1. //
  2. // 12e journée

L'OM digère la moutarde

Dijon pensait avoir fait le plus dur en remontant deux buts à l'OM. C'était sans compter sur le coup de boule d'Alou Diarra. Brest et Bordeaux se réveillent, Paris assure à la maison.

Modififié
0 1
AC Ajaccio-Bordeaux : 0-2

Buts : Gouffran (25eme et 29eme) pour Bordeaux

La soirée des déclics. Pendant que leurs compagnons d’infortune brestois s’imposaient face à Lorient, les Bordelais eux, se sont refaits une petite santé à Ajaccio. Au terme d’un match parfait pour retrouver un brin de confiance, les hommes de Francis Gillot ont décroché trois points essentiels pour se relancer dans une saison bien mal engagée. Bien aidés par la faiblesse de leurs adversaires du soir, les Girondins peuvent remercier Yoan Gouffran, auteur d’un doublé en première mi-temps. Maîtres du ballon, les coéquipiers d’un bon N’Guemo ont offert un peu de repos à un Francis Gillot qui, entre le stress ambiant et son procès contre Sochaux pour récupérer 1000 balles, en avait bien besoin.


Brest-Lorient : 3-1

Buts : L.Touré (4eme) et Grougi (35eme et 42eme sp) pour Brest. Ecuele Manga (54eme) pour Lorient

Elle devait bien finir par tomber. Elle a fini par pointer le bout de son nez, comme ça, un soir de derby breton. Sans victoire dans leur besace après onze journées de Ligue 1, les Brestois d’Alex Dupont ont profité de la réception de Lorient pour ramasser trois points en un match, plutôt qu’en trois. Rapidement en tête au tableau d’affichage après une belle tête dans la lucarne de Touré, les Brestois profitent de leur maîtrise du match pour faire le break en première période, par Grougi, à deux reprises. Une première fois sur une frappe lointaine, puis une seconde sur pénalty. Ecuele Manga réduit le score à la 54ème en vain, cette soirée était celle des brestois. Le retour du pasteur Ewolo dans le onze de départ y est sans doute pour quelque chose.


Dijon-Marseille : 2-3

Buts : Jovial (46eme) et Corgnet (63eme) pour Dijon. Rémy (1ère), Be.Cheyrou (12eme) et A.Diarra (82eme) pour Marseille

45 minutes. Le temps pour l’Hexagone du football de crier au génie tactique de Didier Deschamps. Pendant l’espace d’une mi-temps, le nouveau 442 de DD a bien fonctionné. Il a d’abord permis à Kaboré de trouver Rémy dans la profondeur pour l’ouverture du score de l’OM dès les premières secondes de jeu, suite à une bourde de Zarour. Il a ensuite offert aux Phocéens une pléiade d’occasions, parmi laquelle un coup-franc que Benoît Cheyrou enverra droit dans les filets de Reynet. L’OM mène 2-0 à la pause, et déjà, les dernières minutes de la première période montrent l’autre face de cette équipe schizophrène. Car comme face à Auxerre en début de saison, les coéquipiers d’un bon Steve Mandanda vont se faire dessus. Bousculés dès le retour des vestiaires et la magnifique réduction du score de Jovial, fraîchement entré en jeu, les ouailles de Deschamps affichent un visage fébrile. Ceux qui suivent l’OM depuis le début de la saison connaissent la suite. L’égalisation devient inéluctable, reste à savoir quand. Ce sera à la 63ème minute. Très inspiré ce soir, Corgnet vient couper la trajectoire d’un corner bien botté par Guerbert. Les supporteurs dijonnais s’enflamment, s’emballent même un peu trop. A trop crier « mais ils sont où les Marseillais » , ils ont eu le droit à une réponse. Ils sont là. 83ème minute, coup-franc de Valbuena, tête de Diarra, Reynet dans les choux, Marseille de retour. La manière est litigieuse, mais l’OM claque sa première série de l’année. Priceless.


Evian TGFC - Auxerre : 3-1

Buts : Sagbo (15eme et 42eme) et Barbosa (69eme) pour Evian TGFC. Dudka (71eme sp) pour Auxerre

Une incroyable tristesse. C’est à peu près ce que doivent ressentir les supporteurs bourguignon à l’issue de ce match totalement raté de l’AJA sur la pelouse du promu haut-savoyard. Menés dès le quart d’heure de jeu suite à un joli plat du pied de Sagbo, les Icaunais, privés de leur canonnier Alain Traoré, concèdent le break juste avant la mi-temps sur un nouveau pion de Sagbo, bien servi par Barbosa. La pause ne change rien aux errements des joueurs de Laurent Fournier, qui encaissent le but du 3-0 peu après l’heure de jeu, par l’intermédiaire de Barbosa, avant que Dudka ne réduise le score d’un pénalty anecdotique. La hype bourguignonne est terminée.


Montpellier-Nancy : 2-0

Buts : Giroud (61eme) et S.Camara (74eme) pour Montpellier

Les Montpelliérains se sont fait peur. Pendant plus de quarante-cinq minutes, les joueurs de René Girard auront lutté face à des vaillants nancéiens. Heureusement pour les Héraultais, en ce moment, ils ont la baraka. La chance des audacieux, qui s’exprime dans tous les compartiments du jeu. En défense quand, magistralement lancé par Jo-Gook, Niculae ne peut donner l’avantage aux siens en rentrant des vestiaires. Mais aussi en attaque quand, dix minutes plus tard, Giroud marque en voulant centrer. Le plus dur étant fait, Souleymane Camara y va également de son petit but. Le MHSC colle aux basques du Paris Saint-Germain et met une petite pression sur l’OL avant le derby de ce samedi soir.


PSG-Caen : 4-2

Buts : Nenê (20eme sp et 76eme sp), Ménez (55eme) et Pastore (88eme) pour le PSG. Heurtaux (12eme) et Vandam (82eme) pour Caen


Six. Comme le nombre de buts ce soir. Mais surtout comme le nombre de victoires consécutives du Paris Saint-Germain. Bousculés par de bons Caennais, les joueurs de la capitale sont finalement parvenus à s’offrir une victoire plutôt logique. Rapidement menés suite à un but de la tête de Heurtaux sur coup de pied arrêté, les hommes de Kombouaré profitent de la double peine « carton rouge – pénalty » pour revenir dans le match. Privé de Nivet, les joueurs de Franck Dumas tiennent la dragée haute aux leaders de Ligue 1 jusqu’à la pause, en frappant même la barre par Frau, avant de s’écrouler en seconde période, sous les coups de pression du PSG. 56ème minute, Ménez, bien servi par Gameiro, délivre les siens, avant que Nenê inscrive son deuxième pénalty de la soirée vingt minutes plus tard. Vandam réduit le score en fin de match avant que Pastore, une nouvelle fois peu inspiré ce soir, claque son petit pion. Neuf victoires, deux nuls, une défaite. Le PSG rame encore en défense, mais le bilan comptable est impressionnant.


Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Bien fait pour la gueule du public de Dijon.

Je supporte pas ce chambrage débile de demander "et ils sont où...". Même contre le PSG en CdL j'avais trouvé ça stupide, et du coup le but de Diarra m'a fait encore plus jubiler.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
L’échappée du Bayern
0 1