En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 6e journée
  3. // Bastia/Marseille (0-0)

L'OM a la gueule de bois

Auteurs d'une prestation très moyenne sur la pelouse de Bastiais performants en première période, les joueurs de l'Olympique de Marseille concèdent un match nul aux allures de défaite, trois jours après sa sortie en Ligue des champions face à Arsenal. C'est la troisième rencontre sans victoire pour les joueurs d'Élie Baup.

Modififié
Marseille savait bien que ne pas être mauvais contre Arsenal ne servirait à rien sans marquer. Ce samedi après-midi, après seulement deux petits jours de repos, les Phocéens savaient que le déplacement post-C1 à Bastia serait compliqué. Alors Élie Baup tente de remédier à cela à coups de piqûres de fraîcheur. Dans le onze de départ marseillais aligné à Furiani, Jordan Ayew débute à la place de Gignac, Cheyrou à la place d'Imbula, tandis que Thauvin profite de la blessure de Payet pour s'offrir un retour au bercail. Accueillis sous les fumigènes de Furiani, les coéquipiers de Mathieu Valbuena n'y verront jamais clair dans cette rencontre. Sauvés à plusieurs reprises par un excellent Mandanda, des Phocéens sans idée ont accroché le match nul face à de bons Bastiais. Un troisième match consécutif sans victoire après la défaite face à Monaco et le nul à Toulouse.

Mandanda sauve l'OM

Elle a fière allure, cette équipe de Bastia. Les cheveux blonds au vent, comme le Pavel Nedvěd de la grande époque, Miloš Krasić est là, la liquette de Bastia sur les épaules. À l'attaque, comme le reste de son équipe, dès les premières minutes de cette rencontre, le Serbe déborde Morel sur le côté droit et envoie un bon centre au second poteau. En difficulté, Rod Fanni touche le ballon du bras sans se faire gauler par monsieur Duhamel. Titillé par ses anciens supporters, Florian Thauvin, en difficulté face à Toulouse pour sa première apparition, montre ce qu'il sait faire. Débordement côté gauche, débordement côté droit, de la technique, de la percussion, mais rien qui ne suffise pour inquiéter Landreau. Considérablement gênés par le pressing corse, les Phocéens s'en remettent à Mandanda pour ne pas être menés au score. Que ce soit sur une tête à bout portant de Squillaci ou des coups francs de Keserü et Khazri, le portier international est impeccable. Peu inspirés offensivement, les Marseillais ne croient qu'en Mathieu Valbuena, très libre au milieu du terrain et à Florian Thauvin. Le centre de ce dernier pour Morel est parfait, mais la frappe du latéral gauche, seul dans la surface, s'envole dans le ciel bleu de l'Île de Beauté. En manque de peps et d'imagination, les Marseillais ne cadrent pas la moindre frappe en première période. Celle d'Ilan, parfaitement décalé de la poitrine par Keserü, ne l'est pas non plus, mais le souffle corse se fait de plus en plus menaçant dans la nuque de Steve Mandanda. Peu sollicité depuis le début de la rencontre, Jordan Ayew s'offre un bel enchaînement contrôle du droit, volée du gauche, sur un corner de Valbuena juste avant la pause. Au-dessus. L'OM s'en tire bien.

Bastia cale, l'OM n'y arrive pas


Après quarante-cinq minutes de discipline et d'un pressing fatiguant, ce sont des Bastiais toujours motivés, mais moins affutés physiquement qui entament ce second acte. En possession de la balle, les Phocéens tentent de créer des choses en passant sur les côtés. C'est sur l'une de ces occasions que Morel, suite à un contrôle loupé, se fait découper par Diakité sans que M. Duhamel ne bronche. Touché au tibia, le latéral gauche phocéen cède sa place à Mendy quelques minutes après le contact. Serein jusqu'ici, Michael Landreau se fait une première frayeur peu avant l'heure de jeu quand le portier bastiais se fait passer devant par André Ayew sur une remise en retrait de Harek. Malheureusement pour l'OM, le frère d'André, servi dans l'axe dans la foulée, se fait rattraper par la patrouille au moment de marquer dans le but vide. Au final, il faut attendre la 70e minute et le premier coup de tête de Mendes sur un coup franc de Valbuena pour assister à la première frappe cadrée des visiteurs. Un maigre bilan. Le temps passe et l'OM aura eu besoin de l'entrée tardive de Saber Khalifa pour mettre un peu de rythme dans cette rencontre. Très disponible, le Tunisien fait mal aux Bastiais avec ses appels. C'est sur l'une de ces courses que l'ancien attaquant d'Évian TG, lancé par Valbuena, se faufile entre Harek et Modesto. Arrivé lancé, Khalifa, touché par Modesto, tombe dans la surface, mais M. Duhamel, à 19 mètres de l'action, lui demande de se relever. À l'écoute, Khalifa se relève, se remet à courir et sert bien Gignac deux minutes plus tard. Le mauvais contrôle du numéro 9 phocéen se transforme en déviation pour André Ayew dont la frappe écrasée du droit est trop molle pour inquiéter Landreau. 0-0 score final, la réception de Saint-Étienne en milieu de semaine prochaine va déjà coûter cher.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 5 heures Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 18
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 15:40 Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) Hier à 14:28 Quand Ronaldo planquait de la bière 51 Hier à 12:50 Dupraz quitte le TFC 128 Hier à 11:55 Robinho en route vers Sivasspor 60 Hier à 08:57 Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18 dimanche 21 janvier La double fracture de McCarthy 4 dimanche 21 janvier Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 10 dimanche 21 janvier Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7
À lire ensuite
Berbatov, tsar de l'ombre