En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 24e journée
  3. // Marseille/Bastia (3-0)

L'OM déboîte Bastia

Pas de pacotille. Face à une équipe de Bastia toujours aussi faible à l'extérieur, les joueurs de l'Olympique de Marseille ont marqué trois buts à domicile en Ligue 1 pour la première fois depuis plus d'un an. Auteurs d'une bonne partie, offensivement et défensivement, les hommes de José Anigo reviennent provisoirement à deux points du podium.

Modififié

OM - Bastia
(3-0)
D. Payet (13'), D. Payet (25'), A. Gignac (55') pour Marseille


Une affaire de géométrie et de bon sens. C'est certainement ce que vous a dit votre professeur de mathématiques au moment où, un peu embarrassé, il essayait de vous dire que « voir dans l'espace, ce n'est pas très compliqué » . Ce que José Anigo et Albert Emon ont vu lors des dernières sorties de l'Olympique de Marseille n'était pas satisfaisant. Alors contre toute attente – notamment celle de Frédéric Hantz – l'entraîneur phocéen a dégainé un losange. Un 4-4-2 séduisant avec Gignac et Thauvin devant, épaulés par Valbuena, mais surtout par Dimitri Payet. Sentant certainement le souffle d'André Ayew, de retour de blessure, dans sa nuque, l'ancien Lillois, tantôt crack, tantôt fantôme, a sorti le grand jeu. La réception des Corses a donc été l'occasion d'une sortie générale de léthargie pas uniquement due à des choix tactiques couchés sur un tableau noir. Plus tranchants au contact, à l'image de Benjamin Mendy, moins brouillons techniquement, les Marseillais ont aussi fait des maths : 3 buts, trois points, et les voilà à deux points du podium.

Amélioration défensive et quarté en or

Il est de retour dans son Vélodrome, mais le plaisir est de courte durée. À peine le temps de saluer Rod Fanni, Mathieu Valbuena et Steve Mandanda que Djibril Cissé se retrouve avec un Lucas Mendes motivé sur le dos. Un taquet sans faute du Brésilien en guise de bonjour et la partie est lancée. Si le Djib' ne goûte que moyennement la politesse du défenseur phocéen, il n'est pas le seul à souffrir. En grande difficulté sur le plan technique et mis en difficulté par un bon pressing des locaux, les Bastiais ne respirent pas. Décidés à gommer les errements défensifs ridicules devenus monnaie courante depuis le début de la saison, les coéquipiers de Nicolas Nkoulou, Mendy en tête, sont plus rassurants. De l'autre côté du terrain, le losange donne des ailes à un quatuor qui fonctionnait déjà. Terriblement efficace en neuf et demi car libre comme l'air, Thauvin rend fou les Bastiais. Virgule – débordement à droite, crochet – caviar à gauche, l'Orléanais porte à merveille le costume de l'ex qu'on n'a pas envie de revoir, car on sait qu'elle fera du mal. En somme, si la faiblesse bastiaise, ce samedi et plus globalement à l'extérieur, interdit tout bilan, les Marseillais ont réussi à relever la tête après le match nul concédé à Toulouse le week-end dernier. Les longues phases de conservation, propres et utiles, l'application sur les coups de pied arrêtés défensifs et l'envie dans les yeux ainsi que dans les duels en témoignent. La 300e en Ligue 1 de Rod Fanni sera une belle fête.

Premier « carton » à la maison depuis un an

Alors oui : comme souvent, les intentions sont bonnes, à l'image du début de match. Une frappe contrée de Mathieu Valbuena, une tentative trop enlevée de Thauvin, bien servi en retrait par Gignac, l'OM avance à tâtons jusqu'au quart d'heure de jeu. Sur un centre mal renvoyé par la défense bastiaise, Payet hérite du ballon, sollicite le une-deux avec André-Pierre Gignac et écrase une volée qui trompe un Landreau pas exempt de tout reproche. Satisfait mais pas rassasiés, notamment parce que pour l'OM, marquer un but veut souvent dire en prendre un dans la foulée, les Phocéens poursuivent leur siège du but corse. Bien servi par Mendy suite à une nouvelle relance hasardeuse des visiteurs, Payet a tout le temps de contrôler, de lever la tête et de s'imaginer tromper Landreau en lui balançant une mine dans la lucarne. La réalisation égale le fantasme et la toile d'araignée du portier recorman éclate pour de bon. Un malheur ne venant jamais seul, les hommes de Hantz perdent Cioni puis Landreau dans une bataille qui tourne au calvaire, ce qui a le don d'agacer Romaric qui a des envies d'UFC avec Romao. Pas au niveau, les coéquipiers d'un Djibril Cissé en souffrance vont finir par craquer. Plus intéressant que Lémina, Imbula profite de l'heure de jeu pour envoyer une sacoche sur la barre de Leca, entré en jeu à la place de Landreau. À l'affut, Gignac ouvre son pied droit pour planter le but du 3-0. C'est la première fois depuis la fin du mois de janvier 2013, face à Montpellier, que l'OM marque trois buts au Vélodrome en Ligue 1. Entre chiffres et géométrie, les Phocéens ne se débrouillent pas trop mal. Il ne leur reste plus qu'à être constant au troisième trimestre. Sans aucun doute plus important.

Par Swann Borsellino

Pour connaître l'ensemble des résultats et le classement de la 24e journée, c'est par ici.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 mardi 16 janvier Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 mardi 16 janvier Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 88