Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Lyon-Marseille (2-0)

L'OL couche l'OM

Savonné d'entrée par une boulette de Mandanda, l'OM s'est incliné dimanche soir à Lyon pour la dernière au Groupama Stadium de Joël Bats (2-0).

Modififié

Lyon 2-0 Marseille

Buts : Fekir (6e) et Mariano (51e) pour l'OL.

Pan! Pan! Deux coups de feu, une victime au sol et des légendes en larmes. La Ligue 1 voulait un sommet, elle en a eu un demi, dimanche soir, conséquence évidente d'un scénario flingué d'entrée par une boulette dans la chaussette. Finalement, l'OM, touché par ce faux départ, a cavalé pendant 90 minutes pour rattraper un retard creusé après la pause et qui se compte en points. Désormais, l'OL compte trois unités d'avance sur sa victime du soir. Mérité ? Pas volé, en tout cas.

Lopes, hommage réussi

Monument savonné


Drôle d'ambiance que celle de l'ouverture d'un bal majeur, pas forcément décisif, dimanche soir au Groupama Stadium : une histoire de larmes, avant tout. Celles du marin Bats, qui s'apprête à filer la barre des gardiens de l'OL à son ancien élève, Grégory Coupet, et qui vivait face à l'OM sa dernière nuit à domicile. Celles de Steve Mandanda, ensuite, imprévisibles, tant les vieux supporters marseillais se sont habitués depuis longtemps à prendre le visage du gardien international en référence de l'état des troupes comme on regarde le ciel le matin au réveil : sur la première cartouche qu'on lui a envoyée dimanche, Mandanda a pourtant glissé et laissé le coup franc de Fekir faire exploser des Bad Gones qui avaient fait de l'événement une soirée pour souffler trente piges d'émotions (1-0, 6e).

Partant, on s'attendait à voir le gang de Génésio tenir la pression, enchaîner les attaques rapides et tester les limites d'une défense marseillaise confiée à la paire Rami-Rolando et emmenée par un très bon Amavi. Erreur : l'OM s'est relevé, a poussé l'OL à reculer, tenant parfaitement les couloirs, Luiz Gustavo a une nouvelle fois joué une partition technique millimétrée, et Lopes a été secoué, notamment par une tête de Rami (13e) et une reprise écrasée d'Ocampos (37e) là où Rolando a envoyé au-dessus un coup franc déposé sur son crâne par Payet (32e). Ou comment valider le choix du thème : l'incertitude.

Do Díaz


Encore raté. Car dès le retour des vestiaires, les Lyonnais ont remis les gants, lâché un premier crochet – une reprise de Tete à l'affût d'une tête de Mariano sauvée par Mandanda, but logiquement refusé pour hors-jeu – et fait ressortir la langue de Mandanda, battu quelques minutes plus tard, cette fois, par Mariano sur un centre délicieux de l'extérieur du gauche de Cornet (2-0, 51e). Simple : l'OL a joué, enfin contrôlé le ballon, poussé Garcia à réagir (entrées de Lopez, Sanson et Mítroglou pour remplacer progressivement un Germain fluet) et maîtrisé un scénario qu'il a finalement dicté au milieu duquel Dimitri Payet s'est noyé, alors que Morgan Sanson a cogné à l'orgueil le poteau de Lopes.

Moment choisi par Génésio pour faire couiner Mariano Díaz, qui a confirmé dimanche soir le meilleur départ de l'histoire des attaquants de l'OL (13 buts en 18 matchs de Ligue 1, ndlr), et installer un milieu à trois plus compact, histoire de boucler un troisième succès de rang en championnat et le premier à la maison depuis fin octobre. De quoi permettre, aussi, à Depay de croquer une balle de 3-0 sans incidence, et à Lopes d'offrir un hommage ultime à Joël Bats sur les dernières vapeurs. Cynique, mais suffisant pour creuser une première tranchée avec un OM qui n'était plus tombé depuis plus de trois mois.


OL (4-2-3-1) : Lopes - Tete, Marcelo, Morel, Marçal - Tousart, Ndombele (Depay, 83e) - Cornet, Fekir (Mendy, 90e), Aouar - Mariano (Ferri, 79e). Coach : Bruno Génésio.
OM : (4-2-3-1) : Mandanda - Sakai, Rolando, Rami, Amavi - Luiz Gustavo, Zambo Anguissa (Lopez, 62e) -Thauvin, Payet, Ocampos (Mítroglou, 59e) - Germain (Sanson, 69e). Coach : Rudi Garcia.


  • Résultats et classement de Ligue 1
    Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici



    Par Maxime Brigand
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    il y a 3 heures Un Ukrainien refuse de faire face au drapeau russe 14
    Hier à 17:45 Leeds enchaîne 18
    Partenaires
    Tsugi Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    À lire ensuite
    Les notes de Lyon