En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Lyon-Dijon (4-2)

L’OL cartonne Dijon sur le fil

Ultra dominateur durant la quasi-totalité de la rencontre, Lyon a dû attendre les dernières minutes pour prendre le meilleur sur un Dijon au réalisme implacable et s’offrir un succès plus que précieux (4-2).

Modififié

Lyon 4-2 Dijon

Buts : Tolisso (11e, 80e), Lacazette (84e sp), Fekir (90e) pour Lyon // Tavares (30e), Diony (48e) pour Dijon

Le regard est froid, fixé sur les supporters lyonnais. Le doigt posé sur la tempe, comme pour signifier qu’il n’a pas oublié. Et qu’il n’oubliera pas. Quoi ? Les sifflets dont il a été la cible il y a une dizaine de jours, lors de la réception de Nancy. Voilà sans doute pourquoi l’attaquant n’explose pas de joie. Pourtant, on joue la 84e minute face à Dijon et Alexandre Lacazette vient d’inscrire un penalty qui permet à l’OL de reprendre l’avantage dans une rencontre que l’on pensait perdue tant les Lyonnais avaient tenté sans parvenir à trouver la faille. Mais si le visage est inexpressif, nul doute que la joie, elle, est intense à l’intérieur. Car Lacazette le sait, ce succès est terriblement précieux pour la fin de saison.

Un Reynet on fire


Après sa belle victoire face à Alkmaar (1-4), en Ligue Europa, jeudi soir, l’OL avait à cœur de confirmer, ce dimanche, en accueillant Dijon. D’autant qu’après la défaite de la semaine dernière, à Guingamp, les Lyonnais voient leur quatrième place de plus en plus menacée. Et les hommes de Génésio semblent l’avoir compris au vu de l’application qu’ils mettent dès le coup d'envoi. Dominateurs, les Gones se montrent les plus dangereux, à l’image de Depay qui oblige Reynet à la parade (10e). Le gardien dijonnais a beau avoir l’air d’être en grande forme, il ne peut rien, une minute plus tard, lorsque Tolisso profite de la mauvaise appréciation de Varrault pour ouvrir le score à bout portant. Logiquement en tête, on se dit alors que les Lyonnais vont pousser pour faire le break. Et pourtant, c’est bien Tavares qui inscrit le deuxième but de l’après-midi en s’élevant plus haut que tout le monde sur un corner dijonnais. Une égalisation qui ne remet pas vraiment en cause la domination lyonnaise, mais qui semble toutefois instaurer le doute dans l’esprit des locaux, à l’image de Depay qui rate le cadre dans une position idéale. Juste avant la pause, Lacazette, par trois fois, vise juste, lui, mais tombe invariablement sur les gants d’un Reynet en feu. L’ombre du match aller semble déjà planer au-dessus du Parc OL.

L'OL dans la dernière ligne droite


Une ombre qui se fait même de plus en plus visible après seulement trois minutes de jeu dans ce second acte. Gorgelin relance plein axe à destination de Maxime Gonalons qui tergiverse, perd ce ballon, et assiste, impuissant, à la frappe victorieuse de Loïs Diony. Et voilà Dijon qui prend l’avantage après s’être créé seulement deux occasions. Une efficacité redoutable qui contraste cruellement avec le manque de réussite lyonnais, comme en atteste encore cette frappe de Lacazette qui vient cabosser la base extérieure du poteau de Reynet. Et comme il y a des jours comme ça, où rien ne va, l’arbitre oublie même de siffler, dans la foulée, une main bourguignonne en pleine surface de réparation. Les Gones poussent, tentent par tous les moyens d’empêcher une nouvelle défaite que leurs supporters ne leur pardonneraient sûrement pas, mais sans succès. Soit la tentative file hors cadre, soit Reynet est sur la trajectoire. Gorgelin évite même le pire en dégainant une double parade salvatrice. Le match pourrait durer dix heures que l’OL ne trouverait sûrement pas la solution. Et pourtant. L’impensable se met en route à la 80e lorsque Tolisso égalise d’une frappe à l’entrée de la surface. Quatre minutes plus tard, Lacazette ne tremble pas au moment de transformer un penalty. Plus fou encore, Nabil Fekir ajoute même un quatrième pion dans les arrêts de jeu. Et voilà l’OL qui valide un succès terriblement long à se dessiner. Ce qui, forcément, le rend encore plus agréable.

  • Résultats et classement de Ligue 1
    Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici

    Par Gaspard Manet
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
    mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 mardi 16 janvier Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 mardi 16 janvier Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 88