Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Groupe C
  3. // Fenerbahçe/OM (2-2)

L'OM s'arrache

Longtemps inefficace et mené 2-0 à dix minutes du terme, l’OM repart finalement d’Istanbul avec un beau match nul (2-2). Barton a joué une grosse heure et Valbuena a été décisif.

Modififié
Fenerbahçe/OM : 2-2
Buts : Caner et Alex pour le Fener. Valbuena et Ayew pour l'OM.


Fenerbahçe contre l’OM, ça avait, sur le papier, des airs de Ligue des champions. Deux habitués des joutes européennes, 27 titres de champion, un stade chaud bouillant et deux équipes ambitieuses dans cette Europa League. Toutes les conditions étaient réunies pour un beau match de football à Istanbul. Et il a eu lieu. Globalement supérieurs à leurs adversaires, mais longtemps maladroits et malchanceux dans le dernier geste, les Marseillais sont allés chercher le nul dans les toutes dernières secondes, après avoir été menés 2 à 0 jusqu’à dix minutes de la fin (2-2).

Première pour Barton

Une stat pour faire baisser la pression du Şükrü-Saracoğlu : la dernière fois que le Fener’ a gagné chez lui en Coupe d’Europe, c’était il y a presque trois ans. Contre le Sheriff Tiraspol. La sensation, c’est la première titularisation de Joey Barton, numéro 6 dans le dos, à la place de Cheyrou. Autres nouveautés, Leyti N’Diaye derrière et Rémy devant. En face, Kuyt et Krasić sont absents, mais la crête de Meireles est bien là. Pas impressionnés, les Marseillais commencent tambour battant. Première minute de jeu, et déjà Rémy trouve la barre de Volkan d’un beau coup de caboche. Les Turcs répliquent par un centre dévié par le dos de Morel que Mandanda sauve de justesse sur sa ligne. Le match est ouvert, plaisant. Au milieu, Barton, discret et efficace, joue les M. Propre. L’OM est bien en place, mais se fait surprendre par un une-deux entre Kaldırım et Caner, ce dernier, pourtant dans un angle fermé, glissant le ballon entre les jambes de Mandanda (1-0). Les Phocéens repartent à l’abordage, mais ni Barton ni Valbuena ne cadrent leur frappe. Amalfitano et « Petit Vélo » sont percutants, Rémy et « double A » beaucoup plus brouillons. Deuxième mauvaise nouvelle, N’Diaye se blesse (encore) et doit sortir. Il est remplacé par Cheyrou, censé se reposer, Kaboré passant arrière droit.

Finish exceptionnel

Dès la reprise, les Marseillais mettent une grosse densité autour de la surface adverse, Valbuena et Ayew, de la tête, se créant les deux premières occases de la deuxième mi-temps. Quand Alex a de l’espace au milieu, la précision de son pied gauche pose beaucoup de problèmes à la défense olympienne. C’est en fait de la tête, seul aux six mètres, que le Brésilien crucifie Mandanda (2-0). Ça se complique sérieusement pour l’OM. Du coup, Élie Baup lance Gignac, sa meilleure arme du début de saison. APG remplace un Loïc Rémy encore loin de son niveau de la saison dernière. Sous l’impulsion d’un très bon Valbuena, les visiteurs insistent, se créent des occasions franches, mais ne concluent pas. Kaboré voit sa reprise détournée sur la ligne et Volkan sort une tête d’Ayew, rejoint par son frère sur la pelouse. C’est Barton, épuisé, qui laisse sa place. Physiquement, l’OM prend clairement le dessus. Sans Alex et Sow, sortis, les Turcs subissent, mais le portier de Fenerbahçe détourne encore une frappe d’Amalfitano. « Petit Vélo » prend à nouveau les choses en main. L’international tricolore percute, s’appuie sur André Ayew et ajuste Volkan, enfin (2-1). Les Turcs sont à l’agonie en cette fin de match, et c’est l’ainé des Ayew qui vient arracher du boulard le point du match nul dans les arrêts de jeu, sur un corner de Valbuena (2-2). Plus que mérité.

Par Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25