoir raison de sa détermination. Tito est mort aujourd’hui et Barcelone peut maintenant s’enfoncer dans une dépression profonde.

Modififié
0 38
Tito, le doigt dans l’œil. Tito, le successeur. Tito, opéré d’urgence avant un match à Milan. Tito, le retour contre Paris. Tito, la rechute. Tito, qui abandonne le banc du Barça, Tata qui le remplace. Le Barça qui plonge. Tito qui meurt. On aurait pu aussi écrire sur son amitié avec Guardiola et sur cette première saison en division trois en 2007-2008 passée à se faire insulter sur les terrains de province. On aurait ensuite évoqué ces 14 titres en 19 compétitions jouées avec Pep. Tito était celui qui préparait les matchs dans l’ombre de Guardiola. Il était le fidèle ami installé à l’abri du mythe. Au début, on avait même un peu de mal à prononcer son nom, le pauvre, mais c’est vrai qu’on ne le connaissait pas trop. Et puis la figure de Pep était tellement mythologique, qu’à ses côtés, tous devenaient des nains. Tito était une sorte de Rexach prêt à en découdre avec n’importe qui pourvu que son mentor fût assis à sa gauche. On avait bien rit le soir où il gifla Mourinho, même à Madrid. Mais en vrai, il n’y en avait que pour Pep et cette équipe historique qui faisait la révolution du football des années 2010 sous nos yeux. Alors quand Pep décida de partir, Tito fut nommé numéro un. On n’aurait jamais cru, mais en y réfléchissant plus sérieusement, c’était une évidence. Il était le seul à pouvoir assumer l’héritage insupportable. Il était le seul à ne pas être illégitime. N’importe quel autre entraîneur aurait été écrasé sous le poids de l’attente et de la mémoire. Tito était l’adjoint et entretenait l’idée folle qu’un jour ou l’autre, le vrai chef reviendrait. Ou plus folle encore : qu’il était encore là. Le jour de sa présentation, il désarma toutes les attentes : « Dans toutes les comparaisons avec Pep, je serai perdant. » Il paraît que Guardiola lui en voulut, comme Cruyff à Rexach quand Nuñez se débarrassa du Néerlandais. Pep, son camarade de Masía, l’avait fait revenir sous l’ère Laporta, ennemi intime de Rosell. En acceptant de prendre sa suite, il pactisait avec l’ennemi. Certes.

FC Barcelone, el segundón

Mais il fallait bien que le Barça survécût enfin à ses démons et qu’en continuant à gagner, il devînt enfin adulte. Comme les années Di Stéfano du Real et ces cinq Coupes d’Europe, les années Pep, Messi et Tito avaient changé le destin d’un club jusque-là condamné à la deuxième place historique derrière le Real. À Madrid, on s’inquiéta tant qu’on dût même embaucher un tueur à gage pour abattre le meilleur Barça de tous les temps. Il fit le plus vite possible, pourtant les trophées continuèrent à s’empiler en Catalogne comme si de rien. Pourtant les anciens, ceux qui ont connu Kocsis, Sotil ou Cruyff, savaient. Patiemment, ils attendaient la chute. Toutes ces années où ils étaient devenus le modèle du football occidental devraient un jour se payer. En Catalogne, la fête nationale est une défaite. C’est l’âme de ce pays. Quand à Madrid on aime se voir plus beau et plus grand que le reste du monde, à Barcelone on aime bien ajouter des pierres dans son sac à dos avant de gravir l’Olympe. zquez Montalbán parlait de « fatalité » dans les années quatre-vingt quand il évoquait le destin de son club. Le propre du sentiment barceloniste, ce n’est pas la joie ou l’orgueil. C’est plutôt le « pessimisme général devant les différentes opportunités (...). Ou bien on lui kidnappait Quini, ou alors Goikoetxea brisait les grandes figures de Barcelone. Schuster et Maradona par ordre de récolte. Le Barça fut même à deux points de remporter la Liga avec cinq matchs à disputer et... ne la remporta pas. Un fatalisme historique difficile à rationaliser établissait alors qu’il fallait laisser passer dix ans entre chaque titre de champion. »

Les enfants de Saturne

Depuis que Guardiola est parti de ce club, plus rien ne marche. Après avoir perdu toutes les compétitions en une semaine, avoir été accusé de fraude fiscale, de détournement de mineurs, avoir vu un président démissionner, un autre prendre sa place, un référendum, une interdiction de recrutement, puis la levée de celle-ci quelques jours plus tard, ils ont disparu, tous ceux qui disaient encore que Barcelone n’était pas en dépression. Car il en est des équipes comme des personnes. À force de vivre ensemble, on finit par se ressembler. Les états d’âme de quelques-uns deviennent ceux de tous les autres. Il y a des équipes joyeuses, optimistes ou déterminées, Barcelone, elle, est mélancolique. « Barcelone souffre de nostalgie » , diagnostiquait Jorge Valdano il y encore quelques jours. Les Culés souffrent d’un passé beaucoup trop présent pour ne pas être écrasant. Pour s’en sortir, il faudrait qu’ils s’en aillent tous ou alors tout oublier. La finale de Coupe du Roi contre le Real ou le quart de finale retour contre l’Atlético furent éloquents. On y perdit Xavi et Iniesta, Messi ne joua plus sérieusement et Tata Martino eut beau faire des grands gestes et tenter de sauver les meubles en laissant le ballon à Neymar, le sang ne circulait plus aussi vite. Barcelone était devenu vulgaire. Tout était bien fini. Alors, comme les belles histoires terminent toujours mal (parce qu’on aimerait qu’elles ne terminent jamais), Tito Vilanova est mort aujourd’hui d’une maladie secrète enfermée à l’intérieur de sa bouche. Comme Saturne avalant ses enfants pour ne pas se voir vieillir, Barcelone vient d’avaler le seul héritier digne de succéder à un mythe. Il est trop tard maintenant pour échapper à un effondrement général qui, en réalité, a déjà eu lieu.

Par Thibaud Leplat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

KillerCroc Niveau : CFA
"saleté de crabe!" (Forumeur SoFoot, 2014-?)
Triste, j'avais vu le brève en pensant qu'il allait encore s'en sortir.
RIP
Message posté par Nikaia
Triste, j'avais vu le brève en pensant qu'il allait encore s'en sortir.
RIP


pareil.
cette nouvelle me fait vraiment beaucoup de peine, il avait vraiment l'air d'être un bon bougre, et je pensais qu'il était trop jeune pour mourir du cancer.
Sacré papier que cet article quand même... Chapeau a l'auteur.
Tres bel hommage à Tito... Moi aussi je lui en ai voulu de ne pas avoir perpétuer la magie de ce que je considère comme la plus belle équipe que j ai vu jouer ,comme une grosse descente , comme le 5 h du matin d une super soirée.Pourtant le chute a commencé sous Guardiola et coincide ,pour moi ,avec le déclin progressif de Xavi .
En tout ,d un point de vue sportif merci pour le titre à 100 points et la gifle au Mou ,et pour le reste,le plus important ,repose en paix et courage à tous ses proches.
Il va bien falloir qu'un jour on change nos priorités (la courbe du chômage, l'inflation) et qu'on mette enfin la priorité sur la santé, la vie quoi. On nous parle sans cesse de progrès de la science et on voit tous autour de nous des gens partir trop tôt. Insupportable.
Note : 5
la chute de Tito est une mise en abyme de la chute du barça..
(j´ai français cette année^^)
Message posté par Ricardo Tubbs
Il va bien falloir qu'un jour on change nos priorités (la courbe du chômage, l'inflation) et qu'on mette enfin la priorité sur la santé, la vie quoi. On nous parle sans cesse de progrès de la science et on voit tous autour de nous des gens partir trop tôt. Insupportable.


Doux rêveur, même si je suis d'accord avec toi. On sait tous que l'argent a relégué l'humain au second plan. Et ça se vérifie dans le monde de la santé avec des enjeux financiers énormes qui pèsent plus que l'intérêt général.
C'est pour ça que, même si je doute sur le fait qu'il y ait une justice, j'espère qu'un enculé comme Servier va rôtir dans les flammes de l'enfer et que Tito pourra se reposer pépére avec les Eusebio, Socrates etc.
Message posté par gregstar93
Tres bel hommage à Tito... Moi aussi je lui en ai voulu de ne pas avoir perpétuer la magie de ce que je considère comme la plus belle équipe que j ai vu jouer ,comme une grosse descente , comme le 5 h du matin d une super soirée.Pourtant le chute a commencé sous Guardiola et coincide ,pour moi ,avec le déclin progressif de Xavi .
En tout ,d un point de vue sportif merci pour le titre à 100 points et la gifle au Mou ,et pour le reste,le plus important ,repose en paix et courage à tous ses proches.


Ouais, bel article
Ouais, Xavi mais aussi Puyol...
Tout est un peu triste dans la Barça en ce moment..
Sincèrement c'est l'article le plus NUL à tous les niveaux que j'ai jamais lu, comment le redac peut cautionner ce genre de saloperie, de merdasse agencée en mots et phrases, non mais le gars qui a écrit ça doit se prendre pour un "éveillé" ; mais va te faire foutre quel effondrement motha fucka.
C'est bête mais je pense aux personnes qui ont du préparer pour dimanche des banderoles et affiches " Anims Tito " et qui ont été prises de court .

Franchement j'espère a tout les bros du forum de ne jamais connaître ça et du courage auquel cas..
Fée Indouno Niveau : DHR
Le contexte est certes délicat mais c'est pour des articles comme ça qu'on vient ici, un truc qui te prends au tripes et qui te dresse le portrait des hommes qui font ce sport avec une poésie...Putain..Bonne route Monsieur Vilanova !
Juni Anderson Niveau : District
Quelle tristesse... Ce matin j'ai commenté en disant que sa nouvelle hospitalisation ne sentait pas bon mais je m'attendais pas à ce que ça aille si vite... ça fait vraiment un choc!
Merci à toi pour tout ce que tu as apporté à cette équipe en tant qu'adjoint et entraîneur principal, merci pour tout! Anims Tito
Juni Anderson Niveau : District
Ah dsl pour le "anims", l'utilisation est bien entendue usurpée ici, (quoiqu'on puisse peut-être l'utiliser pour apporter un soutien ou signaler sa ppensée à une personne décédée mais ça m'étonnerait), je me suis précipité en tapant donc je rectifie avant qu'on ne me tombe dessus...
el peruano loco Niveau : Ligue 2
Note : 1
Bel article et bel hommage sur ce grand mais éphémre entraineur du FCB.

Sa mort entérine au cours de cette annus horribilis, la désormais fin de cycle actée dès la dernière saison de Guardiola en 2012 quand l'équipe n'avait plus la niaque de jadis pour inverser ou forcer leur destin.
Depuis le Barça est un gigantesque trompe l’œil, une espèce pomme à l'apparence intacte mais dévorée de l’intérieur par un mal latent. Le fruit vient de tomber de l'arbre là. Il est temps de passer à autre chose en finir avec les réminiscences de l'héritage de Pep, bref aborder un nouveau projet avec un nouveau coach et quelques nouveaux joueurs.
HaaalaMadrid Niveau : District
Très belle article. RIP Tito
Gerd Müller Niveau : CFA
Message posté par Ricardo Tubbs
Il va bien falloir qu'un jour on change nos priorités (la courbe du chômage, l'inflation) et qu'on mette enfin la priorité sur la santé, la vie quoi. On nous parle sans cesse de progrès de la science et on voit tous autour de nous des gens partir trop tôt. Insupportable.


Mouais, on voit aussi beaucoup de personnes vivre grâce aux progrès de la médecine.
Enfin bref, mourir si jeune c'est forcement triste.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 38