L'OM face au péril jaune

L'OM et Dortmund ne se sont jamais affrontés en Champions League. Avant le match, il y a donc beaucoup de respect des deux côtés. Mais aussi une grosse envie de prendre les 3 points dans ce groupe indécis.

0 0
Si rien ne sourit à l'OM en championnat, côté coup de pouce, c'est plutôt pas mal en Ligue des Champions. Outre le calendrier favorable, il y a aussi le scénario de la première journée. Tandis que les Phocéens s'imposaient à l'extérieur, seulement deux points étaient distribués dans l'autre rencontre du groupe. Ce qui fait qu'avant le deuxième match, l'OM se retrouve avec une balle de break dans la main : avec 6 points, il y a quand même plus de 90% de chances de passer les poules. Prudence tout de même, dans la poignée d'équipes qui n'y sont pas arrivées ces dix dernières années, on trouve... Marseille, qui s'était fait doubler par Porto et Liverpool après des succès initiaux contre Bekstias et les Reds. Prudence donc. Surtout que ce match contre Dortmund est loin d'être gagné. C'est la Ligue des champions, la concentration est accrue, tout va donc se jouer sur des détails. Mais dans le camp marseillais, on fait mine de ne pas y penser. De se dire que ce qui compte, c'est la victoire, peu importe si elle s'obtient dans la confusion, et tant pis pour le goal-average particulier. Il faut engranger, reprendre confiance même si Mandanda juge « qu'il y avait de bonnes choses à Valenciennes et que le club est sur une bonne dynamique » .

L'OM aura donc l'ambition de gagner. A la veille du match, Didier Deschamps a assuré qu'il était là pour jouer le coup des 3 points, pas question de penser au 0-0 en se disant qu'avec un 1-1 en Allemagne et le même nombre de points que les Jaunes, ça passe. En termes de formation, ça passe par une équipe qui a tout pour ressembler à celle alignée contre Evian il y a une semaine : Kaboré – Lucho à la récupération, et une ligne A.Ayew – Valbuena – Amalfitano qui ne cesse de permuter derrière Rémy. Même si Casoni s'était trompé, qu'il avait mis face à l'OM une équipe en configuration Coupe de la Ligue, l'OM a été convaincant contre les Savoyards. Surtout, les combinaisons entre les quatre éléments de devant poussaient à l'optimisme. Valbuena propose comme un deuxième attaquant qu'il fut durant quelques matchs en 2007-08, Amalfitano s'engouffre dans l'axe et Lucho coulisse côté droit selon les situations. Mais en face, c'est quand même Dortmund alors Deschamps pourrait se raviser et ne mettre que trois éléments offensifs, offrant à Diarra la possibilité de se relancer en musclant l'entrejeu.

« On va entrer sur le terrain pour gagner. Après, la physionomie du match peut changer nos plans. » Avec cette phrase, Mandanda prouve bien qu'il ne sait pas trop comment situer cette équipe de Dortmund. Quand il a été invité à se prononcer sur le championnat allemand, Steve a d'abord parlé des stades pleins. Dortmund, on sait que ça marque beaucoup de buts, mais concrètement, à Marseille, on ne sait pas trop comment ça marche. Remarque, dans l'autre sens, c'est vrai aussi. Grosskreutz voulait tomber sur l'OM avant le tirage car il voulait connaître l'ambiance du Vélodrome. L'équipe, Klopp la juge plus expérimentée que la sienne, avec un entraîneur sur le banc d'à côté qui l'est d'autant plus. Il cite Rémy, Lucho comme dangers potentiels. Et il est convaincu qu'il y a la place pour faire un résultat. Il a peut-être jeté un œil aux stats, qui montrent que l'OM a perdu 7 de ses 15 derniers matchs de Champions League à domicile. Ce n'est donc pas compliqué, l'issue du match se dessine déjà dans la compo de Deschamps. Quatre joueurs offensifs et ça sera victoire pour l'une des deux équipes. Trois et ça sera le bon match nul, bien bétonné. Les choses sérieuses seront remises à plus tard.

Mario Durante

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Les Manchester coincent
0 0