1. //
  2. // 13ème journée

L'OL fait le boulot

Tout doucement, l'OL revient vers le haut du tableau. Les résultats sont là, la manière pas forcément. A l'image de cette courte et soporifique victoire face à Nice.

Modififié
0 5
Lyon - Nice : 1-0


Lyon n'est peut-être plus la machine à tuer d'antan. Lyon ne fait peut-être plus aussi peur à ses concurrents. Mais Lyon sait encore gagner quand il le faut. C'est exactement ce qu'il s'est passé ce soir, quand à la 30ème minute, Jérémy Pied donne un avantage décisif aux protégés de Jean-Michel Aulas. Peu menaçants, les Niçois concèdent un pénalty litigieux quelques instants plus tard, lorsque Gomis s'écroule seul dans la surface, venant parachever magnifiquement le week-end pourri des arbitres français. Classe, Bastos bute sur Ospina et ne transforme pas la sentence. Pas plus en danger que ça, les Lyonnais vont gérer la fin de match et s'imposer 1-0. Grands gagnants d'une journée qui n'aura pas souri aux grosses écuries, les Gones recollent au wagon de tête. D'un coup, on entend moins les « Puel démission » .


Lorient - Paris : 1-1


Le PSG en tête de la Ligue 1 ? En novembre ? Faut pas déconner non plus. Et pourtant, les Parisiens pouvaient prendre provisoirement la tête en cas de victoire face à Lorient. Motivés par l'enjeu et toujours aussi intéressants balle au pied, les joueurs de la capitale pourront une nouvelle fois remercier Nenê. Archi dominateurs, les joueurs d'Antoine Kombouaré ont longtemps buté sur l'excellent Fabien Audard. Pire, le Lorientais Kitambala profitera d'un corner pour ouvrir le score à la 33ème minute. Heureusement pour les Hoarau & Co, Nenê et sa patte gauche endosseront une nouvelle fois le costume de sauveur. Dépositaire du jeu parisien, l'ancien Monégasque enchaîne les prestations de haut niveau et donne quelques regrets au Prince Albert. Sinon, pour l'anecdote, Céara s'est pété le nez.

Auxerre - Rennes : 2-1


A trop s'habituer aux belles soirées européennes, le public de l'Abbé-Deschamps a oublié la tristesse des joutes hexagonales. Il faut dire que le 4-5-1 proposé par Jeannot Fernandez ne donnait franchement aucune garantie en matière de spectacle. Mais le show est secondaire ce soir en Bourgogne. Dans un match qui n'a commencé qu'à la 60ème minute après l'ouverture du score de Valter Birsa, les Rennais croiront avoir fait le plus dur en égalisant trois minutes plus tard grâce à Kembo. Mais en Champion's League comme en Ligue 1, l'AJA ne lâche rien. Le petit Quercia, opportuniste, récupère un ballon relâché par Douchez et offre la victoire aux Icaunais en toute fin de match. Après un début de saison compliqué, l'AJA est bel et bien sur le chemin de la rédemption.



Caen - Lille : 2-5


Orgie offensive à Michel d'Ornano. Sept buts et une lourde défaite 2-5 du Stade Malherbe. Moussa "Sow 3", triple buteur et nouveau meilleur scoreur de Ligue 1 (à égalité avec Youssef El-Arabi), a été un véritable film d'horreur pour les joueurs de Frank Dumas, incapables de contenir les assauts tranchants de l'attaquant du LOSC. Des buts de Gervinho et Béria en toute fin de match viendront parachever une belle victoire lilloise et confirmer le retour des hommes de Rudi Garcia sur le devant de la scène. Ce Lille-là n'est plus l'équipe timide du début de saison. Le chihuahua est devenu un dogue, un vrai.

Marseille – Lens (1-1)


Oublier. Cela fait presque une semaine que ce mot trotte dans les têtes phocéennes. Oublier la débâcle du Parc des Princes. Oublier les points perdus et le coup d'arrêt en championnat. Face à une équipe lensoise en net regain de forme, les Marseillais n'ont pas réussi à effacer le revers du clasico. Pire, le fonds de jeu des joueurs de Didier Deschamps inquiètent. Entre brouillon et imprécis, incertain et incohérent, le jeu des Marseillais est franchement méconnaissable. Dominateurs d'abord, fébriles ensuite, les champions de France en titre nous ont offert un scénario plutôt insolite ces derniers temps sur la Canebière. Un départ canon, symbolisé par un but de Stéphane M'Bia dès la 6ème minute, puis... rien. Quelques bribes d'occasions grâce à Lucho, un soupçon de manque de réalisme avec Gignac et une cuillère à soupe de “chance” en évitant un pénalty sur une main d'Ayew dans la surface. Rien jusqu'à la 60ème minute et l'égalisation d'Eduardo. Bizarrement, on s'y attendait. Marseille n'a pas assuré et ne s'est pas rassuré.

Bordeaux - Nancy 2-1


Qu'est-ce que ça donne un Bordeaux sous pression ? Mis en garde par leur président Jean-Louis Triaud, les joueurs de Jean Tigana avaient tout intérêt à s'adjuger les trois points face à l'équipe la plus « Docteur Jekyll et Mister Hyde » de Ligue 1. Solides à l'extérieur, ridicules à domicile, les Nancéiens ne sont pas de simples victimes d'un terrain synthétique. Inactifs, les joueurs de Pablo Correa laissent le ballon aux Bordelais, qui ouvrent le score à la 22ème minute, suite à un corner repris par Ludovic Sané. Fébriles, les Girondins ferment la boutique. Malins et malpolis, les joueurs de Pablo Correa, apathiques à souhait depuis le début du match, profitent de la baisse de régime soudaine des Aquitains et égalisent grâce à Alo'o Efoulou à dix minutes du terme de la rencontre. Mais au jeu de l'équipe la plus médiocre, Nancy est imbattable. Rois de la lose, les Lorrains concèderont une énième défaite, la faute à Jaroslav Plasil, seul Bordelais éveillé et épanoui de ce début de saison. Voilà trois beaux points aux allures d'arbre qui cache la forêt.

Monaco – Arles Avignon (0-0)


Derby coupe-gorge à Louis II, où l'AS Monaco, 18ème, recevait la lanterne rouge Arles-Avignon. Mis en confiance par leur première victoire la semaine dernière face à Caen, les joueurs d'Hadzibegic vont vendre chèrement leur peau. Tellement cher que même les riches Monégasques n'auront pas eux les moyens de faire mieux qu'un pauvre match nul sans relief 0-0, sous les yeux d'un Prince Albert aussi dégoûté que fan de bobsleigh. Peu inspirés, les joueurs de la principauté n'auront jamais été en mesure d'accrocher la victoire face à de valeureux Arlésiens. La crise couve sur le Rocher, et c'est la moustache de Guy Lacombe qui frétille.



Brest – Sochaux (1-1)


Battu à Lille la semaine passée, le leader brestois devait se rattraper sur sa pelouse face à Sochaux. Rapidement menés suite à l'ouverture du score de l'inévitable Ideye Brown, les Bretons ont su réagir par l'intermédiaire du tout aussi inévitable Nolan Roux, à la 37ème minute. Le buteur breton croira même récidiver quelques instants plus tard avant que son but ne soit logiquement refusé pour une position de hors-jeu flagrante. Malgré une deuxième mi-temps animée, le score n'évoluera pas et voit les deux formations rentrer à la maison avec un point. Un bon point pour les joueurs de Francis Gillot. Un petit point pour ceux d'Alex Dupont. Petit mais costaud, puisque ce point permet au promu de conserver la tête du championnat. Ça vaut bien un petit cidre.



Montpellier – Toulouse (1-0)


Après un début de saison tonitruant, le Téfécé d'Alain Casanova entre peu à peu dans le rang. Ce déplacement difficile à Montpellier va pousser encore un peu plus les joueurs de la ville rose dans les bourrelets transpirants du ventre mou de la Ligue 1. Menés dès la 19ème minute suite à un but de la tête d'Olivier Giroud, les Toulousains auront fait jeu égal avec les protégés de Louis Nicollin pendant 90 minutes sans arriver à se créer d'occasion franche. Les joueurs de René Girard, eux, confirment que l'aventure de la saison passée était tout sauf un exploit. Suffisant pour voir l'Europe à La Mosson ?

Par Swann Borsellino

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Vous oubliez de préciser que Bordeaux s'en tire grâce à une grosse erreur d'arbitrage!
Putain de périph' parisien, il va nous pourrir la saison marseillaise.
Pire, le fonds de jeu des joueurs de Didier Deschamps inquiètent ou plutôt "le fond de jeu [...] inquiète", non ?
Merci Alex, il est bon de préciser que les bordelais gagnent 2 points de façon anormale... Et parler d'erreur d'arbitrage est très très faible!! Tant pis pour Nancy, c'est tout ce qu'il en est ressorti! Mais bon, c'est une habitude.
La vrai question c'est : pourquoi certains résultats sont entre parenthèses et d'autres non ?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Le gang des Lyonnais
0 5