En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 18 Résultats Classements Options

L’OM, et maintenant ?

Malgré des débuts catastrophiques, Marseille est revenu dans le groupe de tête. Pourtant, si les joueurs de Deschamps voient le bout du tunnel, ils n'en sont pas encore sorti. Il y a de quoi être prudent, surtout à l'approche de la CAN, des coupes nationales, et d'un mercato qui ne s'annonce pas folichon.

Le pari fou de l’OM a été gagné. A Nancy, l’image de Mathieu Valbuena, qui court de joie après son premier but en maillot noir et doré, efface tout : le début de saison poussif des hommes de Deschamps, les clashs en interne, le dernier jour de mercato très mal géré et même l'affreux maillot orange. L’OM, le seul club de France qui peut faire une saison avec quatre tuniques différentes. Parce que le club passe par toutes les émotions. Aujourd’hui, les Phocéens sont sixièmes, à cinq longueurs du podium, neuf du trône occupé par Paris. Mais on parle quand même d’un club qui était lanterne rouge début septembre...

En ce sens, les scènes de liesses dans le vestiaire nancéien ramenent à la joie que le clan marseillais avait ressenti à Strasbourg, pour le dernier match de l’année 2005. Sous le regard incrédule de Barthez, Taye Taïwo fracassait bouteille d’eau sur bouteille d’eau sur la table centrale. La joie, la vraie. L’OM de Jean Fernandez, qui avait alors bien mal démarré son championnat, passait également les fêtes à la sixième place. La suite incite à la prudence. Parce que cette saison-là, l’OM a eu du mal à enchaîner sur une deuxième partie de saison brillante. La Coupe d’Europe a pompé beaucoup d’énergie, ça peut encore être le cas. La CAN était également venue mettre son grain de sel. Et les Marseillais y avaient alors perdu à jamais Wilson Oruma. Brillant pour ses six premiers mois au Vélodrome, peut-être même plus que Ribéry, le Nigérian avait alors pété les plombs avec sa sélection, pour finalement revenir passer deux ans et demi à rien foutre près du Vieux Port. En 2012, l’OM va devoir se farcir un mois de janvier trois étoiles (Rennes, Lyon et Lille sont au programme) sans les frères Ayew, sans Diawara et sans Kaboré. Pendant ce temps-là, Gignac se fait des soupes en montagne et en famille. Cool.

Les cas Gignac et Lucho

C’est un fait, l’OM a fini 2011 en trombes, à bout de souffle, avec 7 points sur trois derniers matchs où ils ont tout donné (notamment contre Lorient avec le but de Cheyrou dans les dernières secondes). Il reste juste une autre partie de saison à faire. Ce que rappelait d’ailleurs Labrune au moment de réveillonner dans une interview au Parisien : «  J’ai apprécié la réaction des joueurs depuis la mi-octobre, j’attends d’eux qu’ils ne relâchent pas leur effort à la reprise. Les 19 matchs qui restent en L1 sont capitaux pour le club » . Et ce n’est pas un stage en Espagne de trois jours qui va revigorer totalement des éléments sur-utilisés depuis le début de saison, comme Loïc Rémy. Par ailleurs, il ne va pas falloir attendre monts et merveilles du mercato, Gignac et Lucho ayant bien fait comprendre que, même si c’est la période des rois mages, le côté grand seigneur, ce n’était pas leur truc (la traduction dans la langue de bois donne quelque chose comme : «  Je suis déterminé à rester à l’OM pour prouver enfin ma vraie valeur » ).


Pour faire une deuxième partie de saison à la hauteur des attentes, Deschamps pourra au moins compter sur sa nouvelle hiérarchie. On ne peut pas vraiment parler de schéma puisque soit c’est un 4-4-2, soit Valbuena (ou Lucho) qui évolue juste derrière une pointe. Il n’empêche, cette équipe s’appuie sur des certitudes : Mandanda, N’Koulou et Rémy ne sont pas loin d’être les meilleurs en France à leur poste alors qu’il devient de plus en plus difficile de faire mieux que les paires Azpilicueta-Amalfitano à droite et Diarra-MBia au milieu. Encore faut-il que tout ce petit monde évolue ensemble. Et en forme.

Par Mario Durante
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


vendredi 23 février OFFRE SANS DÉPÔT : 10€ gratuits jusqu'à mercredi pour parier chez Winamax !!! 1
Hier à 18:30 Les retrouvailles entre Patrice Évra et les fans de Liverpool 18 Hier à 14:50 Le but le plus absurde de l'année en deuxième division allemande 20 Hier à 13:52 Les lumières s'éteignent en Argentine 15
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
vendredi 23 février Génésio : « On est capables de faire des grandes choses » 24