L’OM est Morgan d’Amalfitano

Morgan Amalfitano régale enfin comme il régalait à Lorient. En fait, c’est encore plus beau parce que sa transition ne s’est pas déroulée comme sur des roulettes.

0 11
L’expression est chère aux commentateurs du dimanche et elle sanctionne la sexy attitude des équipes de Ligue 1. Et ça y est, enfin, l’OM trouve grâce aux yeux des hommes de la chaîne cryptée. Ils en sont : les joueurs de Deschamps « font du jeu » . Les olympiens sont désormais capables d’envoyer de l’attaque placée, de faire tourner la gonfle d’un côté à l’autre du terrain sur la même occase alors que le pressing est orchestré par le trio référence Mavuba – Pedretti – Balmont. Si les coups de patte de Mathieu Valbuena n’y sont pas étrangers, il y en a un qui a encore plus fait frémir le Vélodrome dimanche soir. Jusqu’à présent, il se contentait d’être diablement efficace dans le couloir droit. La jauge de confiance désormais au maximum, Morgan Amalfitano est venu à plusieurs reprises au milieu de terrain pour humilier du lillois. Et vas-y que je reste dans l'axe avec la balle, que je fous mes fesses en opposition, que j’attends qu’ils viennent à plusieurs pour me faufiler dans un trou de souris. Les supporters qui s’étaient enflammés après deux bons matchs amicaux cet été ressortent illico l’appellation « Ribéry, sans les cicatrices et le short XXL » . « Je me sens de mieux en mieux, je connais d’avantage mes coéquipiers » lâche simplement l'intéressé à la fin du match. Avec un sourire qui indique que ce n’est pas arrivé tout seul.

Car au départ, Amalfitano, c’est la dernière boulette du président Dassier. Du moins, c’est comme ça qu’il est présenté. L’OM l’a fait signer libre, et pour écarter les concurrents espagnols, le club a consenti à verser un salaire mensuel de plus de 200 000 €. Dans le jeu, le natif de Nice est censé remplacer Lucho Gonzalez. Mais il comprend très vite que : 1) Vu ce que demande l’Argentin aux clubs qui veulent l’accueillir, il va falloir se le fader encore pendant un an. 2) Vu l’amour que lui porte Deschamps, il va falloir se trouver de la place ailleurs. Alors Morgan commence sur le banc. Après coup, il confirme ce qu’on l’on pouvait lire sur son visage à ce moment-là. « Pour moi qui ait l’habitude de jouer beaucoup, c’était nouveau. Et s’adapter à Marseille, ce n’est pas si facile. Déjà quand j’étais à Lorient, ça avait pris du temps » . Quand il joue, il est loin d’être le plus dégueulasse. Mais il constate qu’autour de lui, ça joue sacrément chacun pour sa gueule. Après le match contre Brest, il est à deux doigts de se lâcher et de dire ce qu’il pense de ses camarades du milieu de terrain. Mais il se ravise. Après tout, Deschamps tâtonne tellement qu'il y a bien un moment où il va trouver la bonne formule, alors autant ne pas se mettre hors-jeu, en jetant par exemple des bouteilles d'eau contre les murs du vestiaire. Bien vu, il revient dans le onze just in time : victoire contre Paris, qualification à Dortmund. « Peut-être un des moments les plus forts de ma carrière » juge Morgan, peut-être encore plus à l’aise dans ce couloir droit que chez lui.

Et à force d’enchaîner les sans-faute, la question équipe de France se pose. Le joueur y pense. Après tout, Loïc Rémy est tellement bon devant que Laurent Blanc va peut-être être tenté de l’associer à Benzema en pointe. Ca ferait bien les affaires de Morgan, parce qu'au poste de milieu droit, il n’y a pas 500 candidats : Ribéry ne sert pas à grand-chose depuis qu’il s’interdit les crochets sous le maillot bleu, Malouda cire le banc, Nasri est occupé à semer les supporters de Liverpool. Reste Jérémy Menez … Alors Amalfitano peut y croire, même si Blanc va sûrement partir dans un schéma à une pointe et qu’il ne peut pas amener Azpilicueta avec lui. De toute façon, ce n’est pas le seul objectif dans l’ancien Merlu, lui qui ne veut pas qu’on résume son séjour près de la Canebière à son salaire dassiesque : « De toute façon, si je fais en sorte dans quelques années que Marseille puisse gagner un peu d’argent avec mon départ cela voudra dire que j’aurais fait ma place ici » .


Par Mario Durante
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Si Mario a le temps, il va peut-être tent"er" de mettre son correcteur d'ortographe en marche...
Mea culpa, j'ai lu trop vite.
Ou il y a eu correction.
Bref... hum! On va dire que c'est l'habitude...
Je sors.
filoubifrance Niveau : CFA2
Bravo Morgan ! Avec du professionnalisme, du travail et de la persévérance, on peut attendre tous les sommets. Continue !
nadalito_15 Niveau : DHR
Content pour lui! Je suis supporter de Lorient, mais c'est normal qu'il soit parti dans un club plus huppé.
En équipe de France? Il peut légitiment espérer qu'on lui donne sa chance, oui.
filoubifrance Niveau : CFA2
je pense que pour l'instant c'est un peu tôt de parler de l'EdF même si la concurrence sur l'aile droite est faible. Néanmoins je trouve qu'il n'a pas forcément le profil de l'ailier droit des Bleus; Amalfitano est plus milieu droit façon Beckham (je ne parle pas de niveau bien entendu, mais du style de jeu) lors de sa première partie de carrière. L'ailier droit des Bleus doit être un joueur plus vivace, plus percutant. Je pense que Rémy pourrait occuper ce poste en bleu, lui qui préfère jouer à droite. Sinon, Valbuena ou Menez.
Typiquement le genre de joueur qui pourra valoriser (enfin) les montées d'un Sagna, Debuichy ou Réveillère. Alors pourquoi pas?
@sowhat

"va peut-être être tenté"

Pourquoi tu dis que c'est corrigé ?
pfff..les profs de français...
"vas peut-être haître tenter" cé sa ?
Non, c'est juste qu'on dit "davantage" et non pas "d'avantage". Enfin sur ce coup là en tout cas.
"Nasri est occupé à semer les supporters de Liverpool"

Elle est épique celle là !
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Gabon, ni mauvais
0 11