1. //
  2. //
  3. // AJA/OM (2-2)

L'OM double-face

Au terme d'une première mi-temps maitrisée, l'OM menait 2-0 à Auxerre. Avant de complètement sombrer en deuxième période sous les assauts bourguignons.

Modififié
0 0
Auxerre – Marseille: 2-2


Buts : Traoré (46e) et Contout (80e) pour Auxerre. Remy (3e), A.Ayew (43e) pour l'OM.

Le raccourci est facile tant le ciel auxerrois a déversé des torrents de flotte par intermittence sur l'Abbé Deschamps, mais l'OM a bel et bien pris l'eau ce dimanche après-midi. Alors qu'ils menaient 2-0 au moment de rentrer aux vestiaires, les vice-champions de France ont trouvé le moyen de perdre leurs repères et deux nouveaux points.

Pourtant, tout avait donc bien commencé. Sur la lancée de sa belle préparation et en pleine bourre depuis le début de saison, Loïc Rémy a encore livré une prestation de tout premier plan jusqu'à sa sortie sous les acclamations du public à la 74e minute. L'ancien Niçois ne met que trois minutes à se faire remarquer. Coup-franc excentré de Valbuena, et but de Rémy. De la tête, encore. Comme face à Lille lors du Trophée des Champions, comme face à Sochaux le week-end dernier, comme face au Chili en milieu de semaine avec les Bleus. Outre ses progrès indéniables dans le jeu aérien, à la finition et dans sa technique individuelle, le joueur formé à Lyon est omniprésent sur le front de l'attaque olympienne, n'hésitant pas à redescendre ou à déborder. Quitte à se faire recadrer par Didier Deschamps en début de deuxième mi-temps.

Marseille sous les orages

Et si Rémy phagocyte un bon nombre de ballons en première période, ses ailiers ne sont pas en reste. Très actif dans le jeu, Mathieu Valbuena, déjà décisif sur l'ouverture du score donc, remet le couvert à la 43e quand il dépose un corner sur la crête de André Ayew, peu en réussite dans son couloir jusque-là. 0-2 à la pause. Rien de scandaleux tant Auxerre a subi, n'inquiétant qu'une fois Mandanda, bien sorti face à Ben Sahar (9e). Mais voilà, attractif et enthousiaste dans la construction, l'OM pèche défensivement depuis quelques semaines. Démonstration faite dès la reprise. Ben Sahar récupère et s'enfonce dans le camp marseillais, il est repris de justesse par Morel, le ballon revient sur le chausson gauche de Traoré, déjà buteur monstrueux contre Montpellier, esseulé aux seize mètres, qui envoie une mirabelle du gauche dans les bois phocéens. Marseille, ou l'art de se mettre en danger, puisqu'à partir de là, les Bourguignons montent d'un cran et pressent leur hôte beaucoup plus haut. Et si l'OM résiste à l'orage sans encombre, il peut remercier la précipitation et le manque de justesse de l'AJA dont les incursions et les centres trouvent rarement preneur... jusqu'à la 80e minute et la tête égalisatrice sur corner de Roy Contout, pour une photocopie couleur du but d'Ayew.

Comme face à Sochaux, l'Olympique de Marseille a montré deux visages aujourd'hui. Une facette résolument enlevée et engagée en première période, avec des combinaisons, des débordements, du réalisme et une certaine solidarité défensive - avec la première titularisation de N'Koulou à la place de Diawara. Puis, la grimace durant quarante-cinq minutes : des lignes arrières disloquées, des lacunes dans l'agressivité et une incapacité à réagir. Alors certes, l'OM compte deux points de plus que la saison passée à la même époque, mais les inquiétudes, elles, restent les mêmes.

Pierre Maturana

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Mourinho et les traîtres
0 0