L’OM ne lâchera pas, Nice non plus

A l’image du match disputé à Lorient hier, la deuxième demi-finale de Coupe de la Ligue entre l’OM et Nice pourrait être accrochée entre deux équipes qui ne veulent pas faire tourner.

Modififié
0 0
Le match de ce soir entre l’OM et Nice ne va pas attirer grand-monde au Vélodrome. Lorsqu’il a été demandé à Didier Deschamps de commenter le sujet hier en conférence de presse, il a fixé son interlocuteur, marqué un temps et a lâché un : « Il y a beaucoup de football » . Il n’a pas dit « trop de football » , mais ce n'était pas loin, surtout pour un entraîneur qui a un effectif restreint par la Coupe d’Afrique des Nations (les frères Ayew, Souley Diawara, toujours introuvable malgré l’élimination du Sénégal), les blessures (Mbia, Gignac) et un départ de dernière minute (Lucho). Kaboré sera bien dans le groupe mais il vient de rejoindre Marseille dans la matinée. « Ça sera l’occasion de voir un peu plus de jeunes  » a lancé DD en clin d’œil aux journalistes locaux, conscient que ces derniers réclament de manière toujours plus insistante du temps de jeu pour les jeunes ouailles. « Il va falloir faire avec ceux qui sont là » insiste Mandanda. Pourtant, il n’y a pas non plus beaucoup d’illusions à se faire. Si l’équipe des -19 de l’OM s’est qualifiée pour la demi-finale de la NextGen, la ligue des Champions des jeunes, ce ne sont pas ses représentants qui vont tester le marquage de Renato Civelli. Fidèle à ses habitudes, Didier Deschamps promet d’aligner « peut-être pas la meilleure équipe mais une équipe compétitive » . Comprendre des pros, rien que des pros.

Dans la tête de l’entraîneur phocéen, le scénario parfait, c’est celui qui s’est produit au tour précédent contre Caen : une victoire acquise dès les 20 premières minutes, et le reste d’une rencontre en forme de décrassage. Bien loin de la prolongation arrachée par les Lyonnais hier, qui pèsera peut-être dans la balance pour leur prochain match de championnat à… Marseille. « Chaque match de coupe est différent, c’est compliqué  » coupe Mandanda, qui n’a pas besoin de ressortir l’exemple du Havre pour convaincre. L’OM n’a aucune certitude. Ce n’est par exemple pas dit qu'en affrontant une équipe lanterne rouge de Ligue 1, les Olympiens vont avoir une opposition tournée vers un match de championnat plus important ce week-end face à Ajaccio. « Nous avons la possibilité d’aller au Stade de France ! s’exclame René Marsiglia, l’entraîneur des Aiglons dans La Provence. Alors tant pis, j’alignerai la meilleure équipe possible, et elle sera très proche de celle qui commencera samedi » . Nice a par ailleurs remporté la Coupe de France 1997 tout en étant relégué. Marsiglia risque donc fort de proposer son 4-2-3-1 amputé seulement d’Ospina dans les bois. Anin devrait être associé à Sablé à la récupération, Dja Djédjé fera oublier la maladresse de Guié Guié devant alors que Grandin devrait débuter avec son nouveau club dans le couloir droit et dans un stade qu’il connaît bien.

Nice promet de plus un état d’esprit revanchard puisqu’ils gardent le match de championnat (victoire de l’OM 2-0 avec une panenka de Rémy à la dernière minute) en travers de la gorge. Il ne faut pas croire que ça fait peur aux Marseillais pour autant. « Niveau intensité, on ne pourra pas faire pire que ce qu’on a reçu dimanche à Rennes, fait remarquer Deschamps. Il y a toujours de l’engagement dans ce genre de matchs, c’est un sport de contact, surtout quand il y a un antagonisme entre les deux clubs » . De toute façon, l’OM a besoin de titres, alors autant prendre le premier qui se présente. Il se peut que les autres soient plus difficiles à conquérir.

Par Mario Durante
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0