1. //
  2. // 13e journée

L'OM ne s'arrête plus

Malmené par l'OGC Nice, l'OM s'en est quand même sorti aux forceps pour attraper sa troisième victoire de suite et continuer sa remontée au classement.

Modififié
3 0
Marseille 2 – 0 Nice

Le 442 ne peut pas être magique à chaque sortie. Intéressants lors des vingt premières minutes de jeu, où Gignac, Rémy et Valbuena ont titillé les gants d’un David Ospina solide, les Marseilais se sont perdus sur la pelouse du Vélodrome. Immobiles, trop tendres et à nouveau sifflés par un Vélodrome qui espérait mieux, les coéquipiers d’Alou Diarra ont concédé deux barres en première période. Pas plus actifs au retour des vestiaires, les Phocéens peuvent remercier Didier Deschamps, qui a bien révisé sa leçon avant de recevoir le GYM. Exit Dédé Gignac, entrée de Jordan Ayew, qui profite, dix minutes après son entrée en jeu, d’un énorme boulot de Loïc Rémy qui, après un coup d’épaule sur Pejcinovic, lui adresse un magnifique centre, que le Ghanéen n’a plus qu’à mettre au fond des filets. Les cinq derniers buts de l’OM face à Nice ont été inscrits par un Ayew. Costaud. Devant au tableau d’affichage mais peu convaincants, les Marseillais pourront également remercier Steve Mandanda, une nouvelle fois impeccable ce soir, notamment face à Mouloungui en toute fin de match. Récompensé de ses efforts, Rémy claquera sa petite Panenka sur péno, lors du temps additionnel. Ce fut dur, mais l’OM, huitième ce soir, poursuit son opération reconquête.

Caen - Dijon : 3-0

Le début du compte de fée était beau. Mais l’histoire d’amour entre Dijon et la Ligue 1 ne se finira peut-être pas par une ribambelle d’enfants. Meilleur promu de l’exercice en cours il y a peu, terreur du PSG il y a moins de deux semaines, les Dijonnais, après avoir largement inquiété l’OM la semaine passée, continue de couler. Cette fois, c’est sur la pelouse d’excellents Caennais que les hommes de Patrice Carteron se sont inclinés. En tête à la pause suite à l’ouverture du score de Leca à la 35ème minute, les hommes de Franck Dumas font le break à l’heure de jeu sur une frappe à ras du sol de Bulot, très bon cet après-midi. Toujours pas fini, Pierre-Alain Frau y va de son petit pion, de la tête. La réalité est difficile à accepter, mais ce soir, Dijon est avant-dernier de Ligue 1, juste devant Ajaccio.


Lorient - AC Ajaccio : 2-0

Ce qu’il y a de bien quand on joue contre Ajaccio, c’est qu’on a le droit à l’erreur. Mauvais pendant quarante-cinq minutes, les hommes de Christian Gourcuff se sont réveillés en seconde période. Excellent depuis le début de la saison, Jouffre attend l’heure de jeu pour décanter la rencontre. Servi par Sunu, le milieu de terrain lorientais envoie une mine dans la lucarne d’Ochoa. Un Ochoa qui prendra un dernier pion de Sunu, avant de sortir sur blessure en fin de match, et d’offrir une belle entrée en jeu à Thierry Debès. Ouais, Thierry Debès.

Nancy - Brest : 2-1

Deschamps a son 442, Fernandez a son 5-4-1. Moins glamour, moins offensif, moins talentueux, le onze de départ de l’ancien entraîneur de l’AJ Auxerre a eu le mérite de fonctionner. Après une première période assez triste, les 22 acteurs ont finalement décidé de transpirer un peu sur le synthétique lorrain. 64ème minute, Jo-Gook, bien trouvé en retrait par Lemaître, frappe du droit. Sa tentative est déviée par Lorenzi qui trompe son propre gardien. Les Nancéiens s’envolent vers leur seconde victoire de la saison, mais le stade Marcel Picot déprime une nouvelle fois quand à cinq minutes de la fin, Lesoimier crochette et trouve la lucarne de N’Dy Assembe. C’était sans compter sur les nouvelles ressources mentales des hommes de Fernandez et sur la classe de Niculae, qui après un petit pont mignon sur Martial, frappe du gauche et trompe Cappone. Avec onze points, Nancy sort presque de la zone rouge. Presque.

Rennes - Valenciennes : 1-1

C’est dur pour Valenciennes. Toujours bons, jamais payés, les joueurs de Daniel Sanchez sont allés gratter un match nul sur la pelouse d’un Stade Rennais pas vraiment remis de sa défaite européenne face au Celtic. Pourtant, tout avait bien commencé pour les hommes d’Antonetti, quand d’une magnifique passe, Pitroipa trouve Kembo, qui trompe Penneteau, impuissant. Le bonheur ne dure que huit minutes, le temps pour Gomis d’égaliser d’un beau coup de tête. Aboubakar a beau se démener sur le front de l’attaque valenciennoise, les deux équipes se quittent sur un score nul. Avec onze points au compteur, VA est toujours menacé.

Saint-Etienne - Montpellier : 1-1

Saloperie d’administration. Alors que René Girard pensait aligner Vitorino Hilton en défense centrale à Geoffroy-Guichard, le Brésilien a été rattrapé par des soucis administratifs. Périmé, le titre de séjour de l’ancien joueur de l’OM a forcé son entraîneur à aligner Benjamin Stambouli dans l’axe de sa défense. Après dix minutes de tergiversations, la partie peut commencer. Invaincus face à Montpellier depuis 1995, et revanchards après leurs deux défaites lors des derbys de la semaine passée, les Verts rentrent bien dans le match. Bousculé par les supporteurs depuis son arrivée, Nicolita profite d’une offrande de Lemoine à la demi-heure de jeu pour ouvrir le score d’une tête puissante. Agacés par l’anecdote de début de match, les Héraultais trouvent tout de même les ressources pour égaliser à l’heure de jeu, par l’intermédiaire de Marveaux. Dominateurs, les coéquipiers d’Olivier Giroud se heurtent à un Stéphane Ruffier des grands soirs et concèdent le nul dans le Forez.


Sochaux - Lyon : 2-1

Lutter contre le Real Madrid a un prix. Fatigués, les joueurs de l’Olympique Lyonnais se sont heurtés à une excellente équipe sochalienne ce dimanche. Auteurs d’une première mi-temps de très haut niveau, les coéquipiers de Marvin Martin ouvrent rapidement le score sur un csc d’Anthony Réveillère dès la dixième minute. Touchés dans leur orgueil, les joueurs de Rémi Garde égalisent rapidement, par l’intermédiaire d’un bon Lacazette. Pas de retour dans le match pour autant, les Rhodaniens subissent et reculent, jusqu’à la 43ème minute et la faute de Cissokho sur Boudebouz dans la surface. La cible du Paris Saint-Germain transforme. La seconde mi-temps est plus difficile pour les hommes de Bazdarevic, mais la pire défense de Ligue 1 tient bon, et s’offre trois beaux points. Côté Lyonnais, on ne profite pas de la défaillance du LOSC. La balle est dans le camp parisien.

Auxerre 2 – 0 Toulouse

Toutes les mauvaises choses ont une fin. Après quatre défaites consécutives, les joueurs de l’AJ Auxerre ont fini par s’imposer. Après une mi-temps bien triste à marcher sur la pelouse de l’Abbé-Deschamps, les vingt-deux acteurs ont dû s’en remettre au coaching de Laurent Fournier pour mettre un peu de piment dans un match bien fade. Entré à la pause, Sanogo, à l’affut sur un ballon dans l’axe, donne l’avantage aux Icaunais à la 70ème minute, et score son premier but en Ligue 1. Egalement entré en jeu en seconde mi-temps, Contout fait le break en toute fin de match. Après un sacré trou noir, les Auxerrois s’offrent un bon bol d’air et pointent à la douzième place, à quatre points du premier relégable, Nancy.

Résultats / Classement de L1

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
La Serie A enfile son ciré
3 0