1. //
  2. // 8e
  3. // Real Madrid/Lyon

L'OL devra être grand

C'est l'heure de la revanche. Un an après avoir éliminé le Real Madrid à ce stade de la compétition, Lyon a de nouveau rendez-vous à Bernabeu pour l'exploit. Pourtant, il ne faut pas se le cacher, ce sera encore plus dur...

0 12
Chicharito a confirmé une idée qui, après avoir fait mal à Marseille, pourrait servir les intérêts de Lyon : en football, les bêtes noires existent. Le Mexicain, auteur d'un doublé face à l'OM mardi, se révèle être un bourreau assidu du football français après sa première estocade des Bleus en Afrique du Sud ; c'est désormais au tour des Lyonnais de perpétuer une tradition d'invincibilité solidement établie aux dépens du Real Madrid. Le défi est immense, à la mesure en fait de la soif de revanche qui anime les Merengue, vexés de ne pas franchir le stade des huitièmes de finale depuis 2005 (inclus), dont une sortie de piste encore dans les mémoires l'an dernier des crampons même de cet Olympique Lyonnais décidemment bien récalcitrant dès lors qu'il croise la route du recordman de victoires en C1 (neuf trophées). Oui, il faudra être encore plus grand que la saison passée pour espérer passer. Déjà parce que cette fois, au coup d'envoi, c'est le Real qui sera qualifié (1-1 à l'aller) et pour une équipe de contre comme celle-ci, c'est une différence fondamentale de pouvoir entamer la bataille en laissant venir. Et puis, il ne faut pas avoir la mémoire courte.

Il y a un an, quarante-cinq minutes durant, les Gones avaient bu un bouillon comme seul le Barça le lui avait administré. La chance de la bande à Claude Puel, c'était que Gonzalo Higuain avait ce jour-là troqué son hyper-réalisme habituel contre une paire de pieds carrés à faire passer Brandao pour un finisseur chirurgical. Au rythme auquel tourne actuellement Karim Benzema (14 buts en 3 mois), il y a peu de chances cette fois que l'OL survive une nouvelle fois à une telle domination. L'autre souci majeur pour les vice-champions de France sortants s'appelle bien évidemment José Mourinho. Avec lui, il y a peu de chances que le Real tombe dans l'arrogance naturelle qui l'escorte et qui a souvent été la cause première de sa gabegie européenne dans son histoire récente. Pourtant, on aura relevé que Cristiano Ronaldo a promis une montre à celui qui trouverait son nombre de buts dans cette double confrontation. Pour l'heure, ceux qui ont misé sur une copie personnelle vierge tienne la corde.

Gourcuff comme C. Ronaldo...

Le fait est là, les Lyonnais gèrent plutôt bien le cas Ronaldo, qui ne trouve pas face au bloc défensif commandé par Cris les mêmes approximations et les mêmes manques athlétiques qu'il peut exploiter à foison en Liga. Oui, les Rhodaniens ont toujours su couper la relation technique entre CR7 et ses partenaires. C'est un mérite considérable mais à pondérer par une impression qui paraît se confirmer à chaque fois : individuellement, le Ballon d'Or 2008 est une machine sans beaucoup d'équivalents actuellement et peut-être même dans l'histoire, mais collectivement, son équipe jouerait presque mieux en son absence, enfin débarrassée de ses touches de balles à répétition, de son égoïsme et de sa propension à ne pas aller vers la simplicité. Un drôle de paradoxe que ce Ronaldo... L'autre motif d'espoir pour les demi-finalistes de l'an passé, c'est qu'ils sont actuellement tout proches de leur meilleure forme. C'est une constante chez Puel de donner rendez-vous fin février-début mars et il faut bien l'admettre, son équipe monte effectivement en puissance à cette période là. « C'est la meilleure équipe de Ligue 1 en ce moment, bien plus forte que l'OM » , confie Damien Perquis, encore sonné par la démonstration lyonnaise à Sochaux samedi soir. L'arrière-garde ne prend quasiment pas de but, au milieu la doublette Källström-Toulalan est réglée au poil de cul et devant la relation technique Gomis-Lisandro ressemble à un pass pour les plus grandes épopées. Mais pas sûr que Puel joue cette carte d'entrée et l'hypothèse de voir Lisandro ou, plus probablement, Gomis, sur le banc n'est pas à négliger. Gourcuff est opérationnel et il paraît compliqué de laisser le plus cher transfert de l'histoire du club sur le banc du match le plus important de la saison. Et pourtant, pour d'autres raisons que Ronaldo au Real, il faut se demander si Lyon n'est pas plus fort sans son meneur. Enfin, si l'on parle de celui qui traîne sa misère depuis un an car à son niveau de 2009, l'ancien Bordelais est forcément incontestable.

Jean-Michel Aulas, qui a fait, à l'échelle européenne, le même pari sur Gourcuff qu'il avait fait en 1999 sur Sonny Anderson pour permettre à l'OL de franchir le dernier échelon national, aimerait sans doute que Gourcuff choisisse ce soir-là pour redevenir le joueur qu'il était il n'y a pas si longtemps. Au fond, c'est tout Lyon qui rêve de renouer avec la magie d'il y a un an. Puiser dans son passé pour se projeter dans l'avenir est une recette souvent utilisée dans les grands clubs. En sortant le Real une deuxième fois de suite, qui pourrait alors contester ce statut à l'OL ?

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Je ne comprends pas ce faux débat par rapport à Ronaldo.
Lors de son dernier match en liga, ils ont passés 7 buts. Ensuite, ils battent Santander (quadruplé de Cristiano Ronaldo à l'aller) et Herculès (doublé à l'aller), et le Real joue mieux sans Cristiano?

C'est de la mauvaise foi pure et simple. Je ne pensais pas que Sofoot allait suivre les propos que l'on peut lire dans l'équipe. D'abord parce que comme les chiffres le montrent, les équipes rencontrées avaient été balayées avec Cristiano. Ensuite parce que Benzema avait commencé à scorer avant que Cristiano ne sorte de l'équipe et qu'il n'y a donc pas de corrélation entre son retour au top et l'absence du Portugais.
Enfin parce que l'équipe joue mieux parce que le système est différent:
Deux attaquants. (Cristiano joue dans un 4231 depuis le début de saison et n'a donc pu bénéficier du travail du duo Adebayor - Benzema).
Graneiro. Là est pour moi la différence fondamentale. Entre une équipe qui aligne Khedira ou Lass aux cotés de Xabi Alonso et qui mise beaucoup sur la puissance et la récupération et une autre avec Graneiro ou la possession est préférée, il y a une marge.
Laissons Cristiano revenir soit à la place d'Adebayor, soit à la place de Di Maria (qui est au moins aussi croqueur que le Portugais) et nous verrons le résultat.

Quant au paradoxe Portugais, deux exemples:

En séléction, les éliminatoires ont commencés sans Cristiano. Résultat? Match nul contre Chypre, défaite contre la Norvège. Depuis son retour, le Portugal gagne.
Avec Manchester, et on l'a vu hier, ce n'est plus du tout la même équipe. Depuis le départ de Cristiano, Manchester ne fait plus peur. La solidité du bloc lui permet d'enchainer les matchs nuls mais personne ne les voit favori. Les 3 dernières années de Cristiano à MU: 3 titres, demi-finale de C1, Victoire puis défaite en finale. L'an passé? Pas de titre + élimination en quarts.
C'est bien de rappeler que l'an passé, l'OL était passé pas loin d'une correction au Bernabeu.

Un an après, je ne comprends toujours pas comment il y avait survécu.

Les miracles, par définition, n'ont lieu qu'une seule fois.
Tout-à-fait dayinho, on peut aussi rappeler que Benz a fait pas mal de passes décisives à CR7, tandis que celui-ci était son passeur attitré lorsque Benz penait en début de saison.
bizarre les cotes quand même, l'OL est à 8.5 contre 1 après un match nul(1-1) chez eux face au real
copenhague est à 9.5 contre 1 après une défaite (2-0) chez eux face à chelsea
étonnant... bonne chance à l'OL ce soir !

@mario : le miracle est un fait extraordinaire, positif, non explicable scientifiquement, mais il n'est dit nulle part qu'il ne puisse se reproduire... ce soir par exemple ?
@Mario: Je sais pas si t'es un rageux qui n'aime pas l'OL, mais l'OL a parfaitement merité sa qualif' la saison dernière, puisqu'il a dominé les 3/4 de la double-confrontation (match aller, 2ème MT retour). Et si effectivement les 30 premières minutes a Bernabeu ont été très difficiles, il n'y a eu que le poteau d'Higuain qui a vraiment été une énorme occasion. Donc dire que c'est un miracle, faut pas non plus exagérer juste parce que ce jour là on avait bien la rage devant son écran de voir l'OL se qualifier.
Elias, lors de cette fameuse première mi-temps, l'OL s'est fait trimbaler comme jamais dans son histoire européenne. Relis l'article, il ne dit pas autre chose.

Un rageux? Je m'en fous.

Je préfère le Real à l'OL, c'est sûr. Mais tout ça ne va pas m'empêcher de dormir.
L'OL s'est bien fait trimballé, mais mérite largement sur la double-confrontation sa qualification.
@Mario et Elias_95. Sans oublier les deux dernières ENORMES occaz en fin de match pour l'OL par Licha et Chelito. Ce qui peut au final nous amener à un 2/3. Ce qui change pas grand chose à l'aboutissement de la rencontre.

Certes, vous me direz que le match était bouclé (encore que..)

L'entrée de Gonalons à la mi temps a été le tournant du match. Cette année Mourinho à les cartes en mains et Puel n'aura peut être pas autant de réussite...

En tant que Lyonnais j'espère me tromper et qu'une fois de plus le Réal tombera face à nous!
Quelle tactique et quelle équipe alignée par Puel ?

Un 4-3-3 avec Licha-Gomis-Delgado ?

En tout cas Lyon possède toutes les armes pour passer ce tour. Un pic de forme, une défense stabilisé, un milieu Toul-Chellstrom qui a trouvé ses marques et des attaquants rapides et puissant pour faire mal.

Je pense que l'on va asister à un très bon match.

Le Real reste favori, mais même s'ils s'en défendent, la pression et l'attente est énorme sur leurs épaules.
Claude, steuplé, n'oublies pas de faire rentrer Miré à la 72ème... le gamin a les crocs en ce moment. Allez les Gones, il y a la place pour faire un truc sympa...
Articles et analyses football => Rendez-vous sur lecturedujeu.wordpress.com

Derniers sujets : Ligue Europa ou pas ? / La fin des "buteurs-nés" ?
" le plus cher transfert de l'histoire du club" . Faux! Gourcuff a coute 22M€ ce qui fait de lui le plus cher transfert entre 2 clubs de L1 mais le plus cher transfert de l'histoire de l'OL c'est Lisandro Lopez, 24M€. Voila juste une petite rectification.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Chelsea attend City
0 12