En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 34e journée
  3. // Lorient/Marseille

L'OM endort Lorient et entrevoit la C1

Et de douze. Mais cette fois, après une belle première période. Auteur d'un premier acte intéressant, les Marseillais ont planté une banderille avant de laisser le ballon aux Lorientais. Tombés sur un grand Mandanda et sur la barre transversale phocéenne, les hommes de Christian Gourcuff n'ont rien pu faire. Avec trois points supplémentaires dans leur besace, les Marseillais se rapprochent très sérieusement de la Ligue des champions.

Modififié
L'opposition de style était vite vue. Lorient contre Marseille, le champagne contre la piquette, le spectacle contre la besogne. Voilà pour les clichés, que le soleil qui illumine la pelouse bretonne est venu bousculer. Car cet après-midi, l'Olympique de Marseille, lassé par les critiques qui arrivent comme autant de crottes de pigeons sur un capot, a décidé de jouer. Une mi-temps. Étonnamment timides et bas, les Lorientais ont laissé le monopole du jeu aux visiteurs lors du premier acte avant de tout tenter lors du second. Vainqueurs 1 à 0 pour la douzième fois de la saison, les Phocéens commencent à se rapprocher très sérieusement de la Ligue des champions. Et tant pis pour la deuxième mi-temps.

Mandanda record, Valbuena buteur

Deux minutes de jeu. C'est ce dont a eu besoin Steve Mandanda pour battre son record d'invincibilité en Ligue 1. Des minutes que le portier international a passé paisiblement, à voir les siens entrer parfaitement dans le match et croquer la balle à pleines dents. Très tranchant, André Ayew est au four et au moulin. C'est lui qui, après un bon rush, provoque une faute de Lémina et gagne un bon coup franc. À la botte, Mathieu Valbuena envoie un bon ballon qui rebondit de manière vicieuse devant la cage d'Audard, mais le portier breton est dépourvu de cheveux, pas de talent. Maîtres du ballon face à des Lorientais qui laissent jouer, les Phocéens se procurent des occasions, mais offrent aussi de belles occasions de contre aux Bretons. Mal chaussé et mal entré dans sa rencontre, Valbuena manque ses passes quand il ne glisse pas. Sur leur première belle action, les hommes de Gourcuff font trembler les Marseillais.

Sur le côté gauche, Barthelmé sollicite Aliadière en pivot qui, en une touche, lance Baca en profondeur. Le Lorientais est hors jeu, mais pas vu, pas pris, il se lance à l'assaut de Mandanda. Debout jusque dans les ultimes instants du duel, le portier de l'OM détourne une première fois, avant que Mendes ne dégage définitivement les siens sur sa ligne. C'est sur l'occasion suivante que Mathieu Valbuena se rattrape. Auteur d'un bon début de rencontre, Cheyrou lance bien Gignac en profondeur. APG lance André Ayew en une touche. Le Ghanéen enrhume l'axe central lorientais, mais perd son face-à-face avec Audard. À l'affût tel un Lucho à l'entrée de la surface, Valbuena fout le ballon au fond des filets malgré la présence adverse devant le but. 1-0, le score maison.

Marseille et sa demi-heure de souffrance


Pendant que les Ayew, en forme, mais chacun dans leur style, se font un petit pont massacreur, et que Gignac déserte la surface pour tenter des frappes lointaines, la défense phocéenne, elle, tient toujours le coup. Mendes et Nkoulou maîtrisent plutôt bien Aliadière, sauf sur ce bon centre de Kevin Monnet-Paquet. Auteur d'un très bon appel devant Nkoulou, l'ancien d'Arsenal passe le Camerounais, mais sa déviation vient mourir à côté du poteau de Mandanda. Bien accompagné par Jouffre, mais délaissé par un Corgnet invisible, l'attaquant breton embête les Phocéens sans être décisif. Peu d'occasions à se mettre sous la dent finalement, tout au long de la rencontre, à cause de la qualité des deux charnières (Nkoulou-Mendes/Bourillon-Ecuele Manga) et du faux rythme.

Puisqu'il est toujours au centre des discussions à l'aube d'une rencontre à Lorient ou à Nancy, le synthétique met son grain de sel dans la partie. Valbuena se prend les pieds dans le tapis, râle un coup et prend un jaune, avant que Fanni ne sorte sur blessure après un mauvais appui. On est à une demi-heure de la fin et les supporters de l'OM attachent leur ceinture. Ils le savent, cette saison, quand l'OM, incapable de faire le break, mène 1 à 0, les trente dernières minutes sont compliquées. Elles le sont moins avec un Mandanda impérial qui sort magistralement une frappe de Barthelmé qui prenait la direction de la lucarne. Elles le sont quand même quand le même Barthelmé, bien lancé en profondeur et auteur d'un magnifique contrôle, frappe la barre avec son pied gauche. Autre gaucher qui se démerde bien, Jérémy Morel est performant défensivement sur son côté. Ce qui n'est pas le cas d'Abdallah, entré en jeu à la place de Fanni. Les six minutes de temps additionnel accordées après une blessure à la cheville de Gignac, resté de longues minutes au sol, ne changent rien. Dominés assez largement en seconde période, l'Olympique du pragmatisme va encore faire couler l'encre et la bave. Une quinzième victoire par un but d'écart cette saison, qui pourrait bien être celle de la qualification en Ligue des champions. D'ailleurs, en phase de poules, 1 à 0, c'est très bien. Le no-show must go on.

Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 4
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 34 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 84
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40
À lire ensuite
Sofia anti-police