1. //
  2. // Bordeaux/Marseille (1-1)

L'OM se réveille trop tard

Dans un choc assez plat, les Girondins ont d'abord maitrisé le match sereinement pour ouvrir la marque sur un but contre son camp de Mandanda consécutif à une faute de Chamakh non sifflée. En deuxième période, les Marseillais ont su profiter de l'expulsion de Planus pour revenir au score et multiplier les occasions dans les 10 dernières minutes. En vain : mauvaise opération pour l'OM...

Modififié
0 4
Hilton avait prévenu avant la rencontre: « la poursuite se commence aujourd'hui » . Poursuite, poursuite, c'est vite dit, mais Marseille a su ramener un point de Chaban-Delmas. C'est déjà ça. Et quelque part, ils peuvent remercier l'arbitre, monsieur Duhamel, mais aussi le maudire. Le remercier parce que c'est suite à l'expulsion de Planus qu'ils ont enfin pu faire jeu égal avec leurs hôtes et même dominer Bordeaux. Le maudire, car il a accordé un but entaché d'une grosse faute aux Bordelais. Voilà, ce n'est pas très classe de tout mettre ainsi sur le dos de l'arbitre, mais comme l'a dit Didier Deschamps à la fin de la rencontre, il est parfois difficile de ne pas en parler...

Première mi-temps: Bordeaux accule Marseille dans son camp. Les Girondins sont aussi confortablement que durablement installés dans la chambre adverse. Récupération de balle, maîtrise technique et tactique, les champions de France répondent une fois de plus présents dans les grands rendez-vous. En face,
Brandao est trop juste pour garder seul la gonfle devant et permettre à son équipe de remonter. Les Marseillais ont passé l'essentiel de la partie bien loin des buts de leur ancien portier, Cédric Carrasso. Ce qui veut dire que les Bordelais ont passé le leur près de celui de Mandanda. Jusqu'à le pousser à l'erreur. Sur un centre de la droite, Marouane Chamakh vient percuter le gardien olympien, qui marque contre son camp. Sur le coup, l'attaquant girondin ne touche pas la balle, mais seulement les bras du portier, alors en l'air. Si Mandanda n'est pas forcément exempt de tout reproche sur cette action, le but aurait du être refusé. Il ne l'a pas été, et Bordeaux est finalement parvenu à ouvrir le score. Solides et organisés, les hommes du Président n'étaient au préalable pas parvenu à emballer la rencontre ni à ouvrir le score sans le coup de pouce de l'arbitre.

Mi-temps. Mamadou Niang au micro de Canal: « l'arbitre a dit lui-même qu'il y avait faute, mais l'arbitre de touche a pas pris ses couilles » . Alors l'arbitre, monsieur Duhamel, a compensé. Sur un tacle de Planus à l'heure de jeu, il choisit d'expulser le défenseur bordelais. Il y avait incontestablement faute pour ce vilain tacle sur un attaquant qui était bien lancé vers le but mais par forcément carton rouge étant donné qu'il n'était pas dernier défenseur... Mais bon, s'il n'avait pas accordé le but de Chamakh, l'histoire aurait sans doute été différente.

Las, les Bordelais évoluent maintenant à dix contre onze ; la rencontre est forcément relancée. Bordeaux n'étouffe plus Marseille, et les olympiens vont petit à petit parvenir à prendre le dessus sur le champion en titre. Laborieusement, certes, mais l'essentiel est là. Après une alerte rouge sur corner (à un sauvetage près de Trémoulinas sur sa ligne, Marseille ouvrait le score) et l'OM arrache le but du nul à dix minutes du terme. On va dire que c'est mérité. Mais on va surtout dire que c'est dommage que ce sommet ait été quelque peu tronqué par l'arbitrage. Les Phocéens, amorphes pendant les 4 premières minutes, ont du attendre d'être en supériorité numérique pour voir le jour. Et Bordeaux d'être à 10 pour prendre un but.

Au final, un match nul qui s'inscrit un peu comme un acte manqué pour tout le monde, bordelais, marseillais et corps arbitral. Pour tout le monde sauf pour un homme qui répond au nom de Mickaël Ciani. Avec l'ancien Lorientais, Bordeaux n'a pas forcément perdu au change. Le successeur de Souley Diawara a fait un match de très très haut niveau, genre équipe de France... Ciani, défenseur central, meilleur joueur de cette rencontre, tout un symbôle. En attendant, après cette rencontre comme avant son coup d'envoi, Bordeaux a onze points d'avance sur Marseille. Onze, ça fait beaucoup

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

salut , mon résumé à moi:http://blogdefootkarim.unblog.fr/
11 points d'avance, 18 matchs à jouer, le gouffre sera trop important pour un Marseille-même avec un match en moins- qui devra se concentrer sur l'Europa League et sa qualification en LDC. Bordeaux lui court vers un second titre consécutif.

Bordeaux a encore montré une maturité et une maîtrise technique bien supérieure à celles de son rival olympien. Comme nous en avons déjà parlé ici, Niang représente un peu la seule force de frappe de l'OM. Le problème c'est qu'il est bien difficile de lui offrir des munitions quand le milieu de terrain ne parvient pas à mettre un peu le pied sur le ballon.

Forcément les yeux se tournent vers Lucho. Il apparaît en difficulté au niveau du rythme et peine toujours autant à être trouvé et à imprimer sa marque. Le remplacer semble improbable mais forcément la question se pose. Le vrai meneur de jeu de l'OM c'est Cheyrou mais il joue 30 mètres derrière ses attaquants.

Ben Arfa et sa coupe de cheveux de bâtard ce soir sont parfois insupportables mais objectivement il crée des décalages, des coups francs et c'est sans doute pour cette raison que l'ancien coach de la Juve l'a conservé.

Philippe Doucet a dit quelque chose de très symbolique tout à l'heure: l'OM n'a remporté que deux de ses 6 matchs joués à 11 contre 10. Une preuve de ses difficultés à faire du jeu quand la défense recule. Marseille a certes failli emporter le match dans les dernières minutes mais sur l'ensemble Deschamps doit être déçu de ce qu'il n'a pas su faire de son équipe en 6 mois.

Lille marche sur les sénateurs

Lille, sans Gervinho l'ivoirien qui a un nom d'Amérique du Sud (ah les vestiges de l'esclavage sont difficilement lourd) a battu le Psg hier soir. Plus que les battre, les lillois leurs ont marché dessus. Paris a pris le bouillon dans l'envie, la puissance et la vitesse. Bien fait pour Paris qui joue depuis des mois joue avec une tranquillité et une certitude que leurs classement. C'est Kombouaré qui va être en colère, de toute façon il est tout le temps en colère. Putain j'aimerai pas être son fils ramenant une mauvaise note.A part ca, Lyon a gagné à Nancy mais la femme d'Aulas devait se faire dérouiller pendant ce match parce que l'OL a vraiement eu de la chance de l'emporter. Une équipe encore convalescente...et à mon avis ca va durer.

Mercredi la ligue 1 revient déjà. Ne ratez pas l'article de notre envoyée spéciale au Nou Camp qui s'est régalée avec Messi face à Séville samedi soir.
D'aussi loin que je me souvienne, les tacles par derrière qui annihilent une grosse occase, c'est carton rouge... Pour moi, il est à 100 % justifié
"Mais on va surtout dire que c'est dommage que ce sommet ait été quelque peu tronqué par l'arbitrage" Ah bon ? Parce que il n y a pas eu d'occasion pendant les 80 premières minutes (sauf le but de bordeaux qui en est une demi...), et il a fallut que l'arbitre mette un rouge pour que ça bouge, et encore, juste dans les dix dernières minutes. Franchement, je dis merci à l'arbitre sans quoi on aurait vu un match sans but, voir encore plus fort : sans occasion.

Tout ça pour dire que c'était un vrai match de merde, chiant au possible digne d'un bon vieux Montpellier Nice de la même journée.

Par contre, pour Ciani je suis d'accord avec toi, il mériterait que Raymond s'attarde sur lui.
11 points mais un match en retard, si l'om gagne c'est 8 points et du coup ça reste jouable...
Et pour le rouge tout a fait justifié, même Planus confirme qu'il le mérite.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Messi venge le Barça
0 4