1. //
  2. //
  3. // Marseille-Metz (1-0)

L'OM termine l'ère Dreyfus par une petite victoire

En clôture de la neuvième journée de Ligue 1, l'Olympique de Marseille s'impose grâce à une courte victoire 1-0 sur Metz. Après le but rapide de Gomis, l'OM a peiné à imposer son jeu. Les Messins peuvent s'en vouloir, il y avait au moins un point à prendre.

Modififié
807 13

Olympique de Marseille 1-0 FC Metz

But : Gomis (13e) pour Marseille

L'OM a-t-il appris à gérer un match et profiter des points offerts ? En ouvrant le score très rapidement, grâce à une défense messine pas franchement dans son match au coup d'envoi, les Marseillais ont eu tout ce qu'il faut pour obtenir une nouvelle victoire à domicile. Mais au fur et à mesure de l'avancée du match, la question vient de plus en plus régulièrement : vont-ils tenir ? Est-ce vraiment possible, même sans réussir à mettre le deuxième but ? Même avec Vainqueur blessé après l'heure de jeu ? Même avec des changements tardifs ? Finalement, la réponse tombe : oui.

Individualités cumulées


Dès l'entame du match, les deux blocs surprennent par leur manque de verrouillage défensif. Avec des espaces dans tous les sens, des deux côtés, ce Marseille-Metz ressemble à une fin de match à 2-2, alors que les deux équipes cherchent la victoire. Même sur coup de pied arrêté, la défense messine laisse une largesse au marquage étonnante pour un début de rencontre. Gomis n'a aucun mal à se défaire de Biševac et peut s'essayer à deux fois pour ouvrir le score. Didillon fait ce qu'il peut, sur sa ligne, pour repousser la première tentative. Sur la seconde, il ne peut qu'observer le ballon.


À 1-0, Metz laisse craindre une redite du naufrage d'avant-trêve tant l'agressivité n'y est pas. Seulement, N'Jie côté gauche ou Thauvin côté droit pêchent par trop d'invidualisme. Comme Erding, qui ne fait jamais le bon choix de l'autre côté. Pour les deux équipes, les maux sont similaires. Le jeu collectif est proche du néant et les choix étonnants. Résultat, Marseille, sans briller, s'en tire avec une cage inviolée en première période à la surprise générale.

Clean-sheet du miracle


La surprise est d'autant plus grande quand Gomis revient défendre au niveau de la surface marseillaise. Le buteur fauche Nguette très clairement, sans que cela n'incite M. Miguelgorry à siffler une faute, que ça soit un penalty ou un coup franc. Dans la foulée, Assou-Ekotto trouve deux fois la tête d'Erding, pour deux tentatives sans succès. L'OM ne semble pas savoir comment gérer sa petite avance. C'est alors que la question qui trottait dans la tête depuis la treizième minute revient plus fortement, plus régulièrement dans les têtes marseillaises. Que faire ? Attaquer pour mettre le deuxième but ? Reculer et prier la Bonne Mère que Metz soit toujours aussi maladroit ?


La deuxième solution semble suffire pendant longtemps. Le temps de feu des Messins ne dure pas longtemps. Marseille se procure même enfin quelques occasions dans cette deuxième période. Didillon remporte ce nouveau duel contre Gomis (71e). Finalement, le match se termine comme il aurait pu commencer. Les équipes s'observent, sans trop attaquer, bouchant tous les espaces. Si Sakai manque de pousser la balle dans son propre but, l'OM peut se contenter du bon résultat pour aujourd'hui. L'ère Dreyfus se termine ainsi. Dès demain, une autre histoire débutera.

  • Résultats et classement de Ligue 1
    Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici

    Par Côme Tessier
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    Dans cet article

    Prospère Mulenga Niveau : CFA
    Erding plus nul tu meurs.

    Ce match en prime time un Dimanche soir j'comprends pas
    C'était pas si déplaisant.

    À part Erding, qui effectivement est d'une nullité rare.
    1 réponse à ce commentaire.
    tranquilo_chiquito Niveau : DHR
    un 10 a l'om et vite s'il vous plait
    Bon ben on est toujours invaincu à domicile et on a pris 3 points. Pas grand chose à retenir de plus.
    cHris wAddle Niveau : CFA2
    Une victoire qui fait du bien, mais quelle faiblesse, c'est effrayant à ce niveau là! Maintenant, j'ai hâte que la nouvelle équipe dirigeante arrive et mette en place son projet. Les premières infos qui sont sorties dans la presse sont plutôt encourageantes! Personnellement, j'aimerais bien voir Garcia arriver sur le banc olympien!
    Parker Lewis Niveau : DHR
    J'ai opté pour le Villarreal-Celta, et j'ai aucun regrets!!! Bon débarras les Louis-Dreyfuss, ils manqueront seulement aux porcs qu'ils ont passés 20 ans à engraisser. Je leur souhaite le pire dans leurs affaires, à eux et leur mépris pour les supp du club et les marseillais en général, sûrement des salauds de pauvres à leurs yeux (ou des cons, au choix).
    Noël Mammaire Niveau : Loisir
    Une victoire honteuse qui n'est pas sans nous rappeler les heures les plus sombres, etc.
    tranquilo_chiquito Niveau : DHR
    alors tactiquement le double S essaye des choses mais cela reste brouillon, et sur la fin incompréhensible même.
    bédimo et saquaille jouent plus haut et lass plus bas, par moment j'avais l'impression de voir une défense a 3 avec fanni ,doria et lass justement.
    thauvin et sarr jouant sur le coté de leur mauvais pieds on aurait pu penser qu'ils repiqueraient vers l'intérieur pour laisser dédoubler les latéraux mais non, pas trop en fait, du coup embouteillage sur les cotés et aucun métronome dans l'axe car le seul lass ne pouvant récupérer, passer et être dans les bons coups sans totalement délaisser l'antre jeu et exposer la défense aux contres messins.
    je ne sais pas si il y a un fil directeur (dans le style de jeu) avec cette équipe, et chacun fait ce qu'il lui plait on dirait.
    alors ok il n'y a pas l'effectif pour, mais pour moi jouer sans réel meneur de jeu c'est impossible. autant jouer plus bas et partir en contre a 10000 a l'heure vu la qualité des joueurs sur le terrain. bon c'était au vèl mais je pense que plus de verticalité pourrait être le salut de cette équipe jusqu'au mercato de l'americano.
    tranquilo_chiquito Niveau : DHR
    alors tactiquement le double S essaye des choses mais cela reste brouillon, et sur la fin incompréhensible même.
    bédimo et saquaille jouent plus haut et lass plus bas, par moment j'avais l'impression de voir une défense a 3 avec fanni ,doria et lass justement.
    thauvin et sarr jouant sur le coté de leur mauvais pieds on aurait pu penser qu'ils repiqueraient vers l'intérieur pour laisser dédoubler les latéraux mais non, pas trop en fait, du coup embouteillage sur les cotés et aucun métronome dans l'axe car le seul lass ne pouvant récupérer, passer et être dans les bons coups sans totalement délaisser l'antre jeu et exposer la défense aux contres messins.
    je ne sais pas si il y a un fil directeur (dans le style de jeu) avec cette équipe, et chacun fait ce qu'il lui plait on dirait.
    alors ok il n'y a pas l'effectif pour, mais pour moi jouer sans réel meneur de jeu c'est impossible. autant jouer plus bas et partir en contre a 10000 a l'heure vu la qualité des joueurs sur le terrain. bon c'était au vèl mais je pense que plus de verticalité pourrait être le salut de cette équipe jusqu'au mercato de l'americano.
    Boubou138 de mars Niveau : Loisir
    Vivement le débarquement...
    2yemklubapanam Niveau : Ballon d'or
    Bonsoir Côme.
    C'est Louis-Dreyfus le nom du propriétaire pas Dreyfus.
    Pas très grave, inutile d'en faire une affaire. Même si je te soupçonne juste de vouloir pécho.
    2yemklubapanam Niveau : Ballon d'or
    Pas mal le coup de l'affaire.
    Pas compris celui du pécho par contre.
    2yemklubapanam Niveau : Ballon d'or
    Pas mal le coup de l'affaire.
    Pas compris celui du pécho par contre.
    3 réponses à ce commentaire.
    tranquilo_chiquito Niveau : DHR
    euh désolé du double post ...
    ca bugg un peu le site aujourd'hui
    (bonne excuse, je cherche la promotion en cfa2 ....)
    Trouver un partenaire sexuel pour la nuit!
    Cliquez sur un lien et registres.
    Tout est gratuit! ==> goo.gl/HB7Qav <==
    O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
    Note : 1
    Je crois que j'ai enfin découvert le projet de Passi. C'est encore un peu flou mais il semblerait que ça ait un rapport avec Jacques Tati.
    Depuis qu'il est à l'OM, Francky s'amuse à tisser scrupuleusement le motif Tati.

    Jour de fête acte son arrivée dans la cité phocéenne.
    Suivent Les Vacances de Monsieur Hulot (dans un rôle d'éternel plaisancier qui va lui coller à la peau).
    Débarque ensuite Mon Oncle, un mentor un peu farfelu qui va lui enseigner les bases du jeu.
    Le Playtime. Une doctrine moitié-burlesque moitié-désespérée qui prône l'art de se cogner le nez contre les vitres transparentes du 0-0.
    Nous voici dans la période Trafic. Mon Oncle étant reparti en Amérique du Sud, il laisse derrière lui un gigantesque embouteillage.

    L'embouteillage est une figure-clé du projet Passi (le Pépé, comme en plaisante Jean-Claude Gaudin). Un encombrement de la circulation capable de stopper net le fil du temps. Comme hier soir.

    On remarquera l'effort fourni par Passi pour respecter scrupuleusement l'ordre des films. Signe que l'homme est un chronologue averti. Un type capable de se dilater le Chronos sans l'aide d'aucun stupéfiant, rien qu'en fermant les yeux.
    C'est ce qui s'est passé hier soir à la 13ème minute. Passi a fermé les yeux et aurait déclaré " le match est plié".
    Il se serait ensuite retranché dans une profonde méditation chronométrique qui l'aurait directement amené à la 95ème.

    On a enfin vu hier soir toute la cohérence du PP. Le motif se détache enfin de la toile. C'est rassurant d'apercevoir enfin une direction, un fil rouge dans cet océan de pitreries.

    Après Trafic, le dernier long-métrage de Tati, c'est Parade. Une ode au cirque où il joue le rôle de Mr Loyal.

    Demandez le programme.
    Partenaires
    Olive & Tom Logo FOOT.fr
    807 13