Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 33e journée
  3. // Montpellier/Marseille (2-3)

L'OM offre du spectacle à la Mosson et Bielsa

Devant son probable futur entraîneur, l'OM est allé décrocher un succès foufou sur la pelouse de Montpellier (3-2), dans un match à rebondissements. L'Europe redeviendrait presque un objectif.

Modififié

Montpellier - OM
(2-3)
R. Cabella (48'), M. Sanson (76') pour Montpellier , M. Valbuena (40'), A. Gignac (56'), D. Payet (88') pour Marseille.


L'ambiance était sud-américaine, ce vendredi soir, à la Mosson. Sur le terrain, d'abord, où l'immense Carlos Valderrama est venu donner le coup d'envoi et des nouvelles de sa superbe moumoute. Dans les tribunes, ensuite, où Marcelo Bielsa était installé, lunettes sur le nez et veste Adidas sur le dos. Libérés, sans trop d'ambitions au classement, Montpelliérains et Marseillais ont livré une belle bataille et offert des buts et du spectacle. Dominateurs pendant l'essentiel de la partie et débarrassés de la pression du Vélodrome, les Olympiens ont tout fait pour signer une deuxième victoire consécutive (3-2), du jamais vu sous l'ère Anigo. Un succès obtenu grâce à deux lobs chanceux de ses internationaux cocoricos, Valbuena et Payet, et au 14e pion de Gignac en Ligue 1. Enfin, l'OM régale et surprend.

Coup de lob

« On ne change pas une équipe qui gagne » n'est pas le genre de dicton qui parle à José Anigo. Les rares fois où l'OM du coach chauve a globalement maîtrisé son sujet (face aux deux équipes corses), le pote de Deschamps a changé ses hommes. Payet et Imbula, titulaires au milieu face à Bastia et Ajaccio, sont renvoyés sur le banc pour le court déplacement à Montpellier. Il n'empêche, l'OM domine d'entrée des Héraultais regroupés derrière et « contreurs » . De retour dans le onze, Valbuena allume la première mèche mais centre au lieu de tenter sa chance. Quelques minutes plus tard, Dédé Ayew s'infiltre à son tour et fait tout l'inverse : il sort sa légendaire frappe écrasée au lieu de servir l'un de ses coéquipiers en retrait. La bande à Courbis joue très bas et les Marseillais insistent. Coup franc de P'tit Vélo, tête de Gignac, parade en deux temps de Jourdren. Omniprésent, le numéro 10 des Bleus joue juste et fluidifie le jeu des siens. L'amateur de Hummer retrouve même la réussite. Servi par Ayew, il se jette pour devancer Gary Bocaly et lobe avec chance le pauvre Jourdren (42e). « Mathieu, qu'est-ce que vous avez voulu faire ? - Le lober, tout simplement. » Même Messi, on ne l'aurait pas cru.

Une histoire de lobs et de tirs repoussés

Toute cette folie nous aurait presque fait oublier l'essentiel : découpé par Vito Hilton, Jérémy Morel a dû laisser sa place à Mendy juste avant la pause. Une pause qui a fait changer la chance de côté. Niang s'échappe et bénéficie d'un contre favorable, Mandanda sort à sa rencontre et détourne son tir… en plein sur Cabella, qui pousse tranquillement au fond (48e). Loin d'être abattus, les Marseillais se ruent à l'attaque et canardent le but de Jourdren. Les locaux repoussent une fois, deux fois, puis craquent sur un plat du pied appuyé de Gignac (58e), qui offre de l'air et un doux câlin à Anigo. Au passage, l'auteur du centre, Dja Djédjé, signe l'arrêt de mort à l'OM de l'éphémère international Rod Fanni. Au milieu, Valbuena continue à distribuer comme bon lui semble, mais son épaule inquiète. Chaque contact est synonyme de grande souffrance pour le futur champion du monde au Maracanã. Par sécurité, Dimitri Payet prend sa place. Mais l'entrée qui change la donne est côté montpelliérain : Sanson débarque sur l'aile droite et égalise sur son premier ballon (79e). À l'origine, encore Cabella, encore un arrêt de Mandanda et encore une défense marseillaise en retard. Cette fois, l'OM est touché. Poussés par la Mosson, les locaux attaquent dans tous les sens et Niang, seul aux 5 mètres, manque la balle de match. Le match est fou et l'histoire de la première période se répète : Payet accélère, feinte, frappe, Hilton se jette et contre le tir, qui lobe encore une fois Jourdren (88e). On a revu des sourires sur les visages marseillais.

Par Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 7 heures Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 19
Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall