En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Ce qu'il faut retenir de la 32e journée

L'OM ne rompt pas la malédiction, l'ASSE en profite

Alors que le PSG fêtait tranquillement son deuxième titre de la saison, la Ligue 1, elle, continuait son petit bonhomme de chemin. L'OM chute (encore) à Bordeaux, l'ASSE s'accroche à l'Europe, Monaco prépare au mieux son choc face à la Juve, pendant que Toulouse fait tout pour ne pas descendre et que Rennes s'octroie le derby breton.

L'analyse du week-end


Et si la Ligue 1 avait donné tout ce qu'elle avait le week-end dernier ? Avec pas moins de 37 buts marqués la semaine dernière, il fallait s'y attendre, cette 32e journée s'annonçait beaucoup plus calme. Déjà, car il y avait tout de même deux matchs en moins et puis surtout, il ne faut pas se mentir, car notre beau championnat est légèrement cyclothymique. Après l'orgie de buts sur laquelle on était restés, il a fallu, ce week-end, se contenter de neuf petits buts. NEUF BUTS, BORDEL ! Tous distillés au compte-gouttes, juste de quoi éviter aux supporters de s'évanouir d'ennui devant des matchs tous plus soporifiques les uns que les autres. Mais bon, que voulez-vous, quand on aime quelqu'un, c'est pour le meilleur et pour le pire, hein.

Ce qu'il faut retenir de cette journée


Alors certes, on n'a pas vu beaucoup de buts. Oui, on s'est fait chier devant la plupart des affiches proposées ce week-end. Sauf que, il faut bien le reconnaître, ce championnat reste plus palpitant que jamais. En haut comme en bas, rien n'est joué, tout reste à faire. Le suspense n'a jamais été aussi intense à maintenant six journées de la fin. Au sommet, quatre équipes peuvent encore lutter pour le titre, tandis que plus bas, sept équipes sont encore concernées par la 18e place synonyme de relégation. Une aubaine pour être sûr de vivre des moments forts jusqu'à la dernière journée. Alors certes, parfois la Ligue 1 est radine en buts, mais la belle est plutôt généreuse en émotions. Et c'est pour ça qu'on l'aime très fort.

Vous avez raté Sainté-Nantes , et vous avez plutôt eu une bonne intuition


Vous n'avez pas pu le rater, le soleil a fait son grand retour ses derniers jours sur l'Hexagone. Une opportunité en or pour sortir votre nouveau T-shirt et dégainer une paire de Ray-Ban, sereinement. Mais qui dit soleil dit chaleur. Et, visiblement, les footballeurs ont du mal à se réhabituer à jouer sous des températures estivales. En tout cas, dimanche après-midi, dans une cité stéphanoise dominée par un valeureux soleil, les Verts et les Canaris ont clairement souffert de la température. Presque pas d'occasions, pas beaucoup plus de rythms ; bref, les joueurs ont galéré et les supporters ont dû se contenter d'un superbe coup franc de Tabanou pour vibrer. Le reste du match, ils ont pu profiter de prendre le soleil. Un petit air de vacances.

L'équipe du week-end


On y croit ! On n'y croit plus ! On y croit encore ! Les supporters toulousains n'ont pas fini de friser la crise cardiaque dans une fin de saison aux allures de mission commando. Face à Montpellier, ce dimanche après-midi, les hommes de Dominique Arribagé sont parvenus à arracher trois points plus que précieux dans la course au maintien. Un but de Trejo, de la souffrance, mais la victoire. Voilà tout ce que retient le peuple toulousain de cette 32e journée. Car avec ce succès, les Violets reviennent tout simplement à hauteur de Reims et Lorient, avec 35 points chacun. La course au maintien est loin d'être terminée, et les virages vont être de plus en plus serrés. Attention aux sorties de route.

Le geste du week-end


Ça aurait dû être l'un des buts de la saison. Malheureusement, le destin en a décidé autrement. Sur un dégagement mal négocié par Mandanda, Mariano surgit, aux trente mètres, pour claquer une puissante reprise de volée. La frappe du Bordelais est splendide, presque parfaite, mais Mandanda, trop court pour être sur la trajectoire, est finalement suppléé par son montant gauche. Tout homme de goût sait que ce ballon aurait dû finir au fond des filets.

La polémique de la machine à café


Ils ont mis leur menace à exécution. Les dirigeants de l'OM et du PSG ont donc décidé de ne plus répondre aux questions des journalistes de Canal Plus jusqu'à la fin de la saison, suite aux sanctions prononcées à l'encontre de Zlatan Ibrahimović et Dimitri Payet. Les deux clubs arguant que la chaîne cryptée était responsable de ces sanctions suite à la diffusion, sur Canal, des images incriminant les deux joueurs. Et du coup, les deux clubs sont quand même chauds pour que leurs matchs soient diffusés ? Sinon, faut le dire, hein.

Le top 5


Franck Tabanou (ASSE) : Un superbe coup franc pour ouvrir le score après 18 minutes de jeu et ainsi offrir la victoire à l'ASSE, avant de sortir sur blessure moins de deux minutes plus tard. Tabanou est un homme pressé.

Óscar Trejo (Toulouse FC) : Un but qui permet à Toulouse de totalement se relancer dans la course au maintien. Et si les Violets y parviennent, nul doute que l'Argentin pourra briguer la mairie de la ville rose.

Romain Alessandrini (OM) : Il a trouvé deux fois les montants et aurait dû bénéficier d'un penalty. Comme quoi, à quelques centimètres près, on peut faire un tout autre match.

Bernardo Silva (ASM) : Des dribbles, des accélérations, deux buts. Oui, Bernardo Silva s'est fait plaisir contre Caen. Espérons qu'il s'amuse autant face à la Juve, mardi.

Bartolomeu Varela (LFP) : Il aurait dû exclure Benjamin Mendy et siffler deux penalties pour l'OM, mais finalement, M. Varela a décidé de ne rien faire. Pour ne pas s'emmerder, déjà, et puis pour rester fidèle à l'arbitrage français. Un homme très corporate, en fait.

Ils ont dit


« M. Fautrel a pris la décision d'accorder un penalty aux Lillois, ce doit être la bonne, puisque c'est la sienne. Mais au lieu de m'apitoyer sur ce fait de match, je préfère que nous nous concentrions sur nous-mêmes. Il n'est pas normal de défendre comme nous l'avons fait sur la touche qui a amené le penalty. » Décidément, depuis qu'il est au régime, Pascal Dupraz a mis de l'eau de son vin.


« On aurait mérité d'égaliser, je pense, et on est très loin d'être morts, croyez-moi. Ne pas douter, c'est le mot d'ordre, même si le choc psychologique n'a pas eu lieu ce soir. » Olivier Guégan ne s'en fait pas, le choc psychologique est pour la semaine prochaine.

« Honnêtement, ce n'était pas un bon match de notre part. Dans le jeu, on a été très pauvres, on a fait beaucoup d'erreurs techniques et on n'avait pas trop de jambes. Mais on va retenir la victoire. » Jérémy Clément, un homme qui sait se contenter de ce qu'il a.

Le vent du week-end


Florian Thauvin est un jeune homme poli. Alors, quand il voit sa patronne, il la salue. Enfin, il essaie.


La stat


37. La dernière fois que l'OM s'est imposé à Bordeaux, c'était le 1er octobre 1977. Il y a 37 ans et sept mois, donc. Une longévité qui était visiblement précieuse aux yeux de M. Varela qui a préféré la prolonger. Pour l'histoire. Gagner à Bordeaux, voilà qui pourrait bientôt devenir le combat d'une vie pour les supporters phocéens nés après les 70's.

⇒ Résultats et classement de L1

Par Gaspard Manet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


lundi 19 février BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Chelsea - Barcelone 1
Hier à 17:15 Lamine Sané signe à Orlando 8
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 09:47 Ronaldinho se lance dans la musique 12 lundi 19 février 414€ à gagner avec Barça & Bayern 2 lundi 19 février 160 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions ! lundi 19 février Le derby de Bahia se termine avec dix expulsés 19