1. //
  2. // OM/PSG

L'OM contre le reste du monde

Marseille ne cohabite pas dans le même championnat que les autres pensionnaires de la Ligue 1. Pour cohabiter, il faut des concurrents. L'OM n'a pas de concurrents, il n'a que des ennemis. Petit rappel des faits.

L'histoire même de la ville le justifie sans doute. Les Marseillais kiffent la paranoïa. Ils n'ont pas attendu l'alliance Tapie-Canal Plus de 1991 -et la rivalité objective qui en découle- pour se reconnaître des ennemis. Saint-Étienne et Nice dans les années 70, Bordeaux dix ans plus tard, voire même Lyon à l'aube du nouveau siècle. "Dis moi qui tu hais, je te dirai qui tu es..." pourrait remplacer avantageusement le présomptueux "Droit au but". Vingt ans avant la rivalité Paris-Marseille, les Phocéens en décousaient déjà avec l'autre club dominant de l'époque, l'AS St Étienne. « C'était avant que l'ASSE ne brille en Coupe d'Europe se souvient Bernard Bosquier, défenseur vert avant de partir à l'OM. On venait de gagner quatre titres d'affilée (1967/1970) et Marcel Leclerc a décidé de faire signer Carnus et moi-même (le gardien et un central de l'équipe de France) pour la saison suivante à Marseille. Roger Rocher a appris en avril ce transfert et nous a suspendus jusqu'à la fin de l'exercice. La rivalité s'est alors envenimée... » »

Résultat : les Verts perdent l'occasion de réussir un quintuplé historique et le titre échoit à Marseille en mai 71. Une année fastueuse lors de laquelle Josip Skoblar, l'avant-centre olympien, inscrit quarante-quatre buts. L'année d'après, flanqués d'une escadrille de haut vol (Magnusson, Gress, Novi ainsi donc que Carnus, Bosquier et Skoblar), les Marseillais réussissent le doublé. Marcel Leclerc, une manière de Tapie avant l'heure, propriétaire du journal But, se voit plus beau qu'il n'est. Le club ne sera pas champion avant dix-sept ans. Il n'empêche : le phare phocéen recrute Jaïrzinho et Paulo Cesar, deux champions du monde de 1970, deux ans plus tard. Une pantalonnade qui ne durera même pas une saison. Les sudistes veulent en découdre avec le tenant du titre stéphanois qui brille en Coupe d'Europe des Clubs Champions. En vain. Tandis que les Verts se font sortir en demi-finale de la C1, ils atomisent l'OM dans le chaudron (4/1) et les laissent à bonne distance. Se quicher avec le club dominant devient alors un sport majeur à Marseille. « C'est notre transfert qui a mis le feu aux poudres et surtout la personnalité des deux présidents. Rocher et Leclerc ne pouvaient pas se piffer. Les successeurs de Leclerc ont continué dans cette voie-là » , poursuit Bernard Bosquier.

Les minots Anigo et Di Meco

Quand St-Etienne musarde en chemin, on pouvait alors compter sur Nice pour gambader largement devant jusqu'à la trêve. Champions d'automne presque à tout coup, la salade niçoise finissait par dépérir en plein hiver pour sauver les meubles au printemps. La plupart du temps, les hommes de Roger Loeuillet, le président mégalo et caractériel (pour sûr) de l'OGCN, récupéraient quelque accessits au printemps et rapinaient une place en Coupe de l'UEFA. Les Verts intouchables, ils braconnaient sur les mêmes terres que leurs cousins provençaux. Pire : la proximité géographique pouvait conférer à l'affrontement de faux airs de derby. « Entre les joueurs, il n'y avait pas d'hostilité particulière, c'était presque un match comme un autre. Au début, les dirigeants marseillais allumaient toujours les premiers mais ils avaient trouvé à qui parler avec Roger Loeillet, le patron de l'OGCN » , détaille Jean-Noël Huck, une des nombreuses recrues symbolisant le recrutement dispendieux du club niçois.

S'il conserve des souvenirs de matchs houleux, l'affrontement contre les dames de la côte ne dispense pas les mêmes saveurs que le clash contre l'ogre stéphanois (six titres entre 1967 et 1977 et cinq Coupes de France, sans compter les épopées continentales). Même s'il n'y a pas de match en termes de chiffres et d'impact dans l'imaginaire collectif, Leclerc, arrivé en 1965, a réussi son pari en raflant deux coupes et deux titres. Il plonge même dans le vieux port après la coupe de 1969 avant d'être viré fin 72 pour détournement de fonds. Un destin original que les dirigeants français majeurs dupliqueront à l'avenir : Hechter, Rocher, Bez, Tapie... « Pour exister, les Marseillais avaient besoin de se comparer à ce qui faisait de mieux, en France comme à l'étranger. C'était le cas de Saint-Étienne détaille Bosquier. Dans la tête de tous, l'OM ne pouvait pas se résoudre à jouer les seconds rôles. Défier l'incontestable club phare, c'était une manière d'exister » . Une façon de se surestimer également. En 1976, les sudistes remportent une neuvième Coupe de France, ce sera leur chant du cygne avant que Tapie ne vienne au secours de la PME en difficulté dix ans plus tard. Dans l'intervalle, les futurs champions d'Europe connaissent une relégation en 1980 (malgré Trésor, Six ou Berdoll). Les minots Anigo, Di Meco et autres de Bono doivent ferrailler... quatre longues années au sous-sol du foot hexagonal, évitant même de peu l'humiliation de descendre derechef en troisième division en 1981. Une vraie cure d'humilité si on n'était pas à Marseille...

En 1984, Saint-Étienne subit les séquelles de l'affaire de la caisse noire pendant que Nice entame un long bail d'austérité. Le Bordeaux de Claude Bez tient le haut du pavé et flirte avec une finale de coupe d'Europe qu'il n'atteindra jamais (deux demi-finales, une pile de quarts). Il gagne des titres mais emmerde le reste du pays. Pendant ce temps-là, Marseille reconstruit. Gaston Deferre, "le maire de l'OM", décide de rebooster le volcan endormi et deale avec le nouveau wonderboy de l'époque, Bernard Tapie, qui doit reprendre durant l'été le recordman des victoires en coupe. En mai 86, Tapie s'invite quand même à la finale de ladite coupe, Bordeaux-Marseille, pour "prendre ses quartiers" et humer l'odeur des sommets. « Tout de suite, on a senti que Marseille allait bénéficier d'un nouvel élan. Claude Bez, notre président, aussi. Du coup, la rivalité s'est instaurée très vite entre les deux clubs, entre les deux boss. Le transfert de Gigi (Alain Giresse), le joueur emblématique des Girondins, en a aussi rajouté une couche » , détaille Thierry Tusseau, l'ancien défenseur bordelais. Entre Bez et Tapie, le clash est frontal. Un choc de deux mondes qui s'abhorrent, celui de l'expert-comptable de la grande bourgeoisie bordelaise qui investit sa fortune gagnée dans l'immobilier et celui du gamin du Bourget parvenu au sommet en empruntant l'escalier de service. Le petit gros moustachu qui bégaie et le play-boy de la libre entreprise. Si les deux trajectoires se croisent, Marseille veut se colleter d'emblée avec le ténor du moment.

[page]
« La rage s'est déplacée »

En 1987, la même finale de coupe, Bordeaux-Marseille, donne le même résultat. Les destinées s'inversent et les deux présidents s'invectivent par voie de presse. Bez ne baisse pas la garde, vient au Vélodrome en voiture de luxe, escorté par des gardes du corps. Il n'a peur de rien, ni de personne. En 1988, sous son amicale (!) pression, la FFF limoge Henri Michel et il devient l'intendant de l'équipe de France. Tapie ne cesse de le harceler, le menaçant d'un contrôle fiscal que diligenterait son ami Michel Charasse, ministre du Budget. L'expert-comptable se noie bien avant dans les comptes (36M d'euros de trou) et le club sera relégué administrativement l'année où l'OM jouera sa première finale de C1, en 1991. « Assez vite, entre les deux clubs, l'ambiance est devenue irrespirable même si les Girondins commençaient à décliner. Les présidents ne pouvaient pas se voir en peinture. Ensuite, la rage des Marseillais s'est déplacée vers les Parisiens » , conclut Thierry Tusseau.


Avant même son entrée dans le capital du PSG, Canal Plus entretenait d'excellentes relations avec l'Olympique de Marseille de Bernard Tapie. Entre gens du monde, entre dirigeants aux intérêts communs. Le diffuseur exclusif du championnat de France a tout intérêt à ce qu'un (ou des clubs) joue(nt) les premiers rôles en Europe et dans l'Hexagone. L'OM doit trouver des rivaux à sa hauteur pour maintenir le suspense en première division et pouvoir ferrailler sur le continent. Saint-Étienne, Bordeaux, Nice retournés à l'anonymat; Nantes, trop intermittent et Lyon encore pré-pubère : Tapie voit tout de suite d'un bon œil l'arrivée d'un grand groupe industriel à Paris. Cette fois-ci, Marseille ne défie plus le cador de la ligue, il est celui-là. Ce sont les intérêts stratégiques, économiques, voire sportifs bien compris des deux clubs qui président à la querelle.

« Cette rivalité s'est construite quand Canal Plus a pris le contrôle du club parisien. Pourquoi ? Parce que ce sont les deux clubs français qui possèdent l'impact médiatique et sportif le plus fort ; les deux seuls clubs à avoir gagné une Coupe d'Europe. Ensuite, leurs résultats en dents de scie ont permis de l'enraciner au point de l'enraciner dans le temps et de devenir ce qu'on appelle aujourd'hui le Clasico » , justifie Luis Fernandez (1). Les ultras des deux camps ont donc fait là où leurs dirigeants leur ont dit de faire. Après, comme à la Guerre de Cent Ans, on ne sait plus qui a commencé, ni comment mais l'essentiel est ailleurs, il faut que le conflit perdure. Au reste, on n'est plus dans la tarte à la crème du "Paris contre la province" mais plutôt dans le "Marseille contre le reste du monde".

Quid de l'OL ?

Le énième ennemi héréditaire des Phocéens se trouve être le septuple champion de France, le club émergent des années 2000, l'Olympique Lyonnais. Canal, toujours lui, a essayé d'en faire un concept, "l'Olympico", le combat entre la deuxième agglomération et la deuxième ville de France. En vain. Quand le marketing vient d'en haut, il s'impose rarement aux foules. Les supporters marseillais lui préfèrent le Clasico, plus ancré dans les mœurs, plus lisible comme affrontement manichéen. Peu importe qu'il ait été créé de toutes pièces par des dirigeants cyniques, la mémoire n'a jamais été le fort des fans, parisiens comme marseillais. Ils n'oublient jamais de siffler les joueurs qui ont contribué à la légende de leurs propres clubs quand ils reviennent sous d'autres couleurs (de Heinze à Weah, de Deschamps à Papin). A Marseille, ce n'est pas un problème puisque les Phocéens n'ont pas de concurrents, ils n'ont que des ennemis...

Achetez vos billets pour l'OM maintenant!

(1) : in "Le Bêtisier PSG/OM", Jean-François Pérès, Editions du Rocher

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Très bon article qui remet certaines choses en place notamment sur "la paranoïa " marseillaise et le rôle de C+ dans le championnat .
Analyses et articles football sur lecturedujeu.wordpress.com

Sujets récents : Ligue Europa ou pas ? / La fin des "buteurs-nés" ?
quel article de merde , ou comment faire passer les Marseillais pour des rageux de base, ca ne s'appui sur rien, et j'aimerai bien connaître l'age du redacteur juste pour me marrer. Si vous souhaitez en savoir plus sur la rivalité OM-PSG il n'y à qu'une seule chose à faire c'est de lire l'excellent bouquin de Riolo - Peres. Pas se genre d'article débilitant écrit par ... , par un mec avec un pseudo encore plus naze que son article
Ne pas prendre en compte le commentaire de juzinho.
il y a 1 heure Six inculpés dans l'affaire du drame de Hillsborough 2
il y a 4 heures Will Ferrell veut Chicharito au Los Angeles FC 15 il y a 7 heures Lampard entraîneur d'Oxford United ? 1
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
il y a 10 heures Le superbe but d'Independiente 3 il y a 12 heures Malouda va jouer la Gold Cup avec la Guyane 24 il y a 12 heures Des matchs de C1 sur Facebook 9 Hier à 22:15 Shrewsbury et le retour d'une tribune « debout » en Angleterre 14 Hier à 21:02 Le monde du foot rend hommage à Stéphane Paille 20 Hier à 19:00 Jorge Mendes mis en examen pour délit fiscal 42
Hier à 18:06 Stéphane Paille est décédé 35 Hier à 15:58 La Ligue des champions reprend ce soir ! 27 Hier à 15:45 Lugano prolonge à São Paulo 5 Hier à 12:12 Falcao s'essaye au baseball 3 Hier à 11:10 Sow, Cabaye et Hazard actionnaires d'un futur club de D2 américaine 12 lundi 26 juin FIFA : Bild ouvre le rapport Garcia 67 lundi 26 juin Boca et le souvenir de la D2 7 lundi 26 juin Danny Newton, le nouveau Jamie Vardy ? (via BRUT SPORT) lundi 26 juin Le logo d'Oxford United à l'intérieur du maillot de Bristol City 7 lundi 26 juin Bagarre générale lors d'un match de charité 35 lundi 26 juin La simulation grotesque d'un défenseur de Bahia 10 dimanche 25 juin Sergio Ramos acrobate en vacances 4 dimanche 25 juin Pogba marque en dabant 60 dimanche 25 juin Le central de Kansas met une bicyclette 7 dimanche 25 juin Crivelli à Angers 14 samedi 24 juin City remporte le derby de New York 9 samedi 24 juin Le championnat d'Arabie saoudite s'ouvre aux étrangers 11 vendredi 23 juin La douceur de Bruma 11 vendredi 23 juin Les U21 anglais s'entraînent avec le Subbuteo 6 vendredi 23 juin Un crowdfunding pour une équipe de National 3 11 vendredi 23 juin Le FC Sochi prend une année sabbatique 16 jeudi 22 juin Le bilan de la saison est en kiosque ! jeudi 22 juin Pamela Anderson et Adil Rami en couple ? 121 jeudi 22 juin Un petit bijou en MLS 4 jeudi 22 juin Trejo de retour au Rayo 19 jeudi 22 juin Oscar suspendu huit matchs 27 jeudi 22 juin Canal + autorisé à se rapprocher de beIN Sports 43 jeudi 22 juin Zlatan vers Los Angeles ? 38 jeudi 22 juin Parme va passer sous pavillon chinois 35 jeudi 22 juin La panenka d'Alessandrini 19 mercredi 21 juin L'accueil bouillant pour Ménez à Antalyaspor 38 mercredi 21 juin F. Hollande fait la promo d'un tournoi de sixte 26 mercredi 21 juin Walter Samuel va devenir entraîneur-adjoint en Suisse 10 mercredi 21 juin La volée monstrueuse de Bruma 28 mercredi 21 juin Un festival pyrotechnique depuis un immeuble en Coupe d'Algérie 22 mercredi 21 juin Paul Le Guen en route pour Bursaspor 28 mercredi 21 juin Boca Juniors champion grâce à San lorenzo 7 mardi 20 juin Un nouveau rebondissement dans l'affaire de la sextape 79 mardi 20 juin Le rap Depay 25 mardi 20 juin Girard déplore l'arrivée des techniciens étrangers 201 mardi 20 juin Dumas bientôt sélectionneur de la Guinée équatoriale ? 11 lundi 19 juin De la bière à vie pour séduire Cristiano Ronaldo ? 48 lundi 19 juin Infantino se félicite de l'arbitrage vidéo 28 lundi 19 juin Premier match de l'histoire sur le Kilimandjaro 13 lundi 19 juin Les rencontres du premier et du deuxième tours de C1 30 lundi 19 juin La Côte d'Ivoire rend un dernier hommage à Cheick Tioté 2 dimanche 18 juin Le retourné savoureux de Lorenzo Pellegrini 23 dimanche 18 juin Les buts de Cédric et Moreno 1 dimanche 18 juin Quand Oscar provoque une échauffourée sur le terrain 32 dimanche 18 juin L'égalisation de Chicharito contre le Portugal 8 dimanche 18 juin Quaresma ouvre le score face au Mexique 2 dimanche 18 juin L'entraîneur de Huesca met un « front » à son joueur 6 dimanche 18 juin Higuaín annonce à tort le départ de Dani Alves 24 dimanche 18 juin Michy Batshuayi en moonwalk à LA 12 dimanche 18 juin Asensio claque trois buts monstrueux en un match 27 samedi 17 juin Un entraîneur viré pour avoir gagné 25-0 55 samedi 17 juin Parme remonte en Serie B 20 samedi 17 juin L'International Board propose de nouvelles règles de jeu 56 samedi 17 juin L'UEFA lance un guide de prononciation des noms des joueurs 27 vendredi 16 juin Carabao Cup : Charlton hérite de... deux adversaires 10 vendredi 16 juin Ronaldinho lance son hand spinner 68 vendredi 16 juin Un joueur recruté par deux clubs différents 7 vendredi 16 juin Trezeguet claque une volée sous la barre 51 vendredi 16 juin Découvrez BRUT SPORT sur Facebook ! 10 vendredi 16 juin Un club de D9 anglaise sauvé par le crowdfunding 4 jeudi 15 juin Un système de play-offs en Ligue 2 23 jeudi 15 juin Vers la fin des matchs rejoués en Cup ? 19 jeudi 15 juin Le but de fou marqué par le Chicago Fire en US Open Cup 5 jeudi 15 juin Cissé pourrait retrouver les terrains 13 jeudi 15 juin Mbappé et Dembélé : jeunes les plus chers selon le CIES 38 jeudi 15 juin Un club chinois annonce son nouvel entraîneur par un poème 18 jeudi 15 juin La campagne de Monaco avec Henry et Mbappé 54 jeudi 15 juin Quand un défenseur argentin joue avec des aiguilles 19 jeudi 15 juin Reynet, l'iguane et Higuaín 20 mercredi 14 juin Torres joue les mannequins pour Van der Wiel 37 mercredi 14 juin La police dubaïote offre un tour de voiture à Benzema 42 mardi 13 juin Le but d'Ousmane Dembélé qui offre la victoire aux Bleus 2 mardi 13 juin Les trois buts de la première mi-temps mardi 13 juin L'entrée frissonnante des joueurs sur le son d'Oasis 16 mardi 13 juin Usain Bolt devient footballeur... dans PES 38 mardi 13 juin Berizzo officiellement présenté à Séville 5 mardi 13 juin Le Brésil ouvre le score après 10 secondes 7 mardi 13 juin Le bijou d'Insigne avec l'Italie 28 mardi 13 juin Derniers jours : 300€ offerts remboursés en CASH pour parier ! mardi 13 juin Un mort dans une bagarre entre supporters à Cali 10 mardi 13 juin Pronostic France Angleterre : jusqu'à 390€ à gagner sur le match amical des Bleus lundi 12 juin La merveille de Bradley contre le Mexique 11 lundi 12 juin Figo plante un coup franc contre la Roma 17 dimanche 11 juin Pep Guardiola soutient le référendum d'indépendance en Catalogne 58 dimanche 11 juin Des matchs de Premier League à 11h30 ? 28 dimanche 11 juin Infantino n'est pas inquiet pour le Mondial au Qatar 11 dimanche 11 juin Drogba réussit ses débuts avec Phoenix 8 samedi 10 juin Capello en Chine 16 samedi 10 juin Roger Schmidt va signer en Chine 2 samedi 10 juin L'explosion de la télé suédoise 26 vendredi 9 juin L'ouverture du score magnifique de Giroud 13 vendredi 9 juin L'agent de Verratti tacle encore le PSG 77 vendredi 9 juin Le coup franc juninhesque de Guerrero 12 vendredi 9 juin Un footballeur ghanéen en prison pour violences conjugales 8 vendredi 9 juin Tu sais que tu es un Mercatix quand... 15 jeudi 8 juin Benevento décroche sa promotion en Serie A 19 jeudi 8 juin Kurzawa à fond pour les Warriors 48 jeudi 8 juin Un fan de Split en colle une à l'ancien président du Dinamo Zagreb 15 jeudi 8 juin Pronostic Suède France : jusqu'à 445€ à gagner sur le match des Bleus jeudi 8 juin La finale de la C1 2019 se jouera à Madrid ou à Bakou 36 jeudi 8 juin L'ES Sétif sacrée championne d'Algérie 10 jeudi 8 juin Marcelo remet son tatouage à jour 13 jeudi 8 juin Mauro Cetto prend sa retraite 16 mercredi 7 juin Un club tchétchène prend le nom du père du président 20 mercredi 7 juin Un fan de Sheffield en phase terminale grimpe l'Everest 13
À lire ensuite
Le clasico en mode 3D