Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Lyon-Montpellier (5-1)

L’OL balaie Montpellier et rugit à nouveau

En quête d’un succès en championnat depuis trois rencontres, l’OL a enfin réagi en s’imposant face à une équipe de Montpellier actuellement habitée par le doute (5-1). Profitant d’un scénario favorable et portés par le duo Fekir-Tolisso, les Gones ont fait le job avec la manière.

Modififié

Olympique lyonnais 5-1 Montpellier HSC

Buts : Fekir (36e, 57e), Tolisso (42e, 71e), Cornet (75e) pour l’OL / Sanson (4e) pour Montpellier

Nice fait sauter Monaco

Entre les blessures, les suspensions et les transferts avortés, le début d’exercice 2016-2017 de Lyon ne ressemble en rien à une sinécure. Difficile, en pareilles circonstances, de dégager d’inébranlables certitudes. En même temps qu’il s’emploie à créer une alchimie, Bruno Génésio se cherche des soldats sur lesquels il pourra s’appuyer dans le temps. En la personne de Nabil Fekir, l’entraîneur de l’OL sait sans doute qu’il peut le compter parmi ses fidèles. Absent à cause d’une blessure depuis fin août, l’insaisissable gaucher a soigné son retour dans les grandes largeurs. Auteur d’un doublé, à l’instar de Tolisso ce mercredi soir (5-1), il a permis aux siens d’humer à nouveau le parfum du succès après trois matchs sans victoire en Ligue 1 (soit la plus mauvaise série du club depuis janvier dernier). À trois longueurs du podium, Bruno Génésio peut se satisfaire de ce sursaut. Si l’alchimie n’est pas encore totale et que le groupe n’est pas encore au complet, ses hommes, eux, sont bel et bien prêts.

Démarrage héraultais et montée en puissance lyonnaise


À une période de la saison où les nombreuses interrogations demeurent, Bruno Génésio n’avait pas occulté son seul et unique objectif avec la réception héraultaise : « Avoir plus de certitudes dans notre jeu. » Pourtant, le coach rhodanien décide de dessiner sa formation en 3-5-2, seulement quelques jours après son 3-4-3 couché lors de l’Olympico. Sur le flanc depuis plusieurs semaines, Fekir retrouve une place de titulaire sur le front de l’attaque, tandis que le défenseur argentin Mammana honore sa première apparition en L1 et que Tousart est reconduit pour pallier la suspension du capitaine Gonalons. La tête escortée de doutes, lui aussi, en raison d’une dynamique heurtée (quatre matchs sans victoires, dont trois nuls consécutifs en championnat), Frédéric Hantz aligne un 4-2-3-1 avec quelques changements notables. Derrière, Deplagne et Poaty – première en championnat pour lui – débutent, tout comme Camara et Ninga à la place de Bérigaud et Mounié. Si l’entraîneur montpelliérain traîne une sale scoumoune contre les Gones (91% de défaites, son plus fort taux de défaites face à une équipe affrontée plus de deux fois), c’est toutefois ses hommes qui plongent d’entrée un Parc OL aux tribunes clairsemées dans un silence déconcertant.

Après une première alerte sur une demi-volée de Ninga, Montpellier surprend Lyon dès la quatrième minute. Sur un tacle appuyé de Nkoulou sur Boudebouz, Sanson en profite pour venir ajuster et tromper Lopes. Un démarrage pétaradant qui sera malheureusement de courte durée pour les Héraultais. À peine le temps de savourer que le jeune Poaty voit son baptême du feu tourner au cauchemar après un tacle non maîtrisé à l’encontre de Tolisso, ce qui lui vaut un carton rouge sans doute sévère pour sa première intervention (8e). Conséquence immédiate de cette infériorité numérique, les partenaires de Hilton reculent inéluctablement. Et subissent encore et encore la pression rhodanienne qui ne cesse de s’intensifier au fil des minutes. Mais ni Cornet, sollicité à deux reprises sans succès (14e, 17e), ni Tousart dont la tête passe au-dessus sur un coup franc de Fekir ne parviennent à s’ouvrir le chemin des filets. C’est ce dernier qui fait finalement craquer la défense des visiteurs au terme d’un raid solitaire freiné irrégulièrement par Deplagne dans la surface. Encore muet cette saison, l'international tricolore se charge de transformer personnellement la sentence (36e, 1-1). Largement dominateur, plus conquérant dans les duels, l’OL ne perd pas de temps pour asseoir sa domination dans la foulée grâce à une tête rageuse de Tolisso sur corner (42e, 2-1).

Fekir-Tolisso, duo doublement gagnant


Comme sonné par ce scénario, Montpellier balbutie son football dès la reprise. À l’image de cette passe mal ajustée de Sanson en direction de Ninga. Des approximations rédhibitoires et dont les Héraultais font étalage en défense. Déjà très en jambes lors du premier acte, Tolisso et Fekir lancent un premier avertissement à Jourdren. Avant de le punir, cette fois, de manière définitive. Au terme d’un une-deux parfaitement réalisé avec Rafael côté droit, Fekir fait plier le portier héraultais. Brassard de capitaine au biceps, Tolisso imite son compère en claquant une frappe soudaine qui ne laisse aucune chance. Le suspense de la rencontre étant déjà éventé, la troupe de Frédéric Hantz s’échine désormais à ce que la défaite promise ne devienne pas une déculottée gênante. Mais, même là, celle-ci échoue. Lancé dans la profondeur par Valbuena – entré à la place de Fekir –, Cornet parachève la victoire des Gones d’une frappe du gauche imparable pour Jourdren. Les dernières minutes s’égrèneront sans que le MHSC ne trouve les ressources nécessaires pour essayer de sauver ce qu’il reste d’un match frustrant. Les Gones, eux, savourent. En rugissant à nouveau, ils reprennent leur marche en avant.

  • Résultats et classement de Ligue 1
    Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici



    Par Romain Duchâteau
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    il y a 3 heures Drame de la rue d’Aubagne : Mbappé va rencontrer le fils de l'une des victimes 64

    Le Kiosque SO PRESS

    Partenaires
    Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi
    il y a 10 heures Dhorasoo a lui aussi eu une altercation avec Ribéry 66
    À lire ensuite
    Nice fait sauter Monaco