Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 10e journée
  3. // OM/Lorient (1-1)

L'OM s'écrase sur Lorient

Dominateur, notamment en première période, l'OM n'est pas parvenu à venir à bout de Lorient. Entre ratés et maladresses offensives, les hommes de Michel se contentent d'un match nul sans saveur, marqué par un penalty de Michy et une charette de Nkoulou.

Modififié

Olympique de Marseille 1-1 FC Lorient

Buts : Batshuayi (22e) pour l'OM // Moukandjo (36e) pour Lorient

Même les sifflets du Vélodrome sont timides. Comme ceux d'un public qui ne sait plus vraiment s'il doit encore espérer ou simplement renoncer. À peine réveillés suite à une deuxième mi-temps absolument soporifique, les supporters marseillais s'étonnent presque de prendre un point. Il faut dire qu'avec des ailiers volontaires mais sans matière grise, un attaquant de pointe hors jeu les trois quarts du temps et une défense centrale aussi solide que l'estomac d'un homme atteint de gastro, on revoit vite ses ambitions à la baisse. En même temps après ce match nul (1-1), l'OM compte neuf points en dix journées. Pas de quoi être ambitieux.

Lourd Nkoulou


Pourtant, l'OM décide d'attaquer la partie avec le plein d'allant. Michy en pointe, Cabella en meneur de jeu, l'équipe de Michel sait que le jeu passe par ses pieds. Alors, entre phases de conservation et mouvements offensifs, Marseille fait le jeu. Le numéro 10 à crête est plutôt en jambes, Ocampos se démène, tandis que l'immense Lass' se charge de bloquer les quelques prétentieux qui souhaiteraient pénétrer sa zone. Facile. Alors, après quelques frappes mollassonnes et centres mal ajustés, l'OM trouve logiquement la faille. Pas de la plus belle des façons, certes, puisque c'est une main de Belougou qui offre un penalty aux Olympiens. Barrada n'étant pas sur la pelouse, Michy prend ses responsabilités et transforme pour matérialiser l'avantage de son équipe sur les Merlus. Logique, d'autant que l'OM ne relâche pas l'étreinte. Seulement, en face, Koné tient la baraque, bien suppléé par Lecomte lors de ses rares défaillances. Une bonne nouvelle pour les Orange, une moins bonne pour l'OM qui ne dispose pas d'un tel roc dans ses rangs. Sur une ouverture de 50 mètres, Belougou trouve en effet Moukandjo, qui se débarrasse d'un Nkoulou ayant récupéré la vitesse de De Ceglie, et mal assisté par cette pipe de Rolando. Mandanda est trompé du bout du pied, et l'OM peut repenser à ses occasions manquées. Sans savoir que l'avenir ne réserve pas plus de bonne surprise.

L'OM stérilisé


Venu pour jouer le contre, Lorient tient en effet son affaire. Les vagues blanches n'emportent pas grand monde, et surtout pas un but. Ni les tirs de Cabella, sur Lecomte, ou d'Ocampos, à côté, ne parviennent à déstabiliser l'arrière-garde de Bretons qui tentent de surgir dans le dos des impuissants. Pas plus efficaces, Philippoteaux et Ndong se chargent de faire foirer toute tentative d'escroquerie au tableau d'affichage. Et c'est dans un endormissement général que les deux équipes s'en vont terminer une rencontre faite de maladresses, d'imprécisions et de manque d'investissement, à l'image d'un Lucas Silva fantomatique. Sauf qu'au final, Lorient est une équipe heureuse, puisque venue chercher un point tant désiré avant la rencontre. Côté olympien, ça ressemble au début d'une crise, de confiance et comptable. Enfoncés bien bas dans la seconde partie de tableau, les hommes de Michel commencent en effet à oublier l'agréable sensation d'une victoire et la joie que celle-ci peut procurer. Dieu sait pourtant que Lassana aura essayé jusqu'au bout, adressant une dernière merveille de passe à Rolando. Un dernier move stérile et, donc, bien loin de contenter son homme.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié