En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Barrages
  3. // OM-NK Domžale

L'OM en cabine UV

Ce jeudi, l’OM espère décrocher sa qualification pour la phase de poules de la Ligue Europa, une semaine après un nul complexe à Domžale. Problème, certains supporters marseillais rêvent secrètement d’une élimination prématurée. Pourquoi ? Parce qu’en cas de qualification, Marseille se baladera toute la saison avec un maillot violet en C3. Un choix encore dénoncé dimanche au Vélodrome via une banderole du CU84. Mais au fait, c’est quoi le problème ?

Modififié

Révélé le 9 mai dernier, le maillot third de l’OM a très vite éclipsé les très réussies tuniques domicile et extérieures. Sauf que si ce tricot fait autant l’unanimité, ce n’est pas pour son design rétro épuré, mais à cause de sa couleur. « Il est contre nature, c’est une abomination. Le type qui l’a validé, il n’a rien compris au foot » , lance Rachid, membre des South Winners. Après des maillots jaunes, gris, orange ou noir, Marseille est donc censé se pavaner sur tout le Continent en violet. Une couleur choisie en hommage à la tunique mauve et noir du Football Club de Marseille, premier nom du club. Mais le prétexte du clin d’œil aux pionniers ne passe pas. « Labrune a jeté un dernier pavé dans la marre avant de partir » , lâche Christian, fidèle des Yankees. Intronisé président en pleine tempête, Eyraud a bien tenté de calmer l’affaire dès février, sans succès. Sept mois plus tard, le Vélodrome gronde encore.

Pétition, boycott et épidémie de footix


Dimanche, face à Angers, le Commando Ultra 84 dénonçait ce choix par une banderole appelant Puma et la direction à ne pas les décevoir la saison prochaine. En février déjà, la vieille garde du CU84 avait poussé son coup de gueule par un tissu griffé « L’OM m’a violet » recalé à l’entrée du stade, avant d’être largement diffusé sur les réseaux sociaux. Dans la foulée, les Fanatics et les MTP emboîtaient le pas. Bref, le torchon brûlait et l’incendie n’a pas été étouffé depuis. « Le maillot violet, c’est hors de tout, il est complètement hors sujet. On a l’impression de voir la Fiorentina ou le TFC jouer. Ça n’a rien à voir avec la Provence, il y avait d’autres pistes à exploiter » , gueule Rachid, qui semble oublier l'importance de la lavande en Provence. Pourtant, les SW87 ne sont pas contre quelques folies pour le third, notamment lorsque le club claque un maillot orange et bleu en 2007-2008 : « C’était pour les 20 ans du groupe, ils avaient fait pareil pour les MTP une autre année. Dans ces cas-là, je trouve ça normal, c’est un beau geste. »


Dans le virage nord en face, certains sont un peu plus tempérés, notamment Christian : « Pour moi, du moment qu’on gagne, peu importe la couleur du maillot. Le principal, c’est d’avoir le domicile bleu et blanc, le reste c’est surtout du merchandising. Il faut bien un troisième maillot après le blanc domicile et bleu extérieur. C’est un débat sans fin. Adidas a sûrement voulu marquer le coup pour sa dernière année, et basta. » Si Christian la joue vieux sage, la colère gronde bel et bien au Vélodrome. Plusieurs groupes ultras ont ainsi lancé une pétition sur change.org et décrété un boycott total du maillot violet, dont les South Winners de Rachid : « Deux-trois fous l’ont acheté et sont venus au stade avec, mais ils se sont fait insulter direct en rentrant. On leur a fait acheter des gadgets des winners pour cacher tout ça, ils en ont eu pour 10 euros et voilà. On ne veut pas de ce maillot dans notre virage. » De là à dire que c’est aussi grave de venir au Vél’ avec ce maillot qu’avec un survêtement de Chelsea, il n’y a qu’un pas pour Rachid.

La prophétie du maillot moche et de la Ligue Europa


Une épidémie de footix dont se relève d’ailleurs à peine le Vélodrome, alors le coup du maillot violet passe encore moins, en témoigne René Malleville : « Les maillots Europe, ça a toujours été d’abord une question économique pour faire du business. L’OM, c’est bleu et blanc, point barre. C’est juste du pognon. Il faut qu’ils arrêtent le business, on n’est pas Toulouse. » Pour éviter ce genre d’incident à l’avenir, Jacques-Henri Eyraud a laissé entendre en février que l’OM intégrerait les supporters dans le processus de création, sans donner signe de vie depuis. Une initiative saluée par Christian, qui confie l’avoir soufflée à Tapie à l’aube du grand OM. Sans suite. En tout cas, les deux fadas ont déjà quelques suggestions : une tunique « aux couleurs provençales ou méditerranéennes, ou même avec les couleurs de la Bonne-Mère » pour Rachid, un peu cliché, et un « maillot rayé à l’Argentine comme en 2007-2008 » pour Christian, qui apprécie « les allusions à l’Argentine, à la Bombonera et aux gens excités dans les tribunes » . Jusque-là, deux des pires maillots Europe de l’OM étaient le gris-bleu de 2003-2004 et surtout le doré de 1998-1999 : « À l’époque, l’OM voulait marquer le centenaire. Au début, il avait choqué, mais on l’a ensuite beaucoup porté » , prophétise aujourd'hui Christian. Soient deux tuniques qui avaient conduit l’OM en finale de la Coupe de l'UEFA. Rendez-vous à Lyon le 16 mai prochain ?



Par Adrien Hémard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 09:28 Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 22
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
lundi 22 janvier Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) lundi 22 janvier Quand Ronaldo planquait de la bière 51 lundi 22 janvier Dupraz quitte le TFC 128 lundi 22 janvier Robinho en route vers Sivasspor 60