1. //
  2. //
  3. // Rennes-Marseille (0-1)

L'OM continue sa série à l'extérieur

Grâce au premier but de Cabella, l’OM continue d’imposer sa loi à l’extérieur. Les hommes de Michel ont battu Rennes (0-1), dans un match marqué par une énième composition défensive alignée par Philippe Montanier.

Modififié
1k 70

Stade rennais 0-1 Olympique de Marseille

But : Cabella (21e)

Depuis le début de saison, les Marseillais s’appuient sur un Lass exceptionnel, un Mandanda et sa nouvelle jeunesse ou un N’Koudou surprenant. Surtout, les Phocéens attendaient inlassablement les premiers éclairs de Rémy Cabella. Avant ce match, l’ancien de Newcastle affichait de tristes statistiques : zéro but, et zéro passe décisive. Mais le numéro 13 de l’OM a enfin brisé la malédiction en trompant Costil. En face, la frilosité de Montanier (Quintero et Grosicki sur le banc au coup d’envoi) a une nouvelle fois outré le public du Roazhon Park. Les Marseillais prennent la huitième place aux Rennais et peuvent appréhender la réception de Montpellier avec plus de sérénité. L’OM se retrouve à cinq points de la Ligue des champions.

Cabella au top, Mendy en galère


Ce match commence par un geste technique maîtrisé : une jolie balayette de Moreira sur N’Koudou, et un carton jaune dès la vingt et unième seconde. Face au très léger pressing marseillais, Boga, jeune attaquant qui appartient à Chelsea, déclenche la première mais timide offensive des locaux. Dix minutes dignes du combat Mayweather-Pacquiao passent, et toujours pas le moindre frisson. Sifflé par son ancien public, Alessandrini se charge de faire plonger Costil pour la première fois du match après un coup franc bien frappé. Et l’hypnose rennaise semble fonctionner. Au milieu, Lass perd quelques ballons, et Michy est totalement isolé sur le front de l’attaque phocéenne. Mais les Marseillais se réveillent à la vingtième minute. Très en vue, Isla sert Cabella, qui trompe Costil d’une frappe légèrement déviée. L’ancien de Newcastle marque enfin son premier but avec l’OM. Une ouverture du score qui ne semble pas gêner les troupes de Montanier, puisque le plan reste le même : attendre et prier pour un éclair de génie de deux adolescents face à Nkoulou et Rekik. Une tactique défensive bouleversée par l’entrée du meilleur buteur rennais, Kamil Grosicki, à la place de Zeffane, blessé ? Rien de tout ça. Seul Dembélé sonne la révolte et oublie le Polonais en retrait après avoir éliminé Mendy. L’arrière gauche de Marseille dort, et Dembélé en profite encore. Mais Boga rate totalement sa frappe. Les quelques tentatives du jeune formé à Rennes et de Grosicki ne changeront rien. Rémy Cabella offre lui le dernier joli geste de la première mi-temps avec un somptueux petit pont.


Mi-temps, sous les sifflets des supporters bretons.

Montanier tente enfin, en vain


Au retour des vestiaires, le speaker du Stade rennais a beau gueuler, l’attitude des locaux ne change pas. Coté marseillais, Lassana Diarra et Alessandrini, tous les deux blessés, sont remplacés par Romao et Ocampos. Les hommes de Michel mettent rapidement la pression sur le but de Costil : N’Koudou fait briller le troisième gardien international après un contre. Sur un coup franc de Cabella, Michy manque de doubler la mise de la tête. Coté breton, la tactique est toujours la même : Dembélé profite des largesses de Mendy et inquiète à lui seul la défense marseillaise. Montanier décide enfin d’abandonner sa ligne Maginot et lance Quintero à la place de Sylla. Des espaces se créent : Cabella se balade sur le côté droit, et Ocampos tente – et rate – sa traditionnelle bicyclette. Après l’heure de jeu, le rythme s’accélère. L’entrée du jeune Colombien offre un nouveau visage à l’équipe rennaise. Les Marseillais subissent désormais la pression rennaise. Mandanda réalise même son premier arrêt du match et calme la folie rennaise. Le gardien marseillais réalise une parade exceptionnelle sur une tête d’André et sauve son équipe avec un tacle digne de Gattuso. Les Marseillais ratent tous leurs contres. Cabella envoie une frappe toute molle dans les gants de Costil. Mais les Rennais manquent de punir la défense de l’OM. Nkoulou sauve les siens à cinq minutes du terme après un tacle sur Dembélé. La dernière grosse occasion du match puisqu’Ocampos prend une éternité pour servir Michy seul dans la surface. Dans le temps additionnel, M. Chapron aurait pu accorder un penalty aux Rennais, à la suite d'une obstruction de Mendy sur Quintero. Sans succès. Dommage que Montanier ait attendu l'ouverture du score marseillaise pour bouger ses pions.
Par Ruben Curiel
Modifié

Dans cet article

read my mind Niveau : National
Ce qui est pris n'est plus à prendre .Maintenant faut capitaliser à domicile.

Le coaching de pep montanier est de plus erratique.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
1k 70