En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Marseille-Montpellier (2-2)

L'OM et Montpellier votent nul

Dans un match plus qu'animé, l'OM et Montpellier se séparent sur un nul qui n'arrange personne (2-2). Pas même les arbitres, coupables de deux erreurs en faveur d'Olympiens qui n'ont pas démérité.

Modififié

Olympique de Marseille 2-2 Montpellier HSC

Buts : Cabella (48e), Sarr (72e) pour les Phocéens // Ninga (32e, 56e) pour Montpellier

Être maître dans son bastion : tel est le mot d’ordre de ce dimanche de décembre bercé par le vent qui claque. Que ce soit dans les bureaux de votes, dans lesquels le FN va tenter d’asseoir sa montée, ou au Vélodrome, dans lequel l’OM souhaite emporter une victoire qui lui échappe depuis longtemps, l’agenda paraît bien chargé. Mais en attendant les pourcentages de la soirée, le dépouillement à Marseille a déjà livré son verdict. Et, l’OM qui a résisté à la campagne montpelliéraine, s’en sort plutôt bien. Grâce à un programme ambitieux, mais souvent balbutiant, les Olympiens ont réussi à revenir deux fois dans une partie qui avait pourtant vu la tête de liste héraultaise, Casimir Ninga, réussir deux percées dans les sondages. Une nouvelle preuve qu’entre les estimations à mi-parcours et le résultat final, l’écart est souvent majeur. Surtout lorsque les votes sont trafiqués.

Boudebouz et la percée centriste


À l’entame de la rencontre, l’OM reste en effet sur une stat terrible. 2 victoires en 8 rencontres à domicile, soit un handicap certain pour espérer rallier durablement la première partie du tableau. Heureusement, l’OM peut compter sur ses dernières performances, 7 points sur 9, pour se rassurer et tenter de rehausser son ratio au Vélodrome. Une tâche que les Olympiens se doivent d’effectuer sans leur ovni Lassana Diarra, ou Romain Alessandrini, touché au pied. Pourtant, l’entame de la rencontre est encourageante face au 4-5-1 mis en place par Courbis. L’OM tient le ballon, s’appuie sur les remontées de balles de Cabella et la qualité de passe certaine de Barrada. D’ailleurs, le milieu marseillais est le premier à profiter d’une approximation héraultaise, et lance rapidement Batshuayi dans la profondeur. Pique et croque pour le Belge, qui loupe un duel facile et laisse Montpellier s’en tirer à moindres frais. Malgré ce raté, l’OM poursuit sa domination, mais se fait finalement peu tranchant, à l’image de cette reprise de Barrada, trop axiale pour déstabiliser Pionnier. Alors, les boys de Courbis vont en profiter. Lâché par les milieux, Boudebouz adresse une merveille de passe à Casimir Ninga, qui transforme pour placer les shorts orange devant. Contre le cours du jeu certes, mais avec la façon.

Bourrage des urnes


Faut-il y voir un symbole des travers marseillais ? Sans doute. Car à la reprise, l’OM semble quelque peu sonné par cet avantage contraire. Pire, à une demi-heure du terme, les Olympiens voient leur plus gros point faible, un certain Karim Rekik, se fendre d’une boulette dont il a le secret. Un ballon qui file en corner, pas d’adversaires derrière, et le Hollandais badant se jette pour offrir une balle de but à Ninga qui réalise le doublé. Du réalisme héraultais, des erreurs individuelles : le tableau est complet. Ou presque. Car l’OM va ajouter un élément supplémentaire à sa panoplie du jour : l’arbitrage. Avant l’erreur de Karim, Cabella avait en effet profité d’un beau cafouillage, puis de sa main pour ensuite trouver les filets de Pionnier. Une main difficile à siffler cela dit. Une aubaine suivie d’un deuxième drame pour les Montpelliérains, floués à un quart d’heure du terme. Sur un débordement de la fusée Nkoudou, le ballon franchit clairement la ligne de six mètres sans qu’aucun drapeau ne se lève. Du coup, le centre de GKN trouve Bouna Sarr qui, d’une reprise de volée, valide le vol marseillais de la journée. Alors, dans la lignée des hommes en jaune, c’est à dire en faisant n’importe quoi, les deux équipes continuent de s’écharper à coups de longs ballons, de courses maladroites, et d’espaces mal gérés. Mais plus rien n'y fera pour l’OM, tombé sur un bon Pionnier, ni Montpellier, trop maladroit en contre-attaque. Un final presque décevant dans cette élection pour la victoire, qui aura vu les officiels bourrer les urnes pour permettre à l’OM de sauver la face.


Par Raphaël Gaftarnik
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:40 Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) Hier à 14:28 Quand Ronaldo planquait de la bière 48 Hier à 12:50 Dupraz quitte le TFC 128 Hier à 11:55 Robinho en route vers Sivasspor 59
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 08:57 Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18 dimanche 21 janvier La double fracture de McCarthy 4 dimanche 21 janvier Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 10 dimanche 21 janvier Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7